Action, Espionnage, Thriller

THE NUMBERS STATION (2013) ★★★☆☆


The Numbers Station (2013)

 

Synopsis : Un ancien agent d’élite de la CIA, qui a pour mission de protéger une jeune femme, doit lutter avec elle pour leur survie après une attaque surprise…

Origine du film : Royaume-Uni, États-Unis, Belgique
Réalisateur : Kasper Barfoed
Scénaristes : F. Scott Frazier
Acteurs : John Cusack, Malin Åkerman, Liam Cunningham
Musique : Paul Leonard-Morgan
Genre : Action, Espionnage, Thriller
Durée : 1 heure et 29 minutes
Date de sortie : 26 avril 2013 (États-Unis)
Année de production : 2013
Sociétés de production : Furst Films, Matador Films, Piccadilly Pictures, Atlantic Swiss Productions, Blue Lake Media Fund, Content Media Corporation, Echo Lake Entertainment
Distribué par : Image Entertainment (US)
Titre original : The Numbers Station
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « The Numbers Station » est un thriller d’action américano-belge, sur fond d’espionnage, datant de 2013, réalisé par Kasper Barfoed, réalisateur danois, né à Copenhague en 1972. Les acteurs principaux sont John Cusack, qu’on a pu voir dans « Identity » (2003), Malin Åkerman, qu’on a pu voir aux côtés de Nicolas Cage dans « 12 heures » (2012). À noter également la participation de Liam Cunningham, qu’on a pu voir dans « Sécurité Rapprochée » (2012).

L’histoire proposée par « The Numbers Station » nous invite à suivre l’agent Emerson Kent, un tueur de la CIA, qui se voit affecter, suite à ce qui semble être un « burn-out », à la protection rapprochée d’un opérateur qui travaille dans une station secrète américaine, quelque part dans la campagne britannique. Cette dernière va faire l’objet d’une attaque, et l’agent Kent, devra faire des choix importants pour garder en vie son opératrice, tout en évitant d’y laisser sa peau.

Le scénario de « The Numbers Station » n’a rien d’original, et si le début du film laissait entrevoir un thriller parsemé de cadavres, la suite n’en est rien. Bien au contraire on bascule dans une sorte du hui clos, où les principaux protagonistes sont enfermés dans un ancien bunker de l’armée américaine, désaffecté depuis, et transformé en base secrète de la CIA, d’où des opérateurs communiquent des messages codés aux agents de terrain. On se retrouve donc dans une sorte de jeu du chat et de la souris, visant à débusquer le méchant qui se balade impunément dans la station pour faire main base sur les codes, , ce qui pourrait mettre à mal la sécurité de l’état, bref le bla-bla habituel…

L’avantage de « The Numbers Station « , c’est de disposer de John Cusack dans le casting, parce que du côté des autres acteurs, la proposition est somme toute assez basique. Même l’interprétation de Malin Åkerman est loin d’être flamboyante. Avec l’aide de John Cusack, Kasper Barfoed, le réalisateur, arrive, à travers une mise en scène qui se veut convenable, à maintenir l’intérêt du spectateur, sans avoir recours à des courses-poursuites effrénées en voiture ou autre fusillade impressionnante. Non, l’intrigue reste bien présente durant toute la durée du métrage, ce qui s’avère, en définitive, être une rareté dans un thriller contemporain. 

D’un autre côté, sachant qu’initialement le choix, pour tenir le rôle principal, avait été porté sur Ethan Hawke, cela aurait aussi pu être intéressant. Cela dit, John Cusack, offre une bonne prestation, proposant un personnage tourmenté, et qui, de par la particularité de son travail se remet en question, et notamment sur l’aspect moral des choses. Il voit dans le fait de maintenir son agent de transmission vivant, une forme de rédemption pour ses crimes antérieurs. 

« The Numbers Station » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 3 mars 2015 chez Arcadès. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « The Number Station » est un bon thriller d’action, malgré quelques petites incohérences que l’on peut relever pour peu qu’on y soit attentif. Proche du hui clos, l’intrigue est maintenue durant l’intégralité de l’heure et demie que dure le film. La photographie n’a rien d’étincelante et la mise en scène est correcte. Le casting est potable, ce qui permet à John Cusack de s’élever distinctement de la mêlée. Un film qui ne restera en aucun cas une référence du genre, mais qui se laisse regarder agréablement.

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 404 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :