Drame, Guerre

LA LIGNE ROUGE (1998) ★★★☆☆


La Ligne Rouge (1998)

 

Synopsis : Un soldat déserteur, installé dans un village mélanésien, est réintégré dans une Compagnie envoyée dans le Pacifique pour reprendre l’île de Guadalcanal à l’armée japonaise. Après avoir débarqué, la Compagnie pénètre dans les territoires intérieurs de l’île et arrive à la Colline 210, où les Japonais ont installé un bunker lourdement armé. Les assauts de la Compagnie sont repoussés par le feu ennemi, qui provoque de nombreuses pertes dans ses rangs…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Terrence Malick
Scénariste : Terrence Malick
Acteurs : Sean Penn, Adrien Brody, Jim Caviezel, Ben Chaplin, George Clooney, John Cusack, Woody Harrelson, Elias Koteas, Nick Nolte, John C. Reilly, John Travolta, Jared Leto, Thomas Jane, John Savage
Musique : Hans Zimmer
Genre : Drame, Guerre
Durée : 2 heures et 50 minutes
Date de sortie : 24 février 1999 (France)
Année de production : 1998
Sociétés de production : Fox 2000 Pictures, Phoenix Pictures, Geisler-Roberdeau
Distribué par : 20th Century Fox
Titre original : The Thin Red Line
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : The Thin Red Line » ou « La Ligne Rouge » pour la distribution française, est un film de guerre américain datant de 1998, écrit et dirigé par Terrence Malick, à qui l’on doit également le récent « Song to Song » (2017). Les acteurs principaux sont Sean Penn, qu’on a pu voir dans « Gangster Squad » (2013), Adrien Brody, qu’on a pu voir dans « Predators » (2010), Jim Caviezel, qu’on a pu voir dans « Déjà Vu » (2006), George Clooney, qu’on a pu voir dans « Money Monster » (2016), John Cusack, qu’on a pu voir dans « L’Instinct du Tuer » (2014), Woody Harrelson, qu’on a pu voir dans « Insaisissable 2 » (2016), Elias Koteas, qu’on a pu voir dans « Zodiac » (2007), Nick Nolte, qu’on a pu voir dans « L’Affaire Cate McCall » (2013), John C. Reilly, qu’on a pu voir dans « Kong: Skull Island » (2017), Jared Leto, qu’on a pu voir dans « Suicide Squad » (2016), Thomas Jane, qu’on a pu voir dans « Before I Wake » (2016), et John Travolta, qu’on a pu voir dans « Pulp Fiction » (1994).

Bobby Geisler, producteur new-yorkais, s’est approché de Terrence Malick en 1978 pour lui  demander de diriger une adaptation cinématographique de la pièce de David Rabe, In the Boom Boom Room. Terrence Malick a refusé l’offre, mais a plutôt discuté sur l’idée de faire un film sur la vie de Joseph Merrick. Cependant, dès lors que le bruit a circulé de la sortie prochaine du film « The Elephant Man » (1982) de David Lynch, il a définitivement abandonné l’idée. En 1988, Bobby Geisler et John Roberdeau ont rencontré Terrence Malick à Paris pour lui proposer d’écrire et de diriger un film basé sur le roman The White Hotel de D. M. Thomas. Terrence Malick a refusé, mais leur a dit qu’il serait plutôt disposé à écrire, soit une adaptation de Tartuffe de Molière, soit de The Thin Red Line de James Jones. Les producteurs ont choisi ce dernier et ont payé Terrence Malick 250.000 dollars pour qu’il rédige un scénario.

Terrence Malick a commencé à adapter The Thin Red Line début janvier 1989. Cinq mois plus tard, les producteurs ont reçu un premier brouillon de 300 pages. Ces derniers ont gagné la confiance du réalisateur en satisfaisant tous ses caprices, lui fournissant un matériel de recherche obscur, y compris un ouvrage intitulé Reptiles and Amphibians of Australia, une cassette audio de Kodo : Heartbeat Drummers of Japon, des informations sur les codeurs Navajo recrutés par l’armée des États-Unis pour communiquer dans leur langue native pour échapper à la compréhension de l’ennemi qui interceptait les transmissions radio, payer ses voyages et l’aider à obtenir une hypothèque sur son appartement parisien.

Le casting pour « La Ligne Rouge » est devenu un sujet brûlant. Sean Penn fut l’une des premières recrues. Ce dernier était prêt à jouer dans le métrage du réalisateur pour 1 dollar. Le script fut également envoyé à Robert De Niro, Robert Duvall et Tom Cruise. En 1995, lorsque la nouvelle se répandit que Terrence Malick faisait un nouveau film après vingt années d’abstinence, de nombreux acteurs l’ont approché, inondant les directeurs de casting au point que ces derniers furent dans l’obligation d’annoncer qu’ils n’accepteraient plus de demandes. Certains acteurs comme Brad Pitt, Al Pacino, Gary Oldman et George Clooney ont offert de travailler pour une somme dérisoire et certains ont même offert de travailler gratuitement. Bruce Willis est même allé jusqu’à offrir de payer lui-même des billets de première classe pour l’intégralité du casting, pour obtenir quelques lignes dans le film. 

Edward Norton a pris l’avion jusqu’à Austin pour rencontrer Terrence Malick, ce dernier avait été impressionné par les bouts d’essai filmés que l’acteur avait faits pour « Peur Primale » (1996). Matthew McConaughey aurait pris un jour de congé sur le film « Le Droit de Tuer ? » (1996) pour rencontrer Terrence Malick. D’autres ont suivi, y compris William Baldwin, Edward Burns, Josh Hartnett, Philip Seymour Hoffman, Stephen Dorff et Leonardo DiCaprio. Avant que le casting ne soit finalisé, Nicolas Cage a déjeuné avec Terrence Malick à Hollywood en février 1996, dans l’espoir de décrocher un rôle dans le film. Les acteurs Bill Pullman, Mickey Rourke et Lukas Haas ont tourné des scènes pour le film, mais celles-ci ont été coupées lors du montage final. 

Le cinéaste John Toll a commencé à communiquer avec Terrence Malick lors d’échanges téléphoniques au sujet du film à partir du mois d’août 1996. John Toll a finalement rencontré Terrence Malick en septembre de la même année et fut invité à faire le film au début de 1997. Terrence Malick et John Toll ont commencé la reconnaissance de lieu en février 1997 et ont commencé le tournage principal en juin de cette même année.

Terrence Malick et John Toll ont tourné pendant 100 jours en Australie, puis 24 jours aux îles Salomon et enfin trois jours aux États-Unis. Ils ont exploré les champs de bataille historiques de Guadalcanal et ont réalisé quelques images, mais des problèmes de santé liés au paludisme ont limité le tournage aux heures de jour uniquement. La logistique a également rencontré beaucoup de difficultés sur place. « La Ligne Rouge » a donc été principalement tourné dans la région de Daintree Rainforest et dans la localité de Bramston Beach, tous deux situées dans le nord du Queensland, en Australie. Le tournage a également eu lieu à Dancer Mountain, un terrain tellement accidenté que les remorques et les camions de la production ne pouvaient pas atteindre les collines. Un camp de base a été mis en place et des routes construites dans la montagne. Le transport des 250 acteurs et des 200 membres de l’équipe de tournage dans la montagne prenait deux heures. Certaines scènes furent tournées dans l’océan Pacifique, au large de la côte du sud de la Californie, près de l’île de Santa Catalina.

Les techniques de tournage non-conventionnelles de Terrence Malick comprenaient des prises de vue d’une partie d’une scène réalisée lors d’un matin lumineux et ensoleillé pour se terminer des semaines plus tard, au coucher du soleil. Il avait pris l’habitude de pointer la caméra loin pendant une séquence d’action et se concentrer sur un perroquet, une branche d’arbre ou une autre faune. La réputation et les méthodes de travail de Terrence Malick furent très respectées par les acteurs, au point où certains, comme Woody Harrelson et John Savage, sont restés sur place un mois supplémentaire après avoir terminé toutes leurs scènes juste pour le regarder travailler.

« La Ligne Rouge » a d’abord été proposé avec une diffusion limitée le 25 décembre 1998, dans cinq théâtres où le métrage a recueilli environ 282.000 dollars lors de son week-end d’ouverture. Le film a été plus largement diffusé à partir du 15 janvier 1999 où il a généré 9,7 millions de dollars de recette au cours de son premier week-end. Le métrage a finalement rapporté 98 millions de dollars de recette au box-office mondial, contre un budget de 52 millions de dollars. 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que « La Ligne Rouge » est un film atypique. Beaucoup de critiques spécialisées l’ont décrit comme étant l’un des meilleurs films de guerre contemporain, lors de sa sortie à la fin des années 1990. De mon point de vue, je serais plus modéré. Je dirais qu’il ne s’agit ni d’un mauvais film, ni d’un excellent film. Cependant, je le juge trop confus, voire inachevé. L’approche philosophique de la vie et de la mort est, à mes yeux, bancale. Il y a une forme de schizophrénie à vouloir sonder l’âme humaine, ce qui apporte des longueurs proches de l’indigestion intellectuelle. Cependant, les scènes de combat elles-mêmes sont magistrales. Le métrage donne un sens particulier à la géographie d’une colline, de la manière dont elle est défendue par des bunkers japonais, les techniques discutables que les soldats américains tentent d’utiliser pour gravir cette colline. 

La distribution est juste somptueuse, avec des acteurs comme Sean Penn, John Cusack, Jim Caviezel, Nick Nolte, et Ben Chaplin qui offrent la tonalité parfaite pour jouer des scènes de quelques secondes ou d’une minute. D’autres se contentent de ne faire qu’une apparition rapide, tels que John Travolta, George Clooney, Jared Leto ou encore Thomas Jane. De cette pléthore d’acteurs, on retiendra notamment la performance de Nick Nolte, dans le rôle d’un colonel ambitieux et tyrannique, qui n’hésite pas à envoyer ses braves à la mort, dans le but de laisser son nom dans l’histoire. Elias Koteas incarne son opposé, un capitaine qui a le souci de ses hommes et qui refuse de les envoyer bêtement à la mort, un comportement honorable, qui lui coûtera cependant sa place. 

« La Ligne Rouge » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 28 juin 2000 chez Fox Pathé Europa. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « La Ligne Rouge » est un film de guerre particulier qui propose à la fois des images somptueuses d’une nature exceptionnelle, une vision très rude de la réalité de la guerre, et une approche philosophique pas toujours très fluide et qui surtout allonge péniblement la longueur du métrage. La distribution est somptueuse et certaines prestations sortent du lot. Les scènes de combat son magnifiquement filmées et la photographie est splendide. Un film qu’il faut certainement avoir vu au moins une fois dans sa vie, afin de s’inspirer quelque peu de l’œuvre de Terrence Malick.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “LA LIGNE ROUGE (1998) ★★★☆☆

  1. Ah, ça, c’est clair que le casting est exceptionnel !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 25/07/2017, 15 03 06 07067

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 135 354 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :