Drame, Thriller

WHEN THE BOUGH BREAKS (2016) ★★★☆☆


When the Bough Breaks (2016)

 

Synopsis : Un couple qui n’arrive pas à avoir d’enfant fait appel à une mère porteuse. Bientôt, cette dernière devient obsédée par le mari…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Jon Cassar
Scénaristes : Jack Olsen
Acteurs : Morris Chestnut, Regina Hall, Jaz Sinclair, Romany Malco, Michael K. Williams, Theo Rossi
Musique : John Frizzell
Genre : Drame, Thriller
Durée : 1 heure et 47 minutes
Date de sortie : 9 septembre 2016 (États-Unis)
Année de production : 2016
Sociétés de production : Unique Features
Distribué par : Screen Gems
Titre original : When the Bough Breaks
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « When the Bough Breaks » est un thriller psychologique américain datant de 2016, dirigé par Jon Cassar, à qui l’on doit également « Forsaken » (2015). Les acteurs principaux sont Morris Chestnut, qu’on a pu voir dans « Kick-Ass 2 » (2013), Regina Hall, qu’on devrait retrouver prochainement dans « Naked » (2017), Jaz Sinclair, qu’on a pu voir dans « Paper Towns » (2015), Theo Rossi, qu’on a pu voir dans « Cloverfield » (2008), et Michael K. Williams, qu’on a pu voir dans « Assassin’s Creed » (2016).

Le 29 octobre 2014, le studio de production et de distribution Screen Gems, division de Sony Pictures Motion Picture Group, a embauché le réalisateur Jon Cassar pour diriger un thriller intitulé When the Bough Breaks, que Robert Shaye et Michael Lynne devaient produire. Le 18 novembre 2014, Morris Chestnut et Regina Hall sont engagés pour incarner les deux rôles principaux. Le 16 décembre 2014, on apprenait que Jaz Sinclair avait signé pour intégrer le casting du film. Le 8 janvier 2015, c’était Theo Rossi qui venait s’ajouter à la distribution.

Doté d’un budget de 10 millions de dollars, le tournage de « When the Bough Breaks » a débuté en février 2015 à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane. Le film est sorti le 9 septembre 2016 sur les écrans américains. Le métrage fut en concurrence avec « The Disappointments Room » (2016), « Sully » (2016) et « Robinson Crusoé » (2016). À ce jour, « When the Bough Breaks » a rapporté près de 31 millions de dollars. 

Globalement, ma première idée serait de dire que « When the Bough Breaks » est l’inverse de « Knock Knock » (2015). En effet, dans le film d’Eli Roth, le personnage incarné par Keanu Reeves succombait aux charmes de deux jeunes femmes et il lui arrivait des malheurs. Ici, le personnage interprété par Morris Chestnut, ne succombe en rien aux charmes déployés par la belle Anna Walsh, jouée avec brio par Jaz Sinclair, et il lui arrive des malheurs aussi. À se demander donc quel est l’attitude juste. 

L’histoire met le doigt sur un sujet brûlant en France, la GPA ou la gestation pour autrui, que l’on connaît également sous l’appellation de mère porteuse. John Taylor et Laura Taylor ne peuvent avoir d’enfants, ils décident donc d’avoir recours à la GPA. Pensant bien faire, Laura Taylor se prend d’affection pour Anna Walsh, une femme qui va aider les Taylor à concrétiser leur rêve de devenir parents. Après un ensemble d’événements, les Taylor décident d’héberger la jeune Anna sous leur toit. Bien mal leur en aura pris, cette dernière va jeter son dévolu sur le charmant John, et commencer à faire n’importe quoi. Et forcément ça va partir en vrille. 

Dans l’ensemble, cela reste très agréable à regarder, même si on s’énerve parfois face aux réactions et aux choix des principaux protagonistes, mais l’intrigue est terriblement prévisible. C’est, comme j’aime souvent à le dire, cousu de fil blanc. Il n’y a pas vraiment de surprise, et il n’y a aucun twist, aucun retournement de situation. C’est limpide, mais c’est bien fait. La photographie est très luxuriante. Le couple Taylor vivant dans le luxe. Les décors sont très modernes et très plaisants. 

Du côté de la distribution, on peut dire que l’ensemble du casting offre de bonnes prestations. Jaz Sinclair disposant, à travers le personnage d’Anna Walsh, du rôle le plus intéressant, apparaissant d’abord comme angélique, avec un côté naïf, puis comme une victime de la violence de son conjoint, pour finalement présenter un aspect déjanté, machiavélique et psychopathique. Theo Rossi se voit octroyer un rôle de méchant, qui finalement n’est pas le plus malin de l’histoire, et trouve en sa compagne, un partenaire bien plus féroce que lui. Morris Chestnut est très élégant, surtout en costume, allant même jusqu’au smoking. Il propose une interprétation simple, sérieuse et très fluide de son personnage. J’ai beaucoup moins été convaincu par Regina Hall, peut-être parce que son personnage m’est apparu comme le moins cohérent dans son attitude, dans son comportement. 

En conclusion, « When the Bough Breaks » est un film correct, disposant d’une histoire convenable, mais dont l’intrigue est cruellement familière. L’ambiance fait penser à toute cette série de films du type « La Main sur le Berceau » (1992) où une famille se retrouve rapidement avec un invité qui devient brusquement indésirable et dangereux. La distribution offre de bonnes prestations avec un petit plus pour Jaz Sinclair qui termine le film avec un look de psychopathe. Reste un divertissement correct et agréable sans prise de tête. 

 

Bande-annonce :

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Nbs de Visites

  • 52,942 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :