Action, Comédie, Espionnage

MAX LA MENACE (2008) ★★★☆☆


Max la Menace (2008)

 

Synopsis : Dans le monde des Services Secrets, il n’y en a pas deux comme lui. Maxwell Smart, est le nouvel agent secret de l’agence de renseignements CONTROL qui perd souvent les pédales, mais n’est jamais à court d’astuces délirantes. Maxwell va tenter de déjouer les tentatives de mainmise sur les armes nucléaires des espions diaboliques de KAOS…

Origine du film : État-Unis
Réalisateur : Peter Segal
Scénaristes : Tom J. Astle, Matt Ember
Acteurs : Steve Carell, Anne Hathaway, Dwayne Johnson, Alan Arkin, Terence Stamp, Terry Crews, David Koechner, James Caan
Musique : Trevor Rabin
Genre : Action, Comédie, Espionnage
Durée : 1 heure et 50 minutes
Date de sortie : 10 septembre 2008 (France)
Année de production : 2008
Sociétés de production : Village Roadshow Pictures, Mosaic Media Group, Mad Chance, Callahan Filmworks, Atlas Entertainment
Distribué par : Warner Bros. Pictures
Titre original : Get Smart
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « Get Smart » ou « Max la Menace » pour la distribution française, est une comédie d’espionnage américaine datant de 2008, réalisée par Peter Segal, à qui l’on doit également « Match Retour » (2014) avec Sylvester Stallone et Robert De Niro. Le film est basé sur une série télévisée du même nom de Mel Brooks et Buck Henry. Les acteurs principaux sont Steve Carell, qu’on a pu voir dans « Free Love » (2015), Anne Hathaway, qu’on a pu voir dans « Interstellar » (2014), Dwayne Johnson, qu’on a pu voir dans « Fast & Furious 8 » (2017), Alan Arkin, qu’on a pu voir dans « Echange Standard » (2011), Terence Stamp, qu’on a pu voir dans « Elektra » (2005), Terry Crews, qu’on a pu voir dans « Gamer » (2009), et David Koechner, qu’on a pu voir dans « Cheap Thrills » (2013). À noter la participation de James Caan dans le rôle du Président des États-Unis. 

L’histoire proposée par « Max la Menace » nous invite à suivre un analyste de l’organisation secrète CONTROL, équivalent de la CIA. Ce dernier, Maxwell « Max » Smart, incarné par Steve Carell, rêve de devenir un agent de terrain à l’image de son idole dans le métier, l’Agent 23 (Dwayne Johnson). Suite à une attaque du centre de commandement de CONTROM par le groupe terroriste KAOS, Max se retrouve propulsé sur le terrain. Associé à l’Agent 99 (Anne Hathaway) il va tout mettre en œuvre pour neutraliser KAOS et ses dirigeants.

L’intrigue présentée dans « Max la Menace » est relativement usuelle, n’hésitant pas à parodier d’autres films comme « Haute Voltige » (1999) de Jon Amiel avec Sean Connery et Catherine Zeta-Jones, tout en s’inspirant librement du classique de l’espionnage, soit le célèbre agent 007, James Bond. Le tout repose humoristiquement sur le fait de savoir si l’agent 86, alias Max, va arriver à empêcher l’organisation KAOS de perpétrer l’attentat qui a été programmé, visant à tuer le Président des États-Unis.

Après, il faut être honnête et reconnaître que « Max la Menace » n’est pas un film où l’on rigole du début à la fin. Il y a quelques scènes qui sont, en effet, relativement drôles, mais de là à rire à gorge déployée, il y a un pas que le film n’arrive pas à franchir. Dans l’ensemble, c’est nettement divertissant et franchement amusant. Il y a une belle énergie et les situations décalées sont bien construites, bien que parfois assez rocambolesques.   

Du côté de la distribution, l’ensemble des acteurs proposent d’honorables prestations. Kristin Kreuk, Jessica Alba, Jennifer Love Hewitt and Rachel McAdams ont été un temps considérées pour interpréter le personnage de l’agent 99, qui finalement fut attribué à Anne Hathaway. À noter que cette dernière s’est entaillée le tibia contre un poteau durant le tournage, nécessitant quinze points de suture.

Lorsque le projet est entré en développement en 1998, c’est Jim Carrey qui était pressenti pour tenir le rôle principal de l’agent Max. Mais c’est finalement Steve Carell qui a hérité du rôle. L’acteur nous offre un personnage sérieux et particulièrement gaffeur dans un style qui peut faire penser à Rowan Atkinson dans Johnny English, mais dans une forme nettement moins loufoque. À noter également que le catcheur de la WWE, connu sous le nom de The Great Khali interprète Dalip Singh, un assassin à la solde de KAOS. Dalip Singh est également son vrai nom dans la vie. 

« Max la Menace » a rapporté 130,3 millions de dollars en Amérique du Nord et 100,3 millions de dollars, pour un total mondial de 230,7 millions de dollars, contre un budget de 80 millions de dollars. Le film a rencontré des commentaires variés de la part de la critique.  

« Max la Menace » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 18 mars 2009 chez Warner Home Vidéo France. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Max la Menace » est une comédie agréable basée sur une histoire empruntant largement aux classiques des films d’espionnage. L’intrigue est secondaire, laissant la porte grande ouverte aux situations comiques, dont certaines fonctionnent agréablement. La distribution semble s’amuser. On n’arrive cependant pas à profiter pleinement des nombreuses scènes d’action en raison de l’aspect humoristique qui s’en dégage, là où dans un film plus conventionnel on s’en délecterait probablement. Reste un agréable divertissement. 

 

Bande-annonce :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Nbs de Visites

  • 40,199 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :