Drame, Guerre

UN JOUR DANS LA VIE DE BILLY LYNN (2016) ★★☆☆☆


Un Jour dans la Vie de Billy Lynn (2016)

 

Synopsis : En 2005, Billy Lynn, un jeune Texan de 19 ans, fait partie d’un régiment d’infanterie en Irak victime d’une violente attaque. Ayant survécu à l’altercation, il est érigé en héros, ainsi que plusieurs de ses camarades. Et c’est avec ce statut qu’ils sont rapatriés aux Etats-Unis par l’administration Bush, qui désire les voir parader au pays… avant de retourner au front.

Origine du film : États-Unis, Royaume-Uni, Chine
Réalisateur : Ang Lee
Scénariste : Jean-Christophe Castelli
Acteurs : Joe Alwyn, Kristen Stewart, Chris Tucker, Garrett Hedlund, Makenzie Leigh, Vin Diesel, Steve Martin
Musique : Mychael Danna, Jeff Danna
Genre : Drame, Guerre
Durée : 1 heure et 53 minutes
Date de sortie : 1 février 2017
Année de production : 2016
Sociétés de production : Studio 8, LStar Capital, Film4, Bona Film Group, The Ink Factory, Marc Platt Productions, TriStar Productions
Distribué par : TriStar Pictures
Titre original : Billy Lynn’s Long Halftime Walk
Notre note : ★★☆☆☆

Notre commentaire : « Billy Lynn’s Long Halftime Walk » ou « Un Jour dans la Vie de Billy Lynn » pour la distribution française est un film dramatique sur fond de guerre datant de 2016, réalisé par Ang Lee. Le film est basé sur le roman du même nom de Ben Fountain. Les acteurs principaux sont Joe Alwyn, qui semble faire là ses premiers pas dans un long-métrage, Kristen Stewart, qu’on a pu voir « Twilight: Chapitre 2 – Tentation » (2009), Garrett Hedlund, qu’on a pu voir dans « Mojave » (2015), Vin Diesel, qu’on a pu voir dans « Le Dernier Chasseur de Sorcières » (2015), Steve Martin et Chris Tucker, qu’on a pu voir dans la franchise « Rush Hour« .

L’histoire proposée par « Un jour dans la vie de Billy Lynn » est ambitieuse sans aucun doute. Présenter un aspect de la guerre, où plus précisément comment utiliser de jeunes soldats pour justifier l’intervention américaine en Irak. Suite à un acte qualifié de bravoure, on utilise une bande de jeunes militaires pour faire la promotion de l’armée américaine en les faisant participer aux festivités de Tanksgiving,en participant au spectacle de la mi-temps d’un match de football américain. Billy Lynn, le héros du moment vit tout cela en souffrant apparemment de trouble post-traumatique et en nous permettant de découvrir les événements tels qu’il les a vécus sur le terrain des opérations en Irak à travers des flashbacks. 

Pour diriger ce film, on est allé chercher Ang Lee, en se référant à ses métrages tel que « L’Odyssée de Pi » (2012) ou encore « Le Secret de Brokeback Mountain » (2005), ou pour faire simple à sa période hollywoodienne, là où, à mon sens, il faudrait plutôt se référer à sa période précédente et garder en mémoire, ce qui s’avère certainement être un chef-d’œuvre, « Tigre et Dragon » (2000). Mais je suis en train de digresser, donc je m’arrête …

Ainsi donc, « Un jour dans la vie de Billy Lynn » veut honnêtement développer de nobles objectifs, mais son scénario est profondément vide pour les atteindre. De plus, ses innovations visuelles ne sont malheureusement que des distractions qui n’apportent rien dans le développement de l’intrigue et du message qui est censé venir nous interpeller. Reste que l’histoire est très originale, sincère, mais insuffisamment captivante. En d’autres termes, on s’ennuie fermement devant son écran. Les plus acariâtres d’entre nous, iront jusqu’à interrompre la souffrance infligée par autant de mollesse en fuyant la séance de projection. 

La photographie est innovante, comme je le soulignais précédemment, mais le taux d’images élevé utilisé dans ce film est discutable par rapport au thème dramatique développé par le film. Ces innovations techniques poussent à nous faire sortir de la trame et décrocher de l’aspect dramatique. Seule la scène de flashback de l’événement clé lors d’une intervention de l’unité militaire de Billy Lynn en Irak est un moment dynamique dans le métrage, mais ramené à sa plus simple expression. 

Du côté du casting, on peut s’interroger sur le choix de Joe Alwyn dans le rôle principal, prendre un débutant qui fait là ses premiers pas dans un long-métrage, tout juste sorti de son école de théâtre, est un pari risqué dont je ne suis pas convaincu. Kristen Stewart est clairement sous-exploitée dans ce film et sa prestation n’apporte pas beaucoup au développement. Chris Tucker est également dans un rôle secondaire sans réel impact et Steve Martin a une tête de déterré qui fait peur à voir notamment en raison de la technologie utilisée pour le tournage. On pourra se consoler avec la prestation de Vin Diesel, qui même s’il ne dispose que de peu de temps à l’écran, montre qu’il peut aussi incarner autre chose qu’un héros ou un casse-cou. 

On pourrait longuement disserter sur les différentes idées ou notions qui sont présentées en substance dans le métrage, comme le syndrome post-traumatique qui frappe certains militaires ayant eu une expérience difficile au combat, sur l’absence de période dite de transition entre le passage du terrain des opérations à la vie civile ou tout du moins au retour dans un environnement civil, à la souffrance de la famille de savoir l’un de leurs proches être dans un environnement hostile, à  l’incompréhension des gens, voir le rejet idéologique de l’interventionnisme américain à l’étranger, en s’en prenant verbalement et/ou physiquement aux militaires, etc. Mais ces sujets ne sont qu’effleurés dans le film, sans doute par peur de prendre parti dans un sens ou dans l’autre.

En conclusion, « Un Jour dans la Vie de Billy Lynn » est un film plutôt médiocre qui passe à côté de son sujet, qui s’avérait pourtant noble et ambitieux. L’histoire est originale, mais on n’arrive pas, et à aucun moment, à éprouver de l’empathie pour le principal protagoniste de cette histoire. L’intrigue est très faible et on s’ennuie durant presque deux heures. La photographie est innovante, mais dessert le métrage. Le casting est très discutable et seul Vin Diesel apporte quelque chose d’intéressant par sa prestation antinomique à ce qu’il nous propose usuellement. Un film qu’on ne peut malheureusement pas recommander à quiconque sans risquer de se voir proposer une séance de saut à l’élastique sans élastique…

 

Bande-annonce :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Nbs de Visites

  • 39,624 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :