Comédie, Crime - Policier, Drame

BONS BAISERS DE BRUGES (2008)


Bons baisers de Bruges (2008)

 

Synopsis : Après un contrat qui a mal tourné à Londres, deux tueurs à gages reçoivent l’ordre d’aller se faire oublier quelque temps à Bruges.Ray est rongé par son échec et déteste la ville, ses canaux, ses rues pavées et ses touristes. Ken, tout en gardant un oeil paternaliste sur son jeune collègue, se laisse gagner par le calme et la beauté de la cité.Alors qu’ils attendent désespérément l’appel de leur employeur, leur séjour forcé les conduit à faire d’étranges rencontres avec des habitants, des touristes, un acteur américain nain tournant un film d’art et essai européen, des prostituées et une jeune femme qui pourrait bien cacher quelques secrets aussi sombres que les leurs…Quand le patron finit par appeler et demande à l’un des tueurs d’abattre l’autre, les vacances se transforment en une course-poursuite surréaliste dans les rues de la ville.

Origine du film : Royaume-Uni
Réalisateur : Martin McDonagh
Scénariste : Martin McDonagh
Acteurs : Colin Farrell, Brendan Gleeson, Ralph Fiennes, Clémence Poésy, Jérémie Renier
Genre : Policier, Comédie, Drame
Durée : 1h41min
Date de sortie : 8 février 2008 (États-Unis), 18 avril 2008 (Angleterre),  25 juin 2008 (France)
Année de production : 2008
Sociétés de production : Blueprint Pictures, Film4 Productions, Focus Features, Scion Films
Titre Original : In Bruges
Distribué par : SND

Notre commentaire : « In Bruges », devenu « Bons Baisers de Bruges » pour la diffusion française, est un film américano-britannique que l’on pourrait qualifier de comédie dramatique à l’humour noir, écrit et réalisé par Martin McDonagh, à qui l’on doit également « Seven Psychopaths » (2012). Les acteurs principaux sont Colin Farrell, qu’on a vu dernièrement dans « Prémonitions » (2015), Brendan Gleeson, qu’on a pu voir dans « 28 Jours plus tard » (2002), Ralph Fiennes, qu’on a vu récemment dans « Spectre » (2015), Clémence Poésy, qu’on a pu voir dans « 127 Hours » (2010) et Jérémie Renier, qu’on a pu voir dans « Saint Laurent » (2014).

L’histoire présentée dans « Bons Baisers de Bruges » est relativement originale. Ken Daley est un tueur professionnel, il fait équipe avec Ray, un débutant. Lors de leur dernier contrat, Ray tue accidentellement un enfant. Leur patron, Harry Waters les envoie se faire oublier à Bruges, en Belgique. Ken Daley est aux anges, il veut tout visiter, les monuments historiques, les musées. Ray pète un plomb à l’idée de devoir rester quinze jours, dans ce qu’il considère comme étant le trou du cul du monde. Il s’occupe comme il peut et ses rencontres sont pour le moins mouvementées. Cependant, un nouveau contrat va venir troubler leur tranquillité. Ken doit exécuter Ray. Voyant en ce dernier son digne successeur, Ken renonce à ce contrat, forçant Harry Waters à venir à Bruges pour exécuter lui-même Ray. Mais rien ne va se passer comme il le souhaitait …

Le point fort de « Bons Baisers de Bruges » en dehors de son scénario original, ce sont les dialogues qui sont absolument croustillants et la performance des acteurs qui nous régalent du début à la fin de cette histoire loufoque. Le déroulement des événements ne fait que nous balader de surprise en surprise, tout en étant très sombre. On ne peut rien anticiper, on ne peut que savourer les situations qui s’enchaînent devant nos yeux. Collin Farrell est vraiment excellent dans ce film, se déplaçant avec une convaincante désinvolture. Une surprise très agréable. Brendan Gleeson est brillant dans le personnage de Ken. 

Doté d’un budget de 15 millions de dollars, « Bons Baisers de Bruges » a rapporté un peu plus de 34 millions de dollars de recette au box-office. Comme vous vous en doutez certainement, le tournage s’est effectué à Bruges en Belgique, et plus particulièrement au Gruuthuse Museum, à la Jerusalem Church, ainsi qu’à la Basilica of the Holy Blood. Dans le script original, Ray et Ken sont anglais, mais quand Colin Farrell et Brendan Gleeson ont été choisi pour interpréter les deux personnages principaux, les personnages ont été changé pour être des Irlandais de manière à mieux coller à leurs sensibilités naturelles. Afin de créer la sensation que l’histoire se déroule à la période des fêtes de fin d’année, les décorations de Noël ont été maintenues dans certaines rues de Bruges jusqu’à la fin de mars. Le Conseil municipal a dû faire une communication officielle pour les habitants de Bruges pour en expliquer les raisons. Colin Farrell et Brendan Gleeson ont tous deux été nominés pour les Golden Globes. C’est Colin Farrell qui a remporté le prix.

« Bons Baisers de Bruges » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, parus le 14 janvier 2009 chez Warner Home Vidéo France. Pour plus d’informations, consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Bons Baisers de Bruges » est un film à l’humour noir très réussi. Les personnages sont particulièrement délicieux, et certaines scènes sont désopilantes. Le scénario est excellent déployant une histoire dont on ne sait jamais à l’avance où elle nous emmène. La performance des acteurs est à souligner. On se régale. À voir, sans hésiter ! 

 

Notre note :

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 633 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :