Action, Comédie

KICK-ASS (2010) ★★★★☆


Kick-Ass (2010)

 

Synopsis : Dave Lizewski est un adolescent gavé de comics qui ne vit que pour ce monde de super-héros et d’incroyables aventures. Décidé à vivre son obsession jusque dans la réalité, il se choisit un nom – Kick-Ass – se fabrique lui-même un costume, et se lance dans une bataille effrénée contre le crime. Dans son délire, il n’a qu’un seul problème : Kick-Ass n’a pas le moindre superpouvoir… Le voilà pourchassé par toutes les brutes de la ville. Mais Kick-Ass s’associe bientôt à d’autres délirants copycats décidés eux aussi à faire régner la justice. Parmi eux, une enfant de 11 ans, Hit Girl et son père Big Daddy, mais aussi Red Mist. Le parrain de la mafia locale, Frank D’Amico, va leur donner l’occasion de montrer ce dont ils sont capables…

Origine du film : Royaume-Uni, États-Unis
Réalisateur : Matthew Vaughn
Scénaristes : Jane Goldman, Matthew Vaughn
Acteurs : Aaron Johnson, Christopher Mintz-Plasse, Chloë Grace Moretz, Mark Strong, Nicolas Cage
Musique : John Murphy, Henry Jackman, Marius de Vries, Ilan Eshkeri
Genre : Action, Comédie
Durée : 1 heure et 57 minutes
Date de sortie : 21 avril 2010 (France)
Année de production : 2010
Sociétés de production : Marv Films, Plan B Entertainment
Distribué par : Lionsgate, Universal Pictures
Titre original : Kick-Ass
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « Kick-Ass » est une comédie noire américaine datant de 2010, co-écrite et réalisée par Matthew Vaughn, à qui l’on doit également « X-Men: Le Commencement » (2011). Le film est basé sur le comic book du même nom écrit par Mark Millar et John Romita Jr. Les acteurs principaux sont Aaron Johnson qu’on a pu voir dans « Avengers : L‘Ère d’Ultron » (2015), Christopher Mintz-Plasse, qu’on a pu voir dans « Nos pires voisins » (2014), Chloë Grace Moretz, qu’on a pu voir dans « Si je Reste » (2014), Mark Strong, qu’on a pu voir dans « Grimsby – Agent Trop Spécial » (2016) et Nicolas Cage, qu’on a pu voir dans « Rage » (2014).

Les droits pour développer une version cinématographique de la bande dessinée ont été vendus avant même la publication du premier numéro de cette dernière. Le film et la bande dessinée ont donc été développés en parallèle, les scénaristes ont pris des directions différentes pour l’histoire, pour parvenir à des conclusions similaires. Mark Millar, qui a travaillé sur le comic book, reconnaît les différences, expliquant qu’une bande dessinée a habituellement huit actes, tandis qu’un film a habituellement une structure à trois actes.

Pour prendre un exemple parmi les différences rencontrées entre le métrage et la bande dessinée, notons que dans le comic-book original, Big Daddy n’est pas un ex-flic, mais un ancien comptable qui est motivé pour combattre le crime par désir d’échapper à sa vie et par son amour des bandes dessinées. Dans le film, ses origines et ses motivations trouvent leurs origines dans des faits réels qui ont bouleversé sa vie. Mais le point culminant où le film diffère de la bande dessinée, c’est  l’utilisation du jet pack et du lance-roquettes. 

Différents lieux de tournage ont été utilisés pour la réalisation de « Kick-Ass » incluant Hamilton en Ontario, au Canada, mais également Toronto dans cette même province de l’Ontario. Le tournage s’est également déroulé aux Elstree Studios au Royaume-Uni et la séquence d’ouverture du film, avec Nicolas Cage, a été réalisée dans une station d’épuration dans l’est de Londres. Le métrage a disposé d’un budget estimé entre 28 et 30 millions de dollars. 

En dépit du fait que le film ait suscité une certaine controverse pour les écarts de langage et la violence perpétrée par des enfants, « Kick-Ass » a été bien accueilli par la critique et le public. Le film a rapporté un peu plus de 48 millions de dollars aux États-Unis et la même somme dans le reste du monde pour une recette mondiale de plus de 96 millions de dollars. 

L’histoire proposée par « Kick-Ass » est intéressante dans le sens où elle propose une forme novatrice, une trame peu explorée. Un jeune homme, Dave, interprété par Aaron Johnson, est un adolescent sensible qui a perdu sa mère, et n’est personne à l’école. On serait tenté de dire qu’il s’agit d’un jeune quelconque. Et toute l’histoire est construite sur ce point, être quelqu’un, être reconnu par ses pairs. C’était déjà le point de départ du film « Projet X » (2012) de Nima Nourizadeh. Sortir de l’anonymat est donc le leitmotiv, malgré qu’ici, la démarche prenne la forme de l’anonymat du super-héros. C’était Christopher Mintz-Plasse qui avait auditionné à l’origine pour le rôle de Kick-Ass, mais lors de celle-ci, il a été jugé trop dynamique, trop « bruyant », il lui a été immédiatement offert le rôle de Red Mist.

L’intrigue est relativement simple, et s’articule surtout autour du personnage de Frank DAmico, interprété par Mark Strong, qui pense que le nouveau pseudo-héros, Kick-Ass, qui vient de débarquer en ville, s’en prend à son organisation criminelle mettant en péril son business. Profitant de cette opportunité, Damon Macready (Nicolas Cage) en profite pour créer le personnage de Big Daddy, histoire de régler son compte à Frank DAmico, avec lequel il a un vieux contentieux. Pour se faire, il est accompagné de sa fille, Mindy Macready (Chloë Grace Moretz) alias Hit-Girl.

On peut d’ailleurs s’arrêter un instant sur la performance de Chloë Grace Moretz. Cette dernière ayant quatre frères aînés, elle n’était pas déstabilisée par les dialogues proposés par le script. Sa mère ayant lu le scénario, elle lui a autorisé à utiliser le langage châtié que requérait son personnage. Hit-Girl est un personnage a part entière, certes une petite fille de onze ans, de la même manière qu’Ellen Ripley aurait pu être un homme dans « Alien » (1979). Au-delà de l’âge et du sexe, c’est le personnage qui est intéressant. Hit-Girl est dangereuse, elle est, dans une certaine mesure, déséquilibrée. Ce n’est pas de sa faute, elle a été élevée dans cet environnement et ne connaît rien de différent. Les armes, le combat, elle fait involontairement partie d’une folie. Celle de son père. 

« Kick-Ass » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 15 septembre 2010 chez Warner Home Vidéo France. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Kick-Ass » s’avère plutôt être un très bon film d’anti-héros. La comédie prend toute sa place sous la forme d’un humour noir avec une pointe de satire. L’histoire est intéressante, développant un thème qui peut amener à réflexion. L’intrigue est basique, une simple histoire de vengeance. La mise en scène est délicieuse, et fait la part belle aux jeunes acteurs. Chloë Grace Moretz délivre encore une fois une excellente prestation, pleine d’énergie avec une pincée de folie. La photographie est agréable. Bien que le film ait soulevé une certaine controverse, nous n’avons rien trouvé de choquant dans ce métrage, qui se veut être, à nos yeux, un très bon divertissement. 

 

Bande-annonce :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Nbs de Visites

  • 40,102 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :