Horreur, Mystère, Science fiction

PANDORUM (2009) ★★★☆☆


Pandorum (2009)

 

Synopsis : Deux astronautes, le Lieutenant Payton et le Caporal Bower se réveillent dans leur gigantesque vaisseau spatial après un long séjour en hyper-sommeil. Désorientés et plongés dans le noir, ils ne se souviennent ni de leurs identités ni de leur mission. Les seuls sons qui leur parviennent sont des vibrations provenant du coeur du vaisseau. Le Caporal Bower part en exploration et ne tarde pas à découvrir quelques survivants qui vivent cachés, traqués par d’effroyables créatures. Ensemble ils vont essayer de découvrir ce qui s’est réellement passé lors de cette mission…

Origine du film : Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis
Réalisateur : Christian Alvart
Scénariste : Travis Milloy
Acteurs : Dennis Quaid, Ben Foster, Cam Gigandet, Antje Traue, Cung Le, Eddie Rouse
Musique : Michl Britsch
Genre : Horreur, Mystère, Science-fiction
Durée : 1 heure et 48 minutes
Date de sortie : 30 septembre 2009 (France)
Année de production : 2009
Sociétés de production : Constantin Film, Impact Pictures
Distribué par : Metro-Goldwyn-Mayer Pictures, M6 (France)
Titre original : Pandorum
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « Pandorum » est un film d’horreur de science-fiction germano-britannique datant de 2009, réalisé par Christian Alvart, à qui l’on doit également « Le Cas 39 » (2009). Les acteurs principaux sont Dennis Quaid, qu’on a pu voir dernièrement dans « Truth : Le Prix de la Vérité » (2015), Ben Foster, qu’on a pu voir dans « Warcraft » (2016), Antje Traue, qu’on a pu voir dans « Criminal » (2016).

Le titre du film est une sorte de surnom d’une psychose fictive appelée « Syndrome Dysfonctionnel Orbital » où ODS pour abréger, qui serait causée par l’espace profond et déclenchée par un stress émotionnel entraînant une paranoïa sévère, un délire et un saignement de nez. 

Le film a commencé à prendre naissance par l’intermédiaire d’un script préliminaire écrit par Travis Milloy à la fin des années 1990. L’histoire était, à l’origine, située dans un vaisseau prison appelé Pandorum, transportant des milliers de prisonniers, condamnés à mort, de la terre vers une autre planète. Le cannibalisme fut le résultat de la dégénérescence des prisonniers. Les personnages joués par Antje Traue et Cung Le étaient des détenus. Le personnage de Ben Foster était un membre de l’équipage qui ne faisait confiance à personne.

Croyant qu’aucun studio ne voudrait faire le film, Travis Milloy pensait le réaliser comme un film à petit budget tourné en vidéo dans une usine abandonnée, avec des acteurs inconnus. Cependant, il a attiré l’attention du réalisateur-producteur Paul W. S. Anderson et du producteur Jeremy Bolt, qui l’ont proposé à le société de production Impact Pictures. Cette dernière à donné son feu vert. Les producteurs ont donné le script au réalisateur Christian Alvart qui a été frappé par les similitudes avec son propre scénario intitulé « No Where« . Une histoire dramatique qui mettait en scène quatre astronautes à bord d’un navire de colons, souffrant d’amnésie. Christian Alvart a proposé qu’ils devaient mélanger les deux scénarios, et les producteurs ont retenu cette idée. L’utilisation du mot « Pandorum » qui désignait le nom du vaisseau spatial a été changée pour nommer un type de maladie mentale causée par le voyage dans l’espace.

« Pandorum » a été annoncé en mai 2008 avec Dennis Quaid et Ben Foster dans les rôles principaux. Christian Alvart a été désigné pour diriger le film, basé sur le script de Travis Milloy. Le film a été financé par Constantin Film avec un accord avec la filiale Impact Pictures. Ce partenariat a aidé à financer le film à hauteur de 40 millions de dollars. La société Constantin Film a obtenu des subventions du fond allemand pour le cinéma, le Medienboard Berlin-Brandebourg (MBB), mais également de l’Office Fédéral Allemand du Film (FFA) ainsi que du Fond Allemand pour le Cinéma (DFFF). Ce dernier a fourni 6 millions de dollars à la production, le deuxième plus gros versement de cette organisation en 2008, après les 7,5 millions de dollars pour le film « Ninja Assassin ». Le tournage a eu lieu au Babelsberg Studios à Potsdam, en Allemagne en août 2008.

« Pandorum » fait incontestablement partie de ces films qu’il est difficile de classer, dont on éprouve des difficultés à déterminer. Le contexte de l’histoire, nous plonge assurément dans l’univers de la science-fiction, puisque nous sommes dans un vaisseau spatial. Les prémisses, nous font découvrir un homme qui semble sortir d’un sommeil prolongé, probablement réveillé par l’ordinateur de bord. Automatiquement, on pense à « Alien » (1979) de Ridley Scott. Mais lorsque surviennent les premiers événements bizarroïdes, on bascule dans le film d’horreur, version cannibale, car les « choses » mangent leurs proies. Du coup, l’humain n’ayant pas, selon toute vraisemblance, la possibilité de combattre sur un niveau d’égalité face à ses adversaires plus forts physiquement, plus rapides, n’a plus qu’une seule option raisonnable à son actif, fuir. On bascule donc dans le « survival« .

Pour augmenter la tension et donc l’intrigue, le réacteur du vaisseau donne des signes de faiblesse, menaçant de s’éteindre définitivement sous peu, mettant un terme à toutes chances de survie. Pour palier à cette échéance désagréable, il est nécessaire de le réinitialiser. Et pas n’importe comment :  manuellement ! Bien évidemment, celui-ci est situé à l’autre bout du vaisseau, obligeant un petit groupe de survivants à traverser le vaisseau, risquant à tout moment de croiser le chemin de mutants zombinoïdes cannibales. Pour pimenter l’action, la salle du réacteur sert de dortoir à nos monstres fracassés du ciboulot.

Le rythme du film est assez bon, passé la toute première partie, dédiée au réveil des deux premiers protagonistes. La tension monte progressivement jusqu’à ce qu’on découvre les premiers monstres qui pullulent dans le vaisseau spatial à l’abandon. On découvre progressivement ce qui s’est passé durant le sommeil prolongé des principaux protagonistes jusqu’au dénouement final. Les effets spéciaux se focalisent principalement sur l’apparence des mutants. Les décors nous plongent dans les entrailles d’un vaisseau spatial comme on a pu en voir de nombreux dans les films de science-fiction et n’apportent rien de fondamentalement novateurs. 

Le casting offre de bonnes prestations, même si une majorité des acteurs arrivent assez tardivement dans le déroulement de l’histoire. On retiendra la prestation d’Antje Traue dans un rôle assez physique, dépeignant un personnage rompu à la survie et à la protection de sa fonction de biologiste dans cette arche de Noé des temps futuristes. Cung Le met ses talents de spécialiste des arts martiaux au service de son personnage de guerrier. Dennis Quaid, dispose d’un rôle important dans le développement de l’intrigue, mais n’est pas très présent à l’écran. Son personnage étant confiné dans une seule pièce, dirigeant les déplacements de son collègue. C’est donc Ben Foster qui dispose réellement du rôle principal de ce film. L’acteur livre une prestation mitigée, ses réactions dans certaines situations peuvent apparaître comme légèrement pauvres en émotions. 

« Pandorum » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 16 février 2010 chez Aventi Distribution. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Pandorum » est un bon film de science-fiction et/ou un bon film d’horreur selon l’angle avec lequel on perçoit ce métrage. L’histoire est sympathique, mais souffre d’une impression de déjà vu, usant de clichés propres à la SF. Le rythme est bon et l’intrigue est fluide et prenante. Les effets spéciaux sont honorables et les monstres suffisamment horribles pour créer une atmosphère particulière et une tension inquiétante. La distribution propose d’honorable prestation. Un film correct sans être transcendant, juste au-dessus de la moyenne. 

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “PANDORUM (2009) ★★★☆☆

  1. Lorsque je l’ai vu la première fois, je ne l’avais pas trop apprécié. Ce n’est que les autres visionnages qui ont fait que je l’apprécie. Merci pour votre article qui est très complet.

    J'aime

    Publié par Aphadolie | 11/08/2017, 4 04 38 08388

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 151 492 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :