Action, Chine, Ciné-Asia, Drame, Guerre, Historique, Romance

WHITE VENGEANCE (2011) ★★★★☆


White Vengeance (2010)

 

 

Synopsis : Alors que l’empire se délite sous l’effet d’insurrections populaires suscitées par la politique impériale, deux généraux unissent leurs forces pour prendre le pouvoir : l’un Xiang Yu originaire de Chu, vaillant général mais arrogant ; l’autre Liu Bang originaire de Qin fin et rusé stratège. Leur alliance est fondée sur un point essentiel : le premier d’entre eux qui parviendra à s’emparer de la capitale de l’empire, Xianyang, deviendra roi…

Origine du film : Chine
Réalisateur : Daniel Lee
Scénaristes : Daniel Lee
Acteurs : Leon Lai, Feng Shaofeng, Liu Yifei, Zhang Hanyu, Anthony Wong, Jordan Chan, Andy On, Xiu Qing, Jia Qing
Musique : Henry Lai
Genre : Action, Drame, Guerre, Histoire, Romance
Durée : 2 heures et 15 minutes
Date de sortie : 29 novembre 2011 (Chine)
Année de production : 2011
Sociétés de production : Beijing Starlight International Media Co.
Distribué par : Mei Ah Entertainment
Titre original : Hóng Mén Yàn / 鴻門宴
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « White Vengeance », étonnamment distribué sous le nom de « Le Dernier Royaume » en France, est un film historique chinois, datant de 2011, écrit et réalisé par Daniel Lee, à qui l’on doit également « Dragon Blade » (2015). Les acteurs principaux sont Leon Lai, qu’on a pu voir dans « Fire of Conscience » (2010), Feng Shaofeng, qu’on a pu voir dans « Detective Dee II » (2013), Andy On, qu’on a pu voir dans « Invisible Target » (2007), Jordan Chan, qu’on a pu voir dans « The Final Fight » (2013), Anthony Wong, qu’on a pu voir dans « Naked Soldier » (2012), Leon Lai, qu’on a pu voir dans « Seven Sword » (2004), et Zhang Hanyu, qu’on a pu voir dans « Operation Mekong » (2016).

« White Vengeance » est passionnant, car ce métrage aborde différentes thématiques et peut donc être classé dans différents genres. Abordons ces différents thèmes dans un ordre tout ce qu’il y a de plus pragmatique. Action. Il y a de nombreuses scènes de combat, des batailles avec des centaines de figurants, même si on se doute bien que l’utilisation d’images générées par ordinateurs soit passée par là. Des combats à mains nues, mais essentiellement des combats au sabre et/ou à la hallebarde. Souvent à pied, mais également à cheval. Dans tous les cas de figure, ces combats, ces batailles sont remarquablement orchestrés, et les différents acteurs peuvent brillamment montrer leur dextérité aux arts martiaux.

Drame. « White Vengeance » est éminemment dramatique. Les manipulations des uns et des autres sont à l’origine de nombreux drames humains, non seulement dans les rangs des troupes, mais également dans la population locale, qui souffre de ces guerres incessantes, dont les répercussions dans le quotidien se font négativement ressentir. Il y a de la souffrance à tous les étages de la société, des trahisons, des mensonges, des désertions et de la fourberie.

Guerre. La guerre est une drogue disais-je dernièrement dans ma critique du film « Dear John » (2010). C’est tellement vrai, et c’est également vieux comme le monde. La Chine, comme bien d’autres pays, et sur tous les continents, a longtemps été une terre de conflit, de guerre, où de nombreuses batailles eurent lieu. « White Vengeance » est articulé sur la guerre Chu-Han, se situant environ 200 ans avant J.-C, entre la fin de la dynastie Qin et le début de la dynastie Han. Le titre chinois du film Hóng Mén Yàn fait référence à la Fête de la Porte Hong, également connu sous le nom de banquet à la porte Hong.

Historique. Comme précisée précédemment, l’histoire se situe dans une époque lointaine, et la qualité du travail de reconstitution est remarquable. Les bâtiments, les costumes, les armes, les modes de transports, les différents équipements et accessoires, tout est méticuleusement soigné, ce qui permet au spectateur de s’immerger pleinement dans la trame et l’intrigue. En outre, il y a suffisamment de références historiques véridiques pour donner au récit un aspect véridique.

Romance. Une des sous-intrigues, qui devient proéminente dans la dernière partie du métrage, est construite autour de la relation entre Yu Ji (Liu Yifei) et Xiang Yu (Feng Shaofeng). Ils s’unissent dans des circonstances particulières, et Yu Ji suivra son amant, son amour, sur les différents théâtres d’opérations, et au-delà, l’accompagnant finalement dans la défaite, et dans la mort.

Daniel Lee, le réalisateur-scénariste, semble hautement apprécié les films d’époque, car après « Les 3 Royaumes – La Résurrection du Dragon » (2008), « La 14e Lame » (2010), voilà donc qu’il récidive avec « White Vengeance » en 2011. Ce métrage suit le même développement que bon nombre d’autres épopées de guerre historiques chinoises. Effectivement, il y a une guerre en toile de fond, les soldats de base sont fracassés, découpés, transpercés, et laisser pour mort. Mais les différentes batailles sont l’œuvre de décisions stratégiques. Et finalement, on suit deux maîtres en stratégie s’affronter, mettant en œuvre des plans élaborés pour attirer l’ennemi dans des pièges réfléchis. « A Battle of Wits » (2006) de Jacob Cheung, « Les Trois Royaumes » (2008) de John Woo ont ouvert la voie, mais « White Vengeance » est le probablement le premier à être aussi sophistiqué et diversifié.

Les prestations de la distribution sont de premier ordre. Feng Shaofeng et Leon Lai forment tous les deux de grands adversaires jurés, mais c’est Zhang Hanyu et Anthony Wong qui volent la vedette en tant que conseillers stratégiques. Anthony Wong prouve à nouveau à quel point il peut être polyvalent, alors que Zhang Hanyu offre un personnage très agréable et s’avère être devenu depuis un acteur très fiable. Ajoutez de bons rôles secondaires comme Liu Yifei, Andy On et Jordan Chan et vous avez un casting très solide pour vous aider à traverser certains des moments les plus lents du métrage.

« Le Dernier Royaume » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 6 juillet 2012 chez Seven7. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « White Vengeance » est un très bon film dont l’histoire permet de développer différentes thématiques. L’intrigue est passionnante et le rythme est bien équilibré entre les scènes de batailles, de combats et les moments plus calmes destinés à mettre en place le développement des personnages et d’établir les différentes trames stratégiques. Les effets spéciaux sont bien réalisés et le travail sur les décors, les armes antiques et les costumes sont superbes. La distribution offre de très bonnes performances avec de nombreux personnages clés. La partie romance est agréable et le développement mélo-dramatique est convenable, permettant de garder un bon équilibre avec le reste des thématiques. L’ensemble est donc un divertissement plaisant que l’on peut aisément conseiller.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 127 558 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :