Drame, Thriller

LES BRASIERS DE LA COLÈRE (2013)


Les Brasiers de la Colère (2013)

 

Synopsis : À Braddock, une banlieue ouvrière américaine, la seule chose dont on hérite de ses parents, c’est la misère. Comme son père, Russell Baze travaille à l’usine, mais son jeune frère Rodney a préféré s’engager dans l’armée, en espérant s’en sortir mieux. Pourtant, après quatre missions difficiles en Irak, Rodney revient brisé émotionnellement et physiquement. Lorsqu’un sale coup envoie Russell en prison, son frère cadet tente de survivre en pariant aux courses et en se vendant dans des combats de boxe. Endetté jusqu’au cou, Rodney se retrouve mêlé aux activités douteuses d’Harlan DeGroat, un caïd local sociopathe et vicieux. Peu après la libération de Russell, Rodney disparaît. Pour tenter de le sauver, Russell va devoir affronter DeGroat et sa bande. Il n’a pas peur. Il sait quoi faire. Et il va le faire, par amour pour son frère, pour sa famille, parce que c’est juste. Et tant pis si cela peut lui coûter la vie.

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Scott Cooper
Scénaristes : Brad Ingelsby, Scott Cooper
Acteurs : Christian Bale, Woody Harrelson, Casey Affleck, Forest Whitaker, Willem Dafoe, Zoë Saldana, Sam Shepard
Genre : Drame, Thriller
Durée : 1h57min
Date de sortie : 6 décembre 2013 (États-Unis), 15 janvier 2014 (France)
Année de production : 2013
Sociétés de production : Appian Way Productions, Scott Free Productions, Red Granite Pictures
Titre Original : Out Of The Furnace
Distribué par : Metropolitan FilmExport

Notre commentaire : « Out of the Furnace » ou « Les Brasiers de la Colère », pour la version française, est un thriller américain datant de 2013, co-écrit et réalisé par Scott Cooper, à qui l’on doit également « Strickly Criminal » (2015). Les acteurs principaux sont Christian Bale, qu’on a pu voir dans « Harsh Time » (2006), Woody Harrelson, qui faisait également partie du casting de « Zombieland » (2009), Casey Affleck, qu’on a pu voir dans la « Trilogie Ocean« , Forest Whitaker, qu’on a pu voir dans « La Rage au Ventre » (2015), Willem Dafoe, qu’on a pu voir dans « The Hunter » (2011)Zoe Saldana, qu’on a pu voir dans « Star Trek » (2009), et enfin Sam Shepard, qu’on a pu voir dans « La Neige tombait sur les Cèdres » (1999).

« Les Brasiers de la Colère » présente une histoire mettant en scène un ouvrier d’une aciérie de Pennsylvanie, Russell Baze (Christian Bale) et son frère Rodney (Casey Affleck), vétéran de la guerre en Irak, qui n’arrive guère à s’adapter à la vie civile. Ce dernier participe à des combats à mains nues histoire de faire un peu d’argent, et ce, pour le compte d’un petit criminel local, propriétaire d’un bar, John Petty (Willem Dafoe), qui dirige toutes sortes d’opérations illégales. Rodney pousse John Petty à organiser un grand combat. Peu de temps après ce combat, organisé par un gang de criminels impitoyable, Rodney disparaît. Son frère, Russell, veut comprendre ce qui s’est passé et se lance dans une vendetta sans retour…

Le film a été produit par Relativity Media, Appian Way, Red Granite Pictures et Scott Free Productions, avec Jeff Waxman, Tucker Tooley, Brooklyn Weaver, Riza Aziz, Joey McFarland, Joe Gatta, Danny Dimbort, et Christian Mercuri œuvrant en tant que producteurs exécutifs. Le réalisateur Scott Cooper a lu un article à propos de la ville de  Braddock, en Pennsylvanie. Une ville où toute l’économie repose sur l’industrie de l’acier, située à proximité de Pittsburgh, et les efforts du maire John Fetterman, visant à revitaliser sa ville, face au taux de chômage crissant. Après avoir visité les lieux, Scott Cooper a décidé d’utiliser l’arrondissement comme toile de fond pour son film.

Doté d’un budget de 22 millions de dollars, « Les Brasiers de la Colère » a rapporté un peu plus de 15 millions de dollars de recettes au box-office. La photographie principale a commencé dans la région métropolitaine de Pittsburgh le 13 Avril 2012, et s’est achevée le 1er Juin, 2012. La majorité du tournage a eu lieu à Braddock, et quelques scènes supplémentaires se sont effectuées dans les environs de North Braddock, Imperial, Rankin et Swissvale. Les scènes de prison ont été filmées dans le Panhandle du Nord ainsi qu’en Virginie-occidentale, à l’ancien pénitencier d’État de Moundsville. Le Carrie Furnace, un haut-fourneau abandonné près de Braddock, a servi de lieu pour la scène finale du film. Christian Bale portait un tatouage sur son cou, 15104, le code postal de Braddock, un hommage au maire de la ville John Fetterman, qui a le même tatouage sur son bras.

À la fin de la projection de ce film dramatique, la première idée qui nous vient à l’esprit, c’est, tout ça pour ça… Déjà, le casting, qui n’est pas des moindres, avec des acteurs talentueux comme Christian Bale, Casey Affleck, Forest Whitaker, Willem Dafoe, entre autres, apparaît clairement comme étant sous-exploité, comme, pour exemple, Forest Whitaker qui apparaît bien peu à l’écran, dans un rôle secondaire, sans réelle dimension. Quel gâchis. Le rythme est particulièrement lent, cherchant plus à dépeindre une société, qui au nom du libéralisme et de la sacro-sainte économie de marché, laisse des gens par centaines sur le carreau, en proie à une misère qui n’a rien à envier à certains pays du tiers-monde.

« Les Brasiers de la Colère » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 15 mai 2014 chez Seven7. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Les Brasiers de la Colère » est un film intéressant dans son approche sociologique, en nous immergeant dans le monde de la ruralité américaine. L’intrigue nous fait évoluer au milieu de personnages pauvres, simples, dont le combat quotidien ressemble fortement à un mode de survie. L’histoire est forte et l’interprétation, notamment celle de Christian Bale, est puissante. Cependant certains personnages manquent de relief, et du coup certains acteurs sont sous-exploités. Le rythme est lent, les scènes d’actions sont relativement violentes mais peu nombreuses. Le film est profondément noir, de par son histoire, mais également de par l’environnement dans lequel les protagonistes évoluent. Un film qui se laisse regarder, mais qui n’a pas pour objectif de nous remonter le moral…

Notre note :

 

Bande-annonce :

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 205 448 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :