Thriller

DRONE (2017) ★★★☆☆


Drone (2017)

 

Synopsis : Un pilote de drone de haut niveau partage sa vie entre ses missions et sa vie de famille en banlieue, jusqu’à ce qu’une fuite fasse de lui la cible d’un homme d’affaires pakistanais.

Origine du film : Canada
Réalisateur : Jason Bourque
Scénaristes : Paul A. Birkett, Jason Bourque
Acteurs : Sean Bean, Patrick Sabongui, Maxwell Haynes, Joel David Moore, Mary McCormack, Peter Dwerryhouse
Musique : Michael Neilson
Genre : Thriller
Durée : 1 heure et 31 minutes
Date de sortie : 26 mai 2017 (États-Unis)
Année de production : 2017
Sociétés de production : Look to the Sky Films, Gold Star Productions, Daylight Media, Pacific Northwest Pictures
Distribué par : Screen Media Films
Titre original : Drone
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « Drone » est un thriller canadien datant de 2017, co-écrit et réalisé par Jason Bourque, à qui l’on doit également « Black Fly » (2014). Les acteurs principaux sont Sean Bean, qu’on a pu voir dans « Silent Hill » (2006) et Patrick Sabongui, qu’on a également pu voir dans « Power Rangers » (2017). La première du film s’est faite au Vancouver Film Festival 2017 en avril, et le métrage fut diffusé en salles aux États-Unis à partir du 26 mai 2017.

L’histoire proposée par « Drone » n’est pas sans rappeler des métrages ayant la même trame de fond. On avait déjà pu suivre les états d’âme d’Ethan Hawke dans « Good Kill » (2014) d’Andrew Niccol, sans oublier « Drones » (2013) de Rick Rosenthal, ou encore « Eye in the Sky » (2015) de Gavin Hood. En toile de fond, on retrouve une nouvelle fois le concept de moralité, dans le sens où on positionne le spectateur devant le dilemme du choix entre le bien-fondé de l’action et l’acceptation ou non du dommage collatéral. 

Une volonté affichée de demander s’il est moral de tuer des innocents pour éliminer des individus dangereux ou susceptibles de commettre des meurtres et/ou des tueries de masse. Puis-je tuer 10 personnes pour en éléminer une afin d’en sauver 1.000 ? La remise en question de l’interventionnisme à l’étranger pour préserver, dit-on, les intérêts nationaux ou la sécurité du territoire. Le concept de guerre juste. Autant de domaines qui relèvent certainement plus de la psychologie de chacun, voir de la philosophie. 

D’un côté, on trouve Neil Wistin, incarné par Sean Bean, un pilote de drone, qui œuvre en secret pour la CIA, et effectuant des missions d’éliminations de leader ennemis ou terroristes en Irak, en Afganistan ou dans les zones tribales du Pakistan, le tout sans quitter la banlieue de Washington, où sont installés ses bureaux. Après sa « journée » de travail, il rentre tranquillement chez lui pour retrouver sa famille, qu’il tient éloignée de ses activités professionnelles. De l’autre côté, on trouve Imir Shaw, interprété par Patrick Sabongui, un ingénieur afghan, dont on va découvrir que sa famille fut tuée par un tir de missile dont ils ont été les victimes collatérales. Grâce à ses connaissances en informatique, il va accéder aux dossiers de la CIA et localiser Neil Wistin. 

Paul ABirkett et Jason Bourque, les deux scénaristes, nous proposent un certain nombre de sous-intrigues, dont certaines n’apportent rien d’autre que du remplissage. Le père de famille qui éprouve de la difficulté à écrire l’oraison funèbre de son père, la mère de famille qui a une relation extra-conjugale en raison des horaires à géométrie variable de son époux, le fils qui reproche à son père de ne pas avoir été présent au moment du décès de son grand-père. Le seul mouvement d’intrigue qui s’avère intéressant, c’est le concept de vengeance, et finalement de l’idée de suicide by cop. 

Les scènes d’action sont peu nombreuses, en dehors des attaques de drones et des tirs de missiles, qui restent présentées de manière basique. « Drone » bascule, dans la dernière partie, dans un hui clos, dont on peut sentir la tension qui monte progressivement, mais dont on peut également anticiper clairement l’issue. D’une manière générale, la distribution offre d’honorables prestations, essentiellement dominées par le duo Sean Bean – Patrick Sabongui. 

En conclusion, « Drone » est un thriller correct, offrant un point de vue psychologique sur la peine face à la perte de proches. On pourrait aborder ce métrage comme un film profondément dramatique, mais qui malheureusement n’apporte rien de nouveau dans cette thématique, tout aussi rude et violente soit-elle. L’intrigue est basique et on peut facilement anticiper ce qui va suivre. La distribution offre de bonnes prestations, mais sans plus. Cependant, la faiblesse de l’histoire peut expliquer pourquoi ce film n’a pas eu droit à une exploitation en salles. Un film dont on peut s’exempter …

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 773 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :