Horreur, Mystère, Thriller

THE CANAL (2014) ★★★☆☆


The Canal (2014)

 

Synopsis : David, jeune archiviste venant d’emménager avec sa femme et son fils, découvre sur une vieille pellicule que la maison dans laquelle il vient de s’installer a été le théâtre d’un meurtre sanglant.  David plonge petit à petit dans la folie, allant jusqu’à mettre en péril la vie de ses proches…

Origine du film : Irlande
Réalisateur : Ivan Kavanagh
Scénaristes : Ivan Kavanagh
Acteurs : Antonia Campbell-Hughes, Rupert Evans, Steve Oram, Calum Heath
Musique : Ceiri Torjussen
Genre : Horreur, Mystère, Thriller
Durée : 1 heure et 32 minutes
Date de sortie : 18 avril 2014 (Irlande)
Année de production : 2014
Sociétés de production : Park Films, Treasure Entertainment, Western Edge Pictures
Distribué par : Kaleidoscope Home Entertainment
Titre original : The Canal
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « The Canal » est un film d’horreur irlandais datant de 2014, écrit et réalisé par Ivan Kavanagh, à qui l’on doit également « The Fading Light » (2009). Les acteurs principaux sont Antonia Campbell-Hughes, qu’on a pu voir dans « 3096 Jours » (2013), Rupert Evans, qu’on a pu voir dans « The Boy » (2016) et Hannah Hoekstra, qu’on a pu voir dans « Sunny Side Up » (2015).

L’histoire proposée par « The Canal » nous invite à suivre David, un jeune père de famille, qui enquête sur un assassinat horrible qui a eu lieu au début des années 1900 dans la maison qu’il occupe avec sa famille. Progressivement, David va se persuader que la maison est hantée et qu’un esprit maléfique est à l’origine des différents événements troublants dont il est victime. 

Le tournage de ce film, « The Canal » a eu lieu à Dublin, en Irlande, au cours de l’été 2013. Le financement provenait de l’Irish Film Board et de l’article 481, qui offre une incitation fiscale à l’Irlande pour financer des productions comme des films à destination du cinéma et de la télévision. Lors de la création du script, Ivan Kavanagh, le réalisateur-scénariste, a fait appel à ses propres peurs et a écrit le scénario d’une traite, en déroulant l’écriture dans l’ordre chronologique des événements. Il a également porté un soin particulier sur le son du film, qu’il voulait aussi important que l’image et n’a pas utilisé de sons archivés pré-enregistrés. Ivan Kavanagh a rencontré des difficultés pour le tournage de la séquence de 1902, qu’il voulait le plus réaliste possible. Il a testé différents formats de caméra pour finalement disposer d’une caméra Universal de 1915.

L’histoire est relativement classique, et la place du fameux « canal » n’est que très secondaire dans le développement de la trame. « The Canal » se distingue par la qualité de son scénario, qui durant toute la longueur du métrage laisse planer le doute sur la présence d’un esprit maléfique dans la maison occupée par les personnages principaux. David, le père de famille, qui rencontre manifestement des problèmes conjugaux, est très impliqué sur son travail d’archiviste. Il bosse sur des images de scènes de crimes et se retrouve confronté à un meurtre qui s’est déroulé au début du 20ème siècle dans sa maison. Il se persuade qu’il y a des similitudes entre ce qu’il vit actuellement et les événements de cette lointaine époque. Le personnage bascule dans une sorte de délire paranoïaque. Est-ce son esprit qui est perturbé ou y a-t-il réellement une présence malfaisante qui rôde ? Autant l’avouer, le film ne répond pas franchement à cette question, c’est à chacun de se faire sa propre idée. 

Le casting est dans son ensemble d’un bon niveau. Steve Oram, qui interprète le détective McNamara, offre une excellente prestation, dans le sens où il délivre un personnage suspicieux et malicieux. On peut également souligner la prestation de Calum Heath, jeune acteur qui interprète le rôle du petit Billy. C’est toujours impressionnant de voir des enfants jouer la comédie avec autant de réalisme. Rupert Evans tient le rôle principal de David, on peut voir l’acteur apporter, grâce au maquillage, une transformation physique à son personnage, tout en offrant une bonne performance quant à la bascule dans un état qui nous amène à penser qu’il a sombré dans la folie. 

En conclusion, « The Canal » est un bon film d’horreur, qui joue plus sur l’aspect présence maléfique, que sur du gore. Le script maintien le doute sur la présence réelle d’un fantôme ou sur le basculement dans la folie du personnage principal. La photographie est basique jouant sur des teintes relativement ternes pour symboliser la présence de l’eau du canal proche de la maison où se déroulent les événements. Le casting est tout à fait honorable. Le rythme est lent, et on évite cependant les clichés traditionnels du genre. Un film plaisant sans pour autant être révolutionnaire. 

 

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “THE CANAL (2014) ★★★☆☆

  1. Je l’ai vu à sa sortie mais je dois dire qu’il ne m’a pas laissé un souvenir impérissable !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Ju lit les mots | 03/01/2017, 11 11 27 01271

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 166 007 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :