Drame, Horreur, Thriller

DON’T BREATHE (2016) ★★★★☆


 Don't Breathe (2016)

 

Synopsis : Pour échapper à la violence de sa mère et sauver sa jeune sœur d’une existence sans avenir, Rocky est prête à tout. Avec ses amis Alex et Money, elle a déjà commis quelques cambriolages, mais rien qui leur rapporte assez pour enfin quitter Détroit. Lorsque le trio entend parler d’un aveugle qui vit en solitaire et garde chez lui une petite fortune, ils préparent ce qu’ils pensent être leur ultime coup. Mais leur victime va se révéler bien plus effrayante, et surtout bien plus dangereuse que ce à quoi ils s’attendaient…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Fede Alvarez
Scénaristes : Fede Alvarez, Rodo Sayagues
Acteurs : Jane Levy, Dylan Minnette, Daniel Zovatto, Stephen Lang
Musique : Roque Baños
Genre : Drame, Horreur, Thriller
Durée : 1 heure et 28 minutes
Date de sortie : 5 octobre 2016 (France)
Année de production : 2016
Sociétés de production : Ghost House Pictures
Distribué par : Screen Gems, Stage 6 Films
Titre original : Don’t Breathe
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « Don’t Breathe » est un thriller d’horreur américain datant de 2016, co-écrit et réalisé par Fede Alvarez, à qui l’on doit également « Evil Dead » (2013). Les acteurs principaux sont Jane Levy, qu’on devrait prochainement retrouver à l’affiche de « Monster Trucks » (2016), Dylan Minnette, qu’on a pu voir dans « Prisoners » (2013), Daniel Zovatto, qu’on a pu voir dans « It Follows » (2014) et Stephen Lang, qu’on a pu voir dans « Gridlocked » (2015).

Le 1er mai 2015, Daniel Zovatto était le premier à se joindre à la distribution de « Don’t Breathe« . Le 22 mai 2015, Dylan Minnette rejoignait à son tour le casting du film, et le 18 juin 2015, ce fut Jane Levy et Stephen Lang qui intégrèrent l’équipe d’acteurs du film. Doté d’un budget de 10 millions de dollars, le tournage principal a commencé le 29 juin 2015. Bien que l’histoire du film soit fixée à Detroit, le tournage a principalement eu lieu en Hongrie. Quelques vues de Detroit ont cependant été réalisées dans cette ville. Fede Alvarez a estimé que dans ces conditions le film coûterait nettement moins cher, et a accueilli favorablement ce changement géographique, car il permettait d’avoir moins d’interférences avec le studio.

En date du 29 octobre 2016, « Don’t Breathe » avait rapporté 89 millions de dollars en Amérique du Nord et 63,4 millions de dollars dans les autres pays pour un total mondial de 152,5 millions de dollars. En raison de son faible budget de production, le film est considéré comme un grand succès financier. Pour Sony Pictures, ce film est devenu leur deuxième succès surprise de fin d’été 2016, juste après « Sausage Party » de Conrad Vernon & Greg Tiernan. 

L’histoire proposée par « Don’t Breathe » nous invite donc à suivre trois délinquants, Rocky, Alex et Money qui se livrent à des braquages de maisons. Pour ce qui s’annonce comme leur ultime coup, ils décident d’aller cambrioler la maison de Norman Nordstrom, ancien militaire, aveugle, dont ils pensent qu’il détient à son domicile la somme de 300.000 dollars. Ce dernier aurait touché cette somme en dédommagement suite au décès accidentel de sa fille. Nous sommes donc dans le concept du home invasion. En ce sens, le métrage nous fait penser à deux autres films récents, « Hush » (2016) où la victime était une sourde et muette, et « Intruders » (2015) pour l’aspect inversement de situation. En effet, avec « Don’t Breathe » on pourrait réveiller de vieux adages, comme « tel est pris qui croyait prendre » ou encore « l’arroseur arrosé« .

Bien que catalogué comme étant un film d’horreur, « Don’t Breathe » ne fait pas fondamentalement peur, en dehors de la tête de l’excellent Stephen Lang dont le visage est maquillé pour des raisons scénaristiques. En effet, son personnage a perdu la vue suite à une explosion, alors qu’il était militaire, et son visage en porte encore les stigmates. Cependant, bien qu’il y ait quelques jump scare ( personnage qui apparaît soudainement, le chien qui saute et aboie subitement) ce n’est pas, à proprement parlé, un film d’horreur. Dans cette histoire, pas d’esprit maléfique, aucun démon, et rien de paranormal. L’action se focalise dans une maison ordinaire, dans un quartier à l’abandon, séquelles directes de la crise industrielle et financière dont fait l’objet la ville de Détroit.

En outre, dans la première partie du film, on n’éprouve même pas vraiment d’antipathie pour le personnage de Stephen Lang, apparaissant clairement comme une victime, ne cherchant qu’à se défendre, lui et ses biens. Une forme de légitime défense face à des assaillants qui voulaient profiter de son infirmité pour le voler. La première victime à terre, intervient le premier rebondissement, le premier turn-over qui va nous faire changer radicalement de position, et voir Stephen Lang comme nettement moins sympathique. Mais à la vue de la filmographie de l’acteur, ne doutions-nous pas qu’il serait plutôt fixer dans le rôle du « méchant » ?

« Don’t Breathe » joue donc à fond la carte du suspense, la mise en scène est habilement construite pour garder le spectateur sous tension. C’est intelligemment réalisé en partant d’une histoire simple. L’ensemble reste brutal et implacable. Reste un film sympathique et surtout un réalisateur qu’il faut garder à l’œil pour les années à venir.  On pourrait cependant reprocher la conclusion, qui laisse la porte ouverte à une éventuelle suite. Mais en dehors de cette petite anicroche, le divertissement est au rendez-vous.

En conclusion, « Don’t Breathe » est un bon thriller d’horreur, bien qu’il faille certainement plus retenir le côté suspense et tension que le côté horrifique, même si on retrouve certains codes du genre. L’histoire est simple mais la mise en scène est habilement construite. L’intrigue est également basique et se limite à comment sortir de cette baraque de malheur, si possible en vie. La photographie joue énormément avec l’obscurité, l’un des protagonistes étant aveugle. Le casting offre des prestations honorables et Stephen Lang est excellent et terrifiant, sans en faire des tonnes et avec une quasi absence de dialogue. Un métrage qui sort clairement du lot et qui offre un moment plaisant.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “DON’T BREATHE (2016) ★★★★☆

  1. C’est drôle, je n’avais jamais vu l’affiche mais le « slogan » affiché juste en-dessous des deux yeux entièrement blancs, c’est clair que ça tend à faire penser qu’on va voir un énième film d’horreur sur une maison hanté avec un fantôme pas très sympa et tout… Alors que non. C’est tendu, c’est nerveux, ça laisse jamais une minute de répit et puis mince, Stephen Lang fait VRAIMENT FLIPPER. D’habitude, il joue des méchants, mais des méchants bourrins sans trop de finesse ou de subtilité (on rentre dans l’tas, on avise après). Là, c’est quand même plus subtil et tellement plus crispant… Bien chouette surprise pour moi que ce « Don’t Breathe » en tout cas ! 😀

    Aimé par 1 personne

    Publié par Sweet Judas | 24/11/2016, 10 10 29 112911

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 134 897 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :