Action, Ciné-Asia, Horreur, Japon

BATTLE ROYALE (2000)


Battle Royale

 

Synopsis : Dans un avenir proche, les élèves de la classe B de 3ème du collège Shiroiwa ont été amenés sur une île déserte par une armée mystérieuse. Un adulte surgit tout à coup devant eux : leur ancien professeur Kitano. Il leur annonce qu’ils vont participer à un jeu de massacre dont la règle consiste à s’entretuer. Seul le dernier des survivants pourra regagner son foyer. Kitano leur présente deux nouveaux élèves très inquiétants. Des coups de feu retentissent pour convaincre les incrédules. Selon la loi de réforme de l’éducation pour le nouveau siècle, ce sacrifice permettra de former des adultes sains. Abandonnés chacun à son sort avec de la nourriture et une arme, les adolescents disposent d’un délai de trois jours pour s’entretuer.

Origine du film : Japon
Réalisateur : Kinji Fukasaku
Scénario : Kenta Fukasaku d’après le roman de Koushun Takami
Acteurs : Takeshi Kitano, Tatsuya Fujiwara, Aki Maeda, Tarō Yamamoto, Masanobu Andō, Kou Shibasaki
Genre : Action, Epouvante-horreur
Durée : 01h53min
Date de sortie : Japon : 16 décembre 2000 / France : 21 novembre 2001
Année de production : 2000
Société de productions : AM Associates, Nippon Shuppan Hanbai

Notre commentaire : « Battle Royale » est un film japonais que l’on peut classer dans différentes catégories, action, anticipation, épouvante-horreur, drame, datant de l’année 2000 et réalisé par Kinji Fukasaku qui possède une filmographie impressionnante ayant débuté sa carrière de réalisateur au début des années 1960. Les acteurs principaux sont Tatsuya Fujiwara et Aki Maeda, qui ont tout deux joué dans le second opus « Battle Royale 2 : Requiem » (2003). A leurs côtés, on retrouve l’excellent Takeshi Kitano dont on ne se lassera jamais de voir « Aniki, mon frère » (2000).

« Battle Royale » est un film violent. Mais il n’est pas uniquement violent parce qu’il nous propose une histoire où une bonne quarantaine de personnes vont mourir. Il n’est pas violent parce qu’il s’agit d’une tuerie organisée entre adolescents. Il est violent dans le sens psychologique du terme où l’on confronte des jeunes gens à un dilemme relativement simple, tuer ou être tué sans possibilité de s’échapper, sans possibilité de se dérober à ce jeu macabre et démentiel. La raison principale pour laquelle les gens meurt aussi rapidement, c’est uniquement parce qu’ils sont tous transformés en des tueurs et/ou des proies potentielles.

Le film est violent par la seule présence de Takeshi Kitano, qui est le maître de la violence soudaine et explosive. L’idée que des jeunes puissent en tuer d’autres est terrible, et c’est ce que c’est censé être. Bien évidemment, on évolue dans cette histoire dans un monde dystopique. Un monde dans lequel nous ne voudrions pas vivre. Un monde futuriste dont personne ne voudrait.

Le film aborde différent thème à partir de cette tuerie organisée, le courage, la lâcheté, la bravoure, la couardise, le sacrifice, l’égoïsme, l’espoir, le désespoir ; l’amour, la haine et bien évidemment la nature humaine primitive, la survie du plus fort. L’interprétation nous est apparue moyenne, on n’arrive pas à se fixer, à se positionner, à avoir de l’empathie pour un personnage en particulier.

L’ensemble apparaît comme peu réaliste. Certains personnages reçoivent des rafales de balles et se relèvent presque comme si de rien n’était. C’est moyennement filmé et les effets spéciaux sur les gunfights sont assez moyens. Takeshi Kitano est fidèle à lui-même dans son style particulier, patibulaire, froid, distant. Sa sortie est complètement loufoque, à la limite du ridicule.

Encore un film que beaucoup de personnes ont élevé au rang de chefs-d’œuvre et sur lequel on a eu beaucoup de mal à accrocher. À voir, sans plus, quand on a épuisé son stock de DVD et qu’il ne reste plus que celui

Notre note :

Bande-annonce du film :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Les commentaires sont fermés.

Archives

Nbs de Visites

  • 61,347 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :