Science fiction, Thriller

BLADE RUNNER (1982) ★★★★☆


Blade Runner (1982)

 

 

Synopsis : Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d’hommes et de femmes partent à la conquête de l’espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d’esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l’être humain. Mais suite à une révolte, ces derniers sont peu à peu retirés. Quatre d’entre eux parviennent cependant à s’échapper et à s’introduire dans Los Angeles. Un agent spécial, un blade-runner est chargé de les exterminer…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Ridley Scott
Scénaristes : Hampton Fancher, David Peoples
Acteurs : Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean Young, Daryl Hannah, Edward James Olmos, M. Emmet Walsh, William Sanderson, Brion James, Joanna Cassidy, James Hong
Musique : Vangelis
Genre : Science-fiction, Thriller
Durée : 1 heure et 57 minutes
Date de sortie : 15 septembre 1982 (France)
Année de production : 1982
Sociétés de production : The Ladd Company, Shaw Brothers, Blade Runner Partnership
Distribué par : Warner Bros.
Titre original : Blade Runner
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « Blade Runner » est un film de science-fiction datant de 1982, réalisé par Ridley Scott, à qui l’on doit également « Alien: Covenant » (2017). Les acteurs principaux sont Harrison Ford, qu’on a pu dans « Cowboys & Envahisseurs » (2011), Rutger Hauer, qu’on a pu voir dans « Valerian et la Cité des Mille Planètes » (2017), Sean Young, qu’on a pu voir dans « Bone Tomahawk » (2015), Edward James Olmos, que l’on connaît, entre autres, pour avoir incarné le lieutenant Castillo dans la série télévisée Miami Vice, et Daryl Hannah, qu’on a pu voir dans « Kill Bill » (2003 & 2004).

L’histoire proposée par « Blade Runner » est librement inspirée par le roman « Do Androids Dream of Electric Sheep » paru en 1968 et écrit par Philip K. Dick. Située dans un univers dystopique à Los Angeles en 2019 (l’année prochaine…), le film dépeint un futur dans lequel des humains synthétiques connus sous l’appellation de « répliquants » sont créés par la toute-puissante société Tyrell Corporation pour travailler dans des colonies dans l’espace, loin de la Terre. Quand un groupe de répliquants renégats menés par Roy Batty (Rutger Hauer) reviennent illégalement sur Terre, l’ancien flic Rick Deckard (Harrison Ford) accepte à contrecœur de les traquer. Au cours de son enquête, Deckard rencontre Rachel (Sean Young), un répliquant d’un nouveau genre, très évolué, qui l’amène à s’interroger sur son travail.

« Blade Runner » a été un échec commercial lors de sa sortie en Amérique du Nord, polarisant de nombreuses critiques. Certains louaient sa complexité thématique et ses visuels, tandis que d’autres étaient mécontents de son rythme et de son intrigue non-conventionnelle. Cependant, au fil du temps, il est devenu un film culte, souvent cité en référence, et finalement, il est maintenant considéré comme l’un des meilleurs films de science-fiction de tous les temps. Salué pour son design représentant un futur rétro-actualisé, « Blade Runner » reste un exemple de premier plan du cinéma noir, avec comme « Seven » (1995) de David Fincher, la pluie comme élément permanent d’une matérialisation d’une atmosphère sombre, lugubre, et inquiétante. En outre, la bande originale, composée par Vangelis, est absolument excellente, acclamée par la critique, et nommée, en 1983, pour un BAFTA ainsi que pour un Golden Globe. Prix qui est finalement allé à John Williams pour la bande originale du film « E.T. l’Extra-terrestre » (1982) de Steven Spielberg.

Ce métrage est, pour l’époque à laquelle il est sorti sur nos écrans, éminemment moderne, avant-gardiste et terriblement futuriste, avec des visuels, qui apparaissent encore aujourd’hui comme parfaitement maîtrisés. Les effets spéciaux sont particulièrement soignés et l’univers graphique des décors est très impressionnant, même 35 ans plus tard. À cela, on ajoute une atmosphère particulièrement sombre, dans tous les sens du terme, et on obtient un film très original, à qui il aura fallu du temps pour s’imposer comme une référence.

« Blade Runner » a été très influent sur de nombreux films de science-fiction, jeux vidéo, dessins animés et séries télévisées. Le film a attiré l’attention sur le travail de Philip K. Dick auprès des cinéastes d’Hollywood, et plusieurs films ont été basés sur son travail par la suite, dont « Total Recall » (1990) de Paul Verhoeven, « Minority Report » (2002) de Steven Spielberg, « Paycheck » (2003) de John Woo, ou encore « Next » (2007) de Lee Tamahori. Une suite, « Blade Runner 2049 », est sortie en octobre 2017.

Malgré le poids des années, « Blade Runner » reste un film très agréable à regarder. L’atmosphère, les visuels, sont, comme nous l’avons souligné précédemment, des éléments clé dans la réussite de ce film. L’histoire, sortie de son contexte de science-fiction, pourrait très bien s’adapter à n’importe quelle époque. Harrison Ford incarne une sorte de chasseur de primes, en charge de retrouver et d’éliminer un certain nombre d’adversaires, réputés dangereux. La trame est donc tout ce qu’il y a de plus familier. L’orientation qui a été faite veut que Deckard soit un anti-héros, à l’image de John McClane (Bruce Willis) dans la franchise Die Hard. Le personnage principal en prend plein les dents, et sa mission est loin d’être de tout repos. On retrouve également la sous-intrigue de la love-story, qui aujourd’hui apparaît clairement comme un cliché.

Sept versions de « Blade Runner » existent suite aux changements controversés imposés par les dirigeants du studio. Une version Director’s Cut a été publiée en 1992 suite à des projections tests. En conjonction avec la popularité du film lors de la mise en location de vidéos, cela en a fait l’un des premiers films à sortir sur DVD. En 2007, Warner Bros. a sorti The Final Cut, une version remastérisée numériquement à l’occasion du 25e anniversaire de la sortie du métrage, et c’est la seule version sur laquelle Ridley Scott a conservé le contrôle artistique. The Final Cut a été projeté dans des salles sélectionnées et diffusé sur DVD, HD DVD et Blu-ray.

« Blade Runner » a fait l’objet de plusieurs éditions en DVD ainsi qu’en Blu-ray, dont celle parue le 5 décembre 2007 chez Warner Home Vidéo France. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Blade Runner » reste un très bon film de science-fiction, malgré le poids des années. L’intrigue et le développement apparaissent aujourd’hui comme familiers. Les visuels et les effets spéciaux restent très impressionnants. Les décors, les véhicules, les intérieurs sont très travaillés pour apporter une touche futuriste très sombre mais terriblement créative. L’atmosphère est également très sombre, avec cette présence quasi-permanente de la pluie. La distribution offre des très bonnes prestations. Une mention plus pour Rugter Hauer, qui offre un personnage taciturne et allumé avec une certaine poésie dans ses dialogues. L’ensemble offre encore un très bon divertissement, qu’il n’était pas inutile de revoir avant d’aborder sa suite.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

3 réflexions sur “BLADE RUNNER (1982) ★★★★☆

  1. Film absolument culte à mes yeux et la suite fut l’un de mes plus gros coups de coeur également !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 05/01/2018, 15 03 18 01181
    • Malheureusement pour ma part, je n’ai absolument pas accroché sur cette suite, et, en plus, j’ai du mal à supporter Ryan Gosling.
      On va d’ailleurs le retrouver dans le prochain film de Damien Chazelle (Whiplash, La La Land), intitulé « Fist Man » où il va camper le personnage de Neil Armstrong…

      J'aime

      Publié par Olivier Demangeon | 05/01/2018, 16 04 48 01481
  2. Blade Runner (1982) reste pour moi un chef-d’oeuvre avec une ambiance visuelle et sonore fabuleuse. Sa suite Blade Runner 2049 est pour moi et de loin le meilleur film Américain de l’année 2017. Au début moi aussi je n’aimais pas trop Gosling, mais depuis la claque Drive j’ai complètement changé d’avis.

    Aimé par 1 personne

    Publié par takaken | 07/01/2018, 20 08 24 01241

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 404 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :