Drame, Horreur

THE DOOR (2016)


The Other Side of the Door (2016)

 

Synopsis : Une famille américaine mène une paisible existence en Inde jusqu’à ce qu’un accident tragique prenne la vie de leur jeune fils. La mère, inconsolable, apprend qu’un rituel antique peut lui permettre de lui faire un dernier adieu. Elle voyage alors jusqu’à un ancien temple, où se trouve une porte qui sépare le monde des vivants et celui des morts. Mais quand elle désobéit à l’avertissement sacré de ne jamais ouvrir cette porte, elle bouleverse alors l’équilibre entre les deux mondes.

Origine du film : Angleterre, Inde
Réalisateur : Johannes Roberts
Scénaristes : Ernest Riera, Johannes Roberts
Acteurs : Sarah Wayne Callies, Jeremy Sisto, Suchitra Pillai-Malik
Musique : Joseph Bishara
Genre : Drame, Epouvante-horreur
Durée : 1h 36min
Date de sortie : 4 mars 2016 (États-Unis), 1 juin 2016 (France)
Année de production : 2016
Sociétés de production : 42, Kriti Productions
Titre Original : The Other Side Of The Door
Distribué par : Twentieth Century Fox France

Notre commentaire : « The Other Side of the Door« , ou « The Door » dans sa version française, est un film d’épouvante anglo-indien datant de 2016, réalisé par Johannes Roberts, à qui l’on doit également « Storage 24″ (2012). Les acteurs principaux sont Sarah Wayne Callies, que l’on connaît essentiellement pour son personnage de Sara Tancredi dans la série télévisée « Prison Break » et de Lori Grimes dans la série télévisée « The Walking Dead » et de Jeremy Sisto, que l’on connaît pour son personnage de Billy Chenowith dans la série télévisée « Six Feet Under » ainsi que pour son personnage de Cyrus Lupos dans la série télévisée « New York, Police Judiciaire ». 

L’histoire proposée par « The Door » nous emmène dans les croyances religieuses, ou tout du moins dans les croyances ésotériques hindoues, l’action se déroulant en effet en Inde, de nos jours. Un couple est endeuillé par la perte d’un enfant, et la mère se culpabilise ayant dû faire un choix lors d’un accident de voiture. Le scénario est relativement bien écrit. Dans un premier temps, on nous fait vivre les événements qui ont amené la situation actuelle, à travers des flash-backs. La possibilité de parler une dernière fois à son enfant, pousse cette mère de famille à commettre l’irréparable en ouvrant une porte, qui, bien entendu, aurait dû rester fermée. Et voilà qu’on bascule dans l’horreur, car l’esprit de l’enfant revient, et ce dernier n’est pas aussi gentil qu’on l’aurait souhaité. 

L’histoire en elle-même ne nous offre rien de fondamentalement original, en dehors de placer l’histoire en Inde, permettant ainsi de jouer avec les rites spécifiques à cette culture. L’épouvante monte crescendo à travers des effets qu’on connaît bien, maintes fois vus, mais toujours efficaces. L’interprétation est bonne, que ce soit pour Sarah Wayne Callies dans le rôle de Maria, une mère de famille rongée par la culpabilité et qui nourrit un espoir irrationnel. Mais également pour Jeremy Sisto dans le personnage de Michael, l’époux de Maria, qui se veut le témoin de l’effondrement de sa femme, et qui voit dans sa quête, une forme de chute libre dans la folie. 

On notera également la participation de Javier Botet qui incarne le personnage de Myrtu. Ce n’est pas la première fois qu’on peut voir cet acteur dans des films d’horreur. Il a interprété Niña Medeiros dans [Rec] (2007) ainsi que le fantôme féminin dans « Mama » (2013). En effet, ce dernier souffre d’une maladie appelée le Syndrome de Marfan, qui se caractérise par des doigts extrêmement longs ainsi qu’une taille importante (plus de 2 m). On peut également le voir dans « Crimson Peak » (2015).

En conclusion, « The Other Side of the Door » est un film d’horreur correct qui offre son petit lot de sensation, mais qui repose sur un schéma mainte fois exploité. Rien d’innovant dans cette histoire, en dehors de l’utilisation d’une culture rarement mise en avant dans le cinéma contemporain. Le scénario est correct, l’intrigue est simple et les effets d’épouvantes fonctionnent bien. Les effets spéciaux sont tout aussi corrects. Les décors sont sympathiques, notamment la maison où se déroule l’action. L’interprétation des deux principaux acteurs reste probablement le point fort de ce métrage. Un film qui se laisse regarder …

 

Notre note :

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 180 559 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Pages et Articles Phares

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :