Drame, Guerre, Historique

USS INDIANAPOLIS: MEN OF COURAGE (2016) ★★★☆☆


USS Indianapolis: Men of Courage (2016)

 

Synopsis : Juillet 1945. Le navire USS Indianapolis, commandé par le Capitaine McVay, avec à son bord 1196 marins, doit livrer des composants de la bombe atomique. Sur le retour, la navire est torpillé par un sous-marin japonais et sombre dans l’Océan Pacifique en moins de 12 minutes. 300 marins périssent sur le coup. Le reste de l’équipage affronte, pendant plus de 5 jours, les attaques de requins, la déshydratation, la faim, les hallucinations et le désespoir. Seuls 317 survivants sont alors secourus. Le lendemain, Hiroshima est bombardée. 10 jours plus tard, la Seconde Guerre mondiale prend fin. En novembre, le capitaine McVay est envoyé devant la cour martiale.

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Mario Van Peebles
Scénaristes : Cam Cannon, Richard Rionda Del Castro
Acteurs : Nicolas Cage, Tom Sizemore, Thomas Jane, James Remar, Matt Lanter, Brian Presley, Cody Walker, Yutaka Takeuchi
Musique : Laurent Eyquem
Genre : Drame, Guerre, Historique
Durée : 2 heure et 08 minutes
Date de sortie : 14 octobre 2016 États-Unis)
Année de production : 2016
Sociétés de production : USS Indianapolis Production, Hannibal Classics
Distribué par : Saban Films
Titre original : USS Indianapolis: Men of Courage
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « USS Indianapolis: Men of Courage » est un film de guerre américain datant de 2016, réalisé par Mario Van Peebles, à qui l’on doit également « Red Sky » (2014). Les acteurs principaux sont Nicolas Cage, qu’on a pu voir dans « Kick-Ass » (2010), Tom Sizemore, qu’on a également pu voir dans « Reach Me » (2014), Thomas Jane, qu’on a pu voir dans « Peur Bleue » (1999), Matt Lanter, qu’on a pu voir dans « The Roommate » (2011), Brian Presley qu’on a pu voir dans « End Game » (2006) et Cody Walker, qui n’est autre que le frère du regretté Paul Walker, et dont c’est là le premier rôle au cinéma, et enfin James Remar, qu’on a pu voir dans « February » (2015). À noter également la participation de Yutaka Takeuchi, qu’on avait pu voir dans « Lettres d’Iwo Jima » (2006).

Le projet « USS Indianapolis: Men of Courage » a été annoncé pour la première fois en 2011 par la société Hannibal Classics. L’histoire présentée se situant vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le navire revenait de l’île de Tinian, après avoir livré des pièces importantes pour une bombe atomique et qu’il a été torpillé par un sous-marin japonais. 1 197 personnes étaient à bord du navire, et seulement 317 ont survécu. Près de 300 marins ont coulé avec le navire, et tous les autres ont été tués soit par la déshydratation, par surexposition au soleil, l’empoisonnement par l’eau salée, ou les attaques de requin.

Le film met l’accent sur la bravoure des membres d’équipage du Indianapolis. Le 17 décembre 2013, la société Hannibal a enrôlé Mario Van Peebles pour diriger le film. Le studio Hannibal avait développé le film depuis cinq ans en consultant les survivants de la catastrophe, avec l’appui de la Marine américaine et de la Garde côtière américaine. La marine américaine a aidé à la finalisation du script. Walt Conti de la société Edge Innovations a fourni les requins animés. La production a également pu disposer de deux avions complètement opérationnels de la Seconde Guerre mondiale afin de représenter les avions qui ont participé aux opérations de sauvetage réelles après la catastrophe. Les sociétés Silo Inc. et Hydroflex avaient, respectivement, la charge de gérer les effets numériques et d’assurer le tournage des scènes avec le sous-marin. L’USS Alabama fut utilisé pour représenter l’Indianapomis alors que l’USS Drum fut chargé de représenter le sous-marin japonais.

L’histoire est donc basée sur une histoire vraie. Elle revêt donc, à la fois un côté historique, et un aspect profondément dramatique. Chaque guerre est constituée d’événement particulier, violent, et dramatique humainement. Il y a donc matière à raconter d’innombrables histoires, qui peuvent par la suite faire l’objet d’un traitement cinématographique. Dans l’histoire de « USS Indianapolis: Men of Courage » on peut y voir plusieurs niveaux de dramaturgie. La première, c’est la perte du navire et d’une grande partie de son équipage. La seconde, c’est la mission, à proprement parlé, de ce navire de guerre. Enfin, c’est la gestion de la NAVY, qui a été faite après la guerre, et du traitement du Capitaine Charles Butler McVay, et du fait qu’il fut le bouc émissaire de la perte du navire, conduisant ce dernier au suicide.  

Le film comporte un certain nombre de points critiquables. On a l’impression de visionner un mix entre « Titanic » (1997) de James Cameron, dans la manière très similaire où le navire sombre, avec le même type de scène lorsque le bateau se retrouve à la verticale et se brise en deux, et de « Les Dents de la Mer » (1975) de Steven Spielberg, dans les attaques de requins réalisées par des grands blancs.

On peut également souligner la pauvreté des effets spéciaux. Pour mémoire « Titanic » (1997) c’est un budget de 200 millions de dollars, contre 40 millions de dollars pour ce « USS Indianapolis: Men of Courage » (2016). Ensuite, et c’est certainement plus une vision personnelle, la distribution est inégale dans ses performances. Certaines sont correctes, d’autres sont en dessous de ce que l’on pouvait attendre. Pour exemple, Tom Sizemore nous est apparu comme passant complètement à côté de son sujet en surjouant certaines scènes. Que dire concernant la prestation de Nicolas Cage ? Son talent manifeste est gâché par sa participation à ce type de production qui s’avère trop faible pour qu’il puisse réellement montrer ce dont il est assurément capable.  

On peut louer les témoignages des survivants de ces tragiques événements dans la dernière partie du film, lors du générique, qui apportent ainsi un regard tragique et émouvant sur ce naufrage.

« USS Indianapolis » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 4 janvier 2017 chez Sony Pictures Home Entertainment. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « USS Indianapolis: Men of Courage » est un film de guerre intéressant, mais souffre d’une mise en scène qui met trop l’accent sur l’aspect naufrage et sur la perdition de l’équipage, en balayant un peu trop rapidement l’après-guerre et les conséquences politico-judiciaires, qui méritaient un meilleur développement. La photographie est pauvre tout comme les effets spéciaux qui sont très faibles d’un côté et exagérés dans la représentation des attaques de requins. La distribution est moyenne et le rythme est mal équilibré. On peut donc comprendre pourquoi ce film n’a que peu été diffusé en salles aux États-Unis et est édité directement en DVD en France. 

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 152 150 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :