Crime - Policier, Drame, Mystère, Thriller

48 HEURES CHRONO (2012) ★★★★☆


48 heures chrono (2012)

 

Synopsis : Depuis des années, l’inspecteur Mike Fletcher et sa partenaire Kelsey Walker sont sur les traces d’un tueur en série qui rôde dans les rues de Buffalo et cible tout particulièrement les jeunes prostituées. Lorsque sa fille de 17 ans fait une fugue et disparaît, Fletcher ne tarde pas à réaliser que le tueur l’a enlevée. Désormais chaque minute compte et Fletcher doit absolument retrouver sa fille avant qu’il ne soit trop tard…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Morgan O’Neill
Scénaristes : Paul Leyden, Morgan O’Neill
Acteurs : John Cusack, Jennifer Carpenter, Dallas Roberts, Mae Whitman, Sonya Walger, Mageina Tovah
Musique : Mark Isham
Genre : Drame, Mystère, Policier, Thriller
Durée : 1 heure et 44 minutes
Date de sortie : 20 octobre 2012 (États-Unis)
Année de production : 2012
Sociétés de production : Dark Castle Entertainment
Distribué par : Warner Bros.
Titre original : The Factory
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « The Factory » ou « 48 heures Chrono » pour la version française est un thriller policier datant de 2012, co-écrit et réalisé par Morgan O’Neill. Les acteurs principaux sont John Cusack, qu’on a pu voir dans « The Numbers Station » (2013), Mae Whitman, qu’on a pu voir dans « Independence Day » (1996), Dallas Roberts, qu’on a pu voir dans « Shrink » (2009) et Jennifer Carpenter, qu’on a pu voir dans « Faster » (2010).

Contrairement au traitement très agressif qu’a réservé la presse spécialisée ainsi que la critique en général en défonçant littéralement « 48 Heures Chrono » en expliquant que son scénario était composé de passages de différents films précédents, sans pour autant citer quelques exemples, nous avons beaucoup apprécié le script, qui même s’il n’est pas pleinement original, offre tout de même une intrigue des plus prenante. L’histoire nous emmène aux côtés de Mike Fletcher, interprété par John Cusack, un policier littéralement obsédé par l’enquête qu’il dirige depuis des mois, et qui va redoubler d’efforts et d’effrois lorsqu’il va comprendre que sa fille vient d’être kidnappée par le même psychopathe. 

« 48 Heures Chrono » fut doté d’un budget de 30 millions de dollars. Le tournage s’est entièrement déroulé à Montréal, au Québec, bien que l’histoire est censée se dérouler à Buffalo, dans l’ouest de l’État de New-York, près des chutes du Niagara. Comme je le soulignais précédemment l’intrigue est particulièrement bien ficelée et la question première que l’on garde à l’esprit durant quasiment toute la durée du film, c’est : est-ce que le principal protagoniste va retrouver sa fille à temps et surtout avant qu’elle ne soit abusée sexuellement ou pire encore ? Le turn-over final est une véritable surprise, que rien ne laissait présager, et pourtant, les indices étaient disséminés tout au long du film. Il nous fallait un petit peu d’aide de la part du metteur en scène pour remettre les pièces du puzzle en place. Chose qui s’avère astucieusement orchestrée.

Il n’y a pas vraiment de scènes d’action dans « 48 Heures Chrono » malgré les quelques échanges de coup de feu dans la dernière partie du film. On peut néanmoins se sentir stressé en observant les déplacements en voiture de Mike Fletcher (John Cusack) lorsqu’il se rapproche de son but, qui n’hésite pas à foncer tambours battants au volant de son 4×4 sur les routes enneigées. La photographie nous permet d’avoir droit à quelques belles scènes mettant en valeur l’hiver qui a l’air bien rude dans cette région.

Du côté du casting, c’est donc John Cusack qui tient le rôle principal. Le principal reproche que l’on peut lui adresser, c’est quasiment toujours aborder ses différents rôles avec la même apparence. Un reproche que l’on fait également souvent à Jason Statham. Les films sont différents, les personnages se veulent différents aussi, mais l’acteur arbore toujours le même « look ». On aura aussi relevé la très bonne prestation de Dallas Roberts, dans le personnage de Gary Gemeaux, un psychopathe comme seuls les États-Unis savent en produire. On aura apprécié le travail de Mae Whitman dans le rôle d’Abby Fletcher, qui propose un personnage d’adolescente rebelle, mais finalement intelligente, qui cerne bien la personnalité de son ravisseur et qui arrive à le manipuler en rentrant dans son jeu. Enfin,,nous aurons été bluffés par le personnage de Kelsey Walker, interprété avec beaucoup de finesse par Jennifer Carpenter. 

« 48 heures Chrono » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 23 octobre 2013 chez Seven7. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « 48 Heures Chrono » est un très bon thriller, dont le scénario met fortement l’accent sur le suspense. L’intrigue est très prenante et est maintenue jusqu’à la fin du film. Il y a peu de scènes d’action. La photographie propose de jolis plans de la région fortement enneigée. Le casting offre de très bonnes prestations. Un film injustement boudé par la critique et qui mérite qu’on s’y intéresse. Un divertissement qui se laisse regarder avec beaucoup d’exaltation et qu’on ne peut que conseiller.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 127 596 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :