Action, Crime - Policier

KILL BOBBY Z (2007)


Kill Bobby Z (2007)

 

Synopsis : Tim Kearney, un Marine incarcéré, se voit confier une mission par l’agent de la DEA Tad Gruzsa, celle de mettre la main sur Bobby Z, un dangereux trafiquant de drogue, en échange de quoi il retrouvera sa liberté…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : John Herzfeld
Scénario : Bob Krakower, Allen Lawrence
Acteurs : Paul Walker, Laurence Fishburne, Olivia Wilde, Jason Lewis, Joaquim de Almeida, Jason Flemyng, Joshua Leonard, Josh Stewart
Genre : Policier
Durée : 01h37min
Date de sortie : 3 mai 2007 (États-Unis)
Année de production : 2007
Société de production : Millennium Films
Titre Original : The Death and Life of Bobby Z

Notre commentaire : « Kill Bobby Z » est un film d’action américain datant de 2007 réalisé par John Herzfeld. Les acteurs principaux sont, le regretté Paul Walker, que nous avons vu dans « Brick Mansions » (2013), Laurence Fishburne, que nous venons de voir dans « Le Signal » (2014) et Olivia Wilde, présente dans « Les Trois Prochains Jours » (2010). À noter également la participation de Joaquim de Almeida, que l’on a pu voir dans « Desperado » (1995), aux côtés d’Antonio Banderas.

Le film débute par une présentation du légendaire Bobby Z, un fameux trafiquant de marijuana, propriétaire d’un yacht de luxe et surfeur à ses heures perdues,, le tout décrit par un vieil homme dans des proportions mystiques, représentant le folklore contemporain de la Gold Coast de Baja Californie. Le film nous présente ensuite celui qui s’avère être le héros du film, Tim Kearney (Paul Walker) à travers des flashbacks nous permettant de découvrir le caractère téméraire et contrôlable du personnage, qui finit en prison.

Tim Kearney accepte l’offre de Tad Gruzsa (Laurence Fishburne), un agent fédéral, de prendre la place de Bobby Z qui est décédé quelque temps auparavant et qui ressemble trait pour trait au petit malfrat. Cependant rien ne va se passer comme prévu. L’histoire s’accélère, mais le film perd en fluidité, faisant régulièrement appel aux flashbacks pour construire la narration. De ce fait, la structure est très entrelacée et devient moins accessible pour le spectateur. Le film se termine avec quelques observations finales du même personnage présent lors de l’introduction.

Paul Walker nous livre une prestation dynamique, et démontre sa capacité à jouer la carte de l’attendrissement, se prenant d’affection pour un jeune garçon qui croit qu’il est son père. Il apparaît également bien plus à l’aise dans les scènes d’action et de bagarres qu’il ne le fut dans « Brick Mansions« . Laurence Fishburne est dans un rôle relativement simple, son jeu est juste et sans extravagance. Il aurait peut-être pu donner plus de fantaisie dans son personnage, ou tout du moins autre que son look de cow-boy un tantinet ridicule.

Olivia Wilde tient un rôle, à la limite de la potiche, en dehors d’apporter ses charmes naturels, elle n’amène pas beaucoup d’éléments à l’histoire. C’est peut-être J.R. Villarreal, qui interprète le jeune garçon, qui tire au mieux son épingle du jeu. Ce dernier est tout à fait crédible dans son personnage en quête de son père et qui se retrouve embringuer dans la cavalcade de Tim Kearney. Joaquim de Almeida interprète Don Huertero, un seigneur de la drogue mexicain, un brin trop caricatural. 

Le film a été tourné en Basse-Californie, qui n’est autre que l’état le plus nord du Mexique, mais également à Los Angeles, en Californie. La séquence finale, quant à elle, fut tournée à Dana Point, en Californie également. Une municipalité disposant d’un port prisé et s’avérant être une destination touristique populaire. Le tout offrant une belle photographie au film. La filmographie étant classique et correcte, avec un grand nombre de décors naturels. La bande originale n’est guère marquante. 

En conclusion, « Kill Bobby Z » est certainement un film qui n’a pas rencontré le succès qu’il aurait mérité, sans pour autant être transcendant ou spectaculaire. C’est un film correct, qui souffre quelque peu dans sa narration et dans sa construction, tout en restant un divertissement convenable. Un film qui aura permit à Paul Walker de s’installer comme étant un acteur dynamique. 

 

Notre note :

 

Bande annonce du film :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 178 980 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Pages et Articles Phares

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :