Action, Fantastique, Horreur, Science fiction

PRIEST (2011) ★★☆☆☆


Priest (2011)

 

Synopsis : Dans un monde ravagé par des siècles de guerre entre l’homme et les vampires, un prêtre guerrier se retourne contre l’église afin de traquer une bande de vampires meurtriers qui ont kidnappé sa nièce…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Scott Stewart
Scénaristes : Cory Goodman
Acteurs : Paul Bettany, Karl Urban, Lily Collins, Cam Gigandet, Maggie Q, Brad Dourif, Christopher Plummer, Alan Dale
Musique : Christopher Young
Genre : Action, Fantastique, Science-fiction, Horreur
Durée : 1 heure et 27 minutes
Date de sortie : 11 mai 2011 (France)
Année de production : 2011
Sociétés de production : Tokyopop, DMG Entertainment
Distribué par : Screen Gems
Titre original : Priest
Notre note : ★★☆☆☆

Notre commentaire : « Priest » est un film fantastique d’horreur datant de 2011, réalisé par Scott Stewart, à qui l’on doit également « Dark Skies » (2013). Les acteurs principaux sont Paul Bettany, qu’on a pu voir dans « Da Vinci Code » (2006), Karl Urban, qu’on a pu voir dans « Vertiges » (2014), Cam Gigandet, qu’on a pu voir dans « Pandorum » (2009), Maggie Q, qu’on a pu voir dans « Divergente » (2014), Brad Dourif, qu’on a pu voir dans « Halloween » (2007), et Christopher Plummer, qu’on a pu voir dans « Inside Man » (2006).

Voilà un film qui pourrait revêtir de nombreuses appellations. En effet, on peut coller bien des étiquettes à « Priest » … Post-apocalyptique, dystopique, science-fiction, horreur, drame, thriller et finalement action. Le métrage est librement inspiré sur un comic sud-coréen du même nom, signé par Hyung Min-woo. Dans un monde alternatif, l’humanité et les vampires ont combattu pendant des siècles. Depuis la dernière guerre, un vétéran prêtre guerrier (Paul Bettany) vit dans l’obscurité avec les autres humains, à l’intérieur d’une des villes fortifiées de l’église. Quand la nièce du prêtre (Lily Collins) est kidnappée par des vampires, le prêtre rompt ses vœux pour les traquer. Pour se faire, il est accompagné par le petit ami de cette nièce, Hicks (Cam Gigandet), qui est le shérif d’une ville lointaine et proche d’une zone où vivent quelques vampires isolés. 

Dans l’esprit d’une certaine forme de maladresse, pour ne pas dire de médiocrité, ce métrage nous aura étonnamment fait penser à « Ultraviolet » (2006) de Kurt Wimmer, où l’on pouvait voir des effets spéciaux horribles et une Milla Jovovich en version images de synthèse réalisant des prouesses dignes des jeux vidéos. On me rétorquera très certainement que c’est le but recherché par ce type d’effets spéciaux. Sauf que c’est indigeste parce que c’est mal fait. « Priest » reproduit certaines de ces erreurs qui font considérablement chuter le plaisir que pourrait apporter le film. 

Et là, une bonne partie des lecteurs de ce blog devraient faire un bon sur leur siège en se disant que c’est bien maigre comme argument pour déclasser ce métrage dans les basses notes. Et là, je vous réponds, mais non, ce n’est pas le seul et unique point négatif. Alors l’histoire est loin d’être inintéressante. Loin de là. La prémisse de départ était même alléchante. Sauf que chemin faisant, le scénariste n’avait plus d’inspiration. Le métrage sombre dans une quête de sentimentalisme avec des revirements de situations, quant à la paternité véridique d’un des personnages, avec lequel on éprouve finalement aucune empathie. 

Pire encore la fin est bâclée. On s’attend à tout moment voir resurgir le super méchant de l’amas de ferraille résultant de l’explosion du train. Mais non, rien, que nenni. Quelle surprise ! Quelle mauvaise surprise devrais-je dire ! Ça pue la suite à plein nez. Mais un lustre plus tard personne ne s’est essayé à donner une suite. Le film a gagné plus de 78 millions de dollars de recette au box-office contre un budget de 60 millions de dollars. 

Comme c’est pleinement vain de s’acharner sur un film qu’on n’a guère apprécié, je passerais sous silence les prestations de la distribution, mais je me demande quand même ce que Karl Urban est venu faire dans cette galère. Reste à voir ce que Paul Bettany nous aura proposé dans « Legion » (2010) du même Scott Stewart. Si jamais c’est mauvais, je fais une crise de nerf, direct …

« Priest » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 12 septembre 2011 chez Sony Pictures Home Entertainment. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Priest » est un film d’horreur bien médiocre. La prémisse était séduisante, mais le scénario est trop brouillon, limitant le métrage à un concept visuel qui n’est pas pleinement maîtrisé. C’est élégant par moment, mais les qualités sont gaspillées par les clichés et le mélange des genres. Un film qui bascule directement dans les oubliettes et qu’on ne peut absolument pas recommander. 

 

Bande-annonce :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Nbs de Visites

  • 44,891 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :