Musique, Science fiction, Thriller

L’ARMÉE DES 12 SINGES (1995) ★★★★☆


L'Armée des 12 Singes (1995)

 

 

Synopsis : 2035. La quasi totalité de la population mondiale a été décimée par un mal mystérieux. Les survivants, réfugiés sous terre, mettent tous leurs espoirs dans un voyage à travers le temps pour prévenir la catastrophe. Désigné pour cette mission, James Cole (Bruce Willis), prisonnier condamné à perpétuité, débarque en 1996. Là, il rencontre Jeffrey Gaines, fils rebelle et détraqué d’un scientifique cruel, ainsi que le Dr. Kathryn Railly, psychiatre, qui va tenter d’élucider avec lui les mystérieux signaux lancés par une association secrète connue sous le nom de l’Armée des 12 singes…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Terry Gilliam
Scénaristes : David Peoples, Janet Peoples
Acteurs : Bruce Willis, Madeleine Stowe, Brad Pitt, Christopher Plummer, David Morse, Jon Seda, Christopher Meloni, LisaGay Hamilton
Musique : Paul Buckmaster
Genre : Mystère, Science-fiction, Thriller
Durée : 2 heures et 09 minutes
Date de sortie : 28 février 1996 (France)
Année de production : 1995
Sociétés de production : Atlas Entertainment, Classico
Distribué par : Universal Pictures
Titre original : 12 Monkeys
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « 12 Monkeys » ou « L’Armée des 12 Singes » pour la distribution française, est un film de science-fiction neo-noir américain datant de 1995, réalisé par Terry Gilliam, à qui l’on doit également « The Brothers Grimm » (2005). Les acteurs principaux sont Bruce Willis, qu’on a pu voir dans « L.A. Rush » (2017), Madeleine Stowe, qu’on a pu voir dans « Le Déshonneur d’Elisabeth Campbell » (1998), Brad Pitt, qu’on a pu voir dans « Alliés » (2016), Christopher Plummer, qu’on a pu voir dans « Remember » (2015), David Morse, qu’on a pu voir dans « Hell Driver » (2011), et Christopher Meloni, qu’on a pu voir dans « The Revenge » (2016).

La genèse de « L’Armée des 12 Singes » est venue du producteur exécutif Robert Kosberg, car il était fan du court-métrage français « La Jetée » (1962). Robert Kosberg a alors persuadé le réalisateur du film, Chris Marker, de le laisser présenter le projet à Universal Pictures, le considérant comme étant une base parfaite pour un long-métrage de science-fiction. Universal a accepté à contrecœur d’acheter les droits du remake et a engagé David et Janet Peoples pour écrire le scénario. Le producteur Charles Roven a choisi Terry Gilliam pour diriger le métrage. Ce dernier venait d’abandonner un projet d’adaptation cinématographique de A Tale of Two Cities quand il a signé pour ce film. Il s’agissait du second métrage où le réalisateur n’avait pas également lui-même écrit ou co-écrit le scénario. Bien qu’habituellement, il préfère réaliser ses propres scénarios, il a été captivé par le script intrigant et intelligent proposé par les époux Peoples.

La société Universal a pris plus de temps que prévu pour approuver « L’Armée des 12 Singes », bien que Terry Gilliam ait deux stars dans la distribution (Bruce Willis et Brad Pitt) et un budget ferme de 29,5 millions de dollars, ce qui est faible pour un film de science-fiction hollywoodien. La production de « Waterworld » (1995) par Universal avait entraîné divers dépassements de coûts et selon toutes vraisemblances, les dirigeants étaient frileux à l’idée de se lancer dans un nouveau projet de ce type. Afin d’obtenir le feu vert de la direction d’Universal, Terry Gilliam a persuadé Bruce Willis d’abaisser son salaire habituel. Le réalisateur a cependant obtenu le privilège de la coupe finale. De son côté, le Writers Guild of America, syndicat des scénaristes américains, était sceptique quant au crédit « inspiré par » La Jetée de Chris Marker.

Les choix initiaux de Terry Gilliam étaient de prendre Nick Nolte pour incarner James Cole et Jeff Bridges pour jouer Jeffrey Goines, mais la société Universal a refusé. Le réalisateur a choisi Madeleine Stowe pour interpréter le Dr Kathryn Railly parce qu’il avait été impressionné par sa performance dans « Blink » (1994) de Michael Apted. En outre, le réalisateur était réticent à l’idée de travailler avec Brad Pitt, car il pensait qu’il ne serait pas bon dans le rôle de Jeffrey Goines, mais le directeur de casting l’a finalement convaincu. Brad Pitt a pu être enrôlé pour un salaire relativement faible, car il était encore relativement inconnu à l’époque. Cependant, au moment de la sortie de « L’Armée des 12 Singes », les films, « Entretien avec un Vampire » (1994) de Neil Jordan, « Légendes d’Automne » (1994) d’Edward Zwick et surtout « Se7en » (1995) de David Fincher, étaient sortis dans l’intervalle, faisant de Brad Pitt un acteur de premier plan, ce qui attira davantage l’attention sur film et ainsi amplifié sa position au box-office. Pour préparer son rôle, Brad Pitt, a passé plusieurs semaines à l’hôpital de l’Université Temple de Philadelphie, pour étudier le fonctionnement du service psychiatrique.

Le tournage a eu lieu à Philadelphie et à Baltimore du 8 février au 6 mai 1995. La partie du tournage en hiver a apporté son lot de problèmes liés aux conditions météorologiques. Il y aussi eu des problèmes techniques avec les accessoires mécaniques futuristes. En raison du scénario non-linéaire, des erreurs de continuité se sont produites, et certaines scènes ont dû être refaites. Cependant, malgré les divers revers, le réalisateur a réussi à respecter le budget et n’a eu qu’une semaine de retard sur son calendrier de tournage.

L’histoire proposée par « L’Armée des 12 Singes » nous invite à suivre James Cole (Bruce Willis), volontaire désigné pour voyager dans le temps, et plus particulièrement dans le passé, afin d’y glaner des informations sur l’origine du virus qui sévit dans son époque, en 2035, obligeant les survivants à vivre sous terre dans des conditions dramatiques. Cependant, la machine à voyager dans le temps l’expédie en 1990, et non pas en 1996 comme prévu. Il est rapidement arrêté, puis hospitalisé dans un service psychiatrique et suivi par le Dr. Kathryn Railly (Madeleine Stowe). C’est là qu’il fait la connaissance de Jeffrey Goines (Brad Pitt), un patient avec des idées fanatiques.

Après une tentative d’évasion avortée, James Cole retourne en 2035 où il est interrogé par les scientifiques. Il est une nouvelle fois expédié dans le passé, mais un nouveau bug de la machine le fait atterrir en pleine tranchée d’une bataille de la Première Guerre mondiale où il est blessé à la jambe avant d’être soudainement transporté en 1996. James Cole va retrouver le Dr. Kathryn Railly et ensemble ils vont identifier le fondateur de l’Armée des 12 Singes, qui n’est autre que Jeffrey Goines. Ce dernier semble vouloir détruire l’humanité avec un virus volé à son père, virologue réputé.

C’est bien entendu dans la dernière partie du métrage que le puzzle prend définitivement forme, éclairant le spectateur, tout en le laissant se faire sa propre interprétation du film. Finalement, L’Armée des 12 Singes » offre une vision particulière de la nature subjective des souvenirs et leur effet sur les perceptions de la réalité. De multiples références au temps, au voyage dans le temps ainsi qu’aux singes sont dispersées dans le film. Ce métrage, bien que paru il y a 23 ans, est déjà une critique de la capacité déclinante de la civilisation moderne à communiquer en raison de l’interférence de la technologie.

D’une manière générale « L’Armée des 12 Singes » est une forme de célébration de la folie et de la ruine, avec un personnage central qui tente de défier le chaos de sa situation, en agissant de manière impulsive et plutôt irréfléchie. La vision du monde actuel (1990-1996) et du monde futur (2035) est froide, sombre et humide. Même la relation amoureuse entre les personnages incarnés par Bruce Willis et Madeleine Stowe est désespérée plutôt que joyeuse. L’atmosphère qui est créée est excellente, et les performances de Bruce Willis et de Brad Pitt sont savoureuses.

« L’Armée des 12 Singes » a fait l’objet de plusieurs éditions en DVD ainsi qu’en Blu-ray, dont celle parue le 10 février 2009 chez Aventi Distribution. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « L’Armée des 12 Singes » est un film de science-fiction atypique développant une atmosphère particulière construite autour du voyage à travers le temps et de la folie. L’intrigue est très bien orchestrée, laissant planer le doute sur les notions de réalité et de délire mental. Le rythme est assez soutenu, mais le métrage souffre cependant quand même de certaines lenteurs. La photographie est à l’image de l’ambiance, souvent sombre, inquiétante, voire lugubre. La distribution offre de très bonnes prestations, dominées par la performance de Bruce Willis, mais plus encore par celle de Brad Pitt. Un film original qui se laisse encore agréablement regarder malgré le poids des années…

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “L’ARMÉE DES 12 SINGES (1995) ★★★★☆

  1. Bien dérangé et désorienté, on ressent bien l’atmosphère paradoxale du film, une très bonne SF 🙂

    Aimé par 1 personne

    Publié par A la rencontre du Septième Art | 09/02/2018, 11 11 27 02272
  2. J’ai jamais rien compris à ce film, en revanche, la série me tente beaucoup !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 09/02/2018, 15 03 51 02512

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Publicités

Archives

Nbs de Visites

  • 79,550 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :