Drame, Horreur

CARRIE (2013) ★★★★☆


Carrie, la Vengeance (2013)

 

Synopsis : Timide et surprotégée par sa mère très pieuse, Carrie est une lycéenne rejetée par ses camarades. Le soir du bal de fin d’année, elle subit une sale blague de trop. Carrie déchaîne alors de terrifiants pouvoirs surnaturels auxquels personne n’échappera…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Kimberly Peirce
Scénaristes : Lawrence D. Cohen, Roberto Aguirre-Sacasa
Acteurs : Chloë Grace Moretz, Judy Greer, Portia Doubleday, Alex Russell, Gabriella Wilde, Ansel Elgort, Julianne Moore, Judy Greer
Musique : Marco Beltrami
Genre : Drame, Horreur
Durée : 1 heure et 40 minutes
Date de sortie : 4 décembre 2013 (France)
Année de production : 2013
Sociétés de production : Misher Films
Distribué par : Metro-Goldwyn-Mayer Pictures, Screen Gems
Titre original : Carrie
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « Carrie » ou « Carrie, la Vengeance » est un film d’horreur américain datant de 2013, réalisé par Kimberly Peirce, à qui l’on doit également « Stop-Loss » (2008). Ce film est la troisième adaptation du roman du même nom de 1974 écrit par Stephen King. Les acteurs principaux sont Chloë Grace Moretz, qu’on a pu voir dans « Amityville » (2005), Judy Greer, qu’on a pu voir dans « Jurassic World » (2015), Portia Doubleday, qu’on a pu voir dans « K-11 » (2012), Alex Russell, qu’on a pu voir dans « Chronicle » (2012), Gabriella Wilde, qu’on a pu voir dans « Endless Love » (2014), Ansel Elgort, qu’on a également pu voir dans « Divergente » (2014) et ses suites, et enfin Julianne Moore, qu’on a pu voir dans « Le Silence des Ombres » (2010).

En mai 2011, des représentants des sociétés MGM et Screen Gems ont annoncé que ces deux compagnies allaient produire ensemble un remake de Carrie. Les deux studios ont engagé le dramaturge espagnol Roberto Aguirre-Sacasa, qui avait déjà œuvrée sur « Spider-Man: Turn Off the Dark » pour écrire une adaptation plus fidèle du roman de Stephen King. Roberto Aguirre-Sacasa avait déjà adapté le travail de Stephen King, « The Stand », dans une bande dessinée en 2008. 

En apprenant qu’une nouvelle adaptation était en projet, Stephen King s’exprima en disant, la vraie question est pourquoi quand l’original était si bon ? Il a cependant suggéré Lindsay Lohan pour assurer le rôle principal. L’actrice Sissy Spacek, qui avait joué Carrie White dans l’adaptation de Brian De Palma en 1976, a également exprimé une opinion favorable sur le choix de Lindsay Lohan pour le personnage principal du film. Cependant, en mars 2012, le rôle de Carrie White a été offert à Chloë Grace Moretz, qui l’a accepté.

C’est la première adaptation cinématographique où le personnage de Carrie est joué par une véritable adolescente. en effet, Chloë Grace Moretz avait 15 ans pendant le tournage, alors que Sissy Spacek et Angela Bettis, qui ont joué ce même rôle, respectivement dans « Carrie au Bal du Diable » (1976) et « Carrie » (2002), avaient 26 et 28 ans quand elles ont tenu le rôle. Étant donné que Chloë Grace Moretz était mineure, elle était limitée à huit heures de tournage par jour. De nombreuses scènes où l’on peut voir Julianne Moore interagir avec le personnage de Carrie, sans que cette dernière n’apparaisse dans le champ de vision, ont été tournées avec la réalisatrice, Kimberly Peirce, en substitution de Chloë Grace Moretz.

Tout le monde ou presque connaît cette histoire, soit en ayant vu les versions cinématographiques précédentes, soit en ayant eu l’opportunité de lire le roman de Stephen King. Il est donc difficile, pour ne pas dire risquer, de proposer des remakes et/ou de nouvelles adaptations de ce que l’on peut considérer comme un classique de la littérature d’horreur et/ou paranormal. Cette nouvelle adaptation est intéressante, car elle transpose l’histoire dans l’époque actuelle. C’est ainsi que l’on peut voir l’utilisation de Smartphone et de la diffusion d’une vidéo de Carrie sur les réseaux sociaux. Les dialogues ont également été adaptés au langage des jeunes d’aujourd’hui, tout comme leurs comportements plus « libertins ».

Depuis 1976, et la première version, la gestion des effets spéciaux a fait un bon extraordinaire d’un point de vue technologique. Ainsi donc, lorsque le personnage de Carrie se met clairement en action, cela vaut son pesant de cacahuètes, sans pour autant basculer dans une surenchère qui aurait été inutile. Et on peut l’avouer, en connaissant l’histoire, c’est avec une certaine impatience qu’on attend le fameux bal, où tout va se déclencher. 

Une fois de plus, et si vous lisez régulièrement nos critiques, c’est un point qui revient souvent, l’appellation de film d’horreur est légèrement surfaite, ou exagérée. « Carrie » ne fait pas fondamentalement peur. Il ne se dégage pas non plus un sentiment d’angoisse, une atmosphère troublée. Le scénario place son principal personnage, Carrie White, dans une situation de jeune adolescente vivant en léger décalage avec son temps, exagérément couvée par sa mère, profondément religieuse. La jeune Carrie se découvre des pouvoirs de télékinésie, qu’elle va progressivement apprendre à contrôler et qu’elle va utiliser de manière dévastatrice après avoir été victime d’une farce stupide, pour ne pas dire cruelle, lors du bal de fin d’année au lycée. Dans ce métrage aucun jump scare. On s’offusque plutôt par rapport à l’attitude stupide, méchante, et même féroce des camarades de classe de la trop timide et réservée Carrie.

Du côté du casting, on retiendra l’excellente prestation de Julianne Moore qui nous livre un personnage complètement et exagérément imprégner par la religion, n’hésitant pas à se scarifier et à séquestrer sa fille, Carrie, dans un placard afin qu’elle s’adonne à la prière pour expier ses péchés supposés. La religion dans ses extrêmes, quelle qu’elle soit, est toujours mauvaise pour l’équilibre mental. Mais bien évidemment, c’est Chloë Grace Moretz, qui aura retenu notre attention. L’actrice nous livre un personnage timide, et même craintif par moment, qui, lorsque la coupe est pleine, déchaîne les éléments pour punir ceux qui l’auront humiliée Chloë nous livre deux visages complètement différents et le contraste est saisissant. 

« Carrie » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 18 avril 2014 chez Fox Pathé Europa. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Carrie » est un très bon film d’horreur, dont on retiendra essentiellement l’approche paranormale et les pouvoirs de télékinésie du principal protagoniste. La mise en scène est intéressante, dans le sens où elle laisse le temps aux personnages de se positionner et surtout à Carrie de développer son « pouvoir ». Le rythme est légèrement lent par moment. Le script a l’intelligence de ramener l’histoire dans notre quotidien, ce qui permet d’y introduire des éléments modernes comme les téléphones portables, internet, etc. Le casting offre d’honorables prestations et Chloë Grace Moretz tout comme Julianne Moore nous livre des performances délicieuses. Cette nouvelle adaptation du roman de Stephen King est donc plaisante et offre un bon divertissement. 

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 112,482 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :