Science fiction, Thriller

ARQ (2016) ★★★☆☆


ARQ (2016)

 

Synopsis : Pris au piège d’un laboratoire et d’une boucle temporelle, un couple déphasé repousse des cambrioleurs tout en abritant une source d’énergie, seul espoir de l’humanité.

Origine du film : États-Unis, Canada
Réalisateur : Tony Elliott
Scénaristes : Tony Elliott
Acteurs : Robbie Amell, Rachael Taylor, Shaun Benson, Gray Powell, Jacob Neayem, Adam Butcher
Musique : Keegan Jessamy, Bryce Mitchell
Genre : Science-fiction, Thriller
Durée : 1 heure 28 minutes
Date de sortie : 16 septembre 2016 (États-Unis),
Année de production : 2016
Sociétés de production : Lost City, XYZ Films, MXN Entertainment
Distribué par : Netflix
Titre original : ARQ
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « ARQ » est un thriller de science-fiction américano-canadien datant de 2016, écrit et réalisé par Tony Elliott, qui est essentiellement connu pour être le scénariste de nombreux épisodes de différentes séries télévisées. Les acteurs principaux sont Robbie Amell, essentiellement connu pour avoir incarné le personnage de Stephen Jameson dans la série télévisée « The Tomorrow People » et Rachael Taylor, qu’on a pu voir dans « Transformers » (2007). 

Le concept de « ARQ » remonte à 2008, avant que le réalisateur-scénariste Tony Elliot ne travaille sur la série télévisée « Orphan Black ». Le script a été retenu, mais il est resté dans l’enfer de développement pendant des années, autrement dit, l’affaire est restée dans un tiroir. Après que les droits reviennent vers Tony Elliott, Netflix a contacté son producteur et a proposé de produire le film. En janvier 2016, il a été annoncé que Robbie Amell et Rachael Taylor avaient été engagés pour assurer les rôles principaux dans le film. Le tournage de « ARQ » s’est déroulé à Toronto sur une durée de 19 jours. Le réalisateur a précisé que le budget était de moins de deux millions de dollars.

La première mondiale du film s’est déroulée lors du Festival de Toronto le 9 septembre 2016. Le film est sorti le 16 septembre 2016 aux États-Unis. Selon toutes vraisemblances, il s’agirait là du premier long-métrage réalisé par Tony Elliot. 

L’histoire n’est en rien originale, car le sujet de la boucle du temps a déjà été développé dans d’autres films, et dans ce sens, « ARQ » fait forcément penser à des métrages comme « Un Jour sans Fin » (1993) ou, pour citer quelque chose de plus récent, « Edge of Tomorrow » (2014), mais avec des moyens financiers nettement moins importants. Reste que l’idée est là. Développer une idée qui a déjà été explorée précédemment n’est pas une mauvaise chose en soit dans la mesure où le scénario est intéressant. Et on peut dire que dans le cas de « ARQ » ce n’est pas trop mal écrit. Chaque nouvelle boucle temporelle vécue par les protagonistes de cette histoire apporte de nouveaux éléments, une nouvelle orientation, de nouvelles pistes à l’intrigue, ce qui permet aux téléspectateurs de ne pas être en mesure de prédire les actions à venir des personnages.

La mise en scène est donc bien orchestrée, offrant une impossibilité d’anticiper la suite, car lorsque l’on attend une action précise d’un des personnages, cette dernière n’arrive pas, et l’histoire prend donc une nouvelle forme. Malgré l’aspect hui-clos du film, une part d’action est tout de même présente. La fin est, dans une certaine mesure, une surprise, mais elle s’inscrit pleinement dans l’atmosphère générale du film.  

Le casting nous invite à suivre des acteurs qu’on ne connaît pas vraiment, mais dans l’ensemble, l’interprétation est bonne. Les dialogues nous permettent de comprendre la situation dans laquelle se déroule l’histoire, qui, une fois de plus, nous propose un récit se déroulant dans un monde dystopique, où la survie de l’humanité se trouve positionnée dans l’esprit de certains des protagonistes. 

En conclusion, « ARQ » est un bon thriller de science-fiction disposant d’une histoire de type « time loop » où les protagonistes revivent continuellement la même séquence temporelle. Le scénario reste cependant fluide et la mise en scène est correcte. Le jeu d’acteur proposé par l’ensemble du casting est cohérent et on peut clairement discerner le caractère des différents personnages. La photographie est basique, se limitant dans sa très grande majorité à des plans se déroulant à l’intérieur d’une maison et de sa cave. Ce film reste agréable à regarder malgré ses faiblesses essentiellement dues au faible budget. 

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 166 006 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :