Action, Crime - Policier, Drame

CRIMINAL SQUAD (2018) ★★★★☆


Criminal Squad (2018)

 

 

Synopsis : Chaque jour, 120 millions de dollars en liquide sont retirés de la circulation et détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles. Un gang de braqueurs multirécidivistes va tenter l’audacieux tour de force de mettre la main dessus. Mais, ils vont se heurter à une unité d’élite de la police qui n’a pas l’intention de jouer dans les règles de l’art. Tous les coups sont permis pour coincer ces gangsters prêts à tout.

Origine : États-Unis
Réalisateur : Christian Gudegast
Scénariste : Christian Gudegast
Acteurs : Gerard Butler, Pablo Schreiber, O’Shea Jackson Jr., Curtis « 50 Cent » Jackson, Evan Jones, Cooper Andrews, Kaiwi Lyman-Mersereau, Lewis Tan
Musique : Cliff Martinez
Genre : Action, Drame, Policier
Durée : 2 heures et 20 minutes
Date de sortie : 21 février 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Diamond Film Productions, Tooley Productions, G-BASE
Distribué par : STXfilms
Titre original : Den of Thieves
Notre note : ★★★★☆

Notre commentaire : « Den of Thieves » étrangement transformé en « Criminal Squad » pour la distribution française, est un film d’action policier américain datant de 2018, écrit et réalisé par Christian Gudegast, qui signe là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Gerard Butler, qu’on a pu voir dans « La Chute de Londres » (2016), O’Shea Jackson Jr., qu’on a pu voir dans « Straight Outta Compton » (2015), Curtis « 50 Cent » Jackson, qu’on a pu voir dans « La Rage au Ventre » (2015), Pablo Schreiber, qu’on a pu voir dans « 13 Hours » (2016), et Evan Jones, qu’on a pu voir dans « Shot Caller » (2017).

Ce n’est pas la première fois que je commence une critique de film en m’énervant après le concept qui veut que les producteurs français s’amusent à bidouiller le titre. Ce métrage s’intitule « Den of Thieves », ce que l’on pourrait traduire par « L’antre du Cambrioleur » ou la « Tanière du Voleur« . Pourquoi ne pas garder le titre original ? Et pourquoi opter pour un autre titre en anglais ? Ça n’a pas de sens et cela a le don de m’agacer. Vous me direz les Canadiens ont rebaptisé le film « A armes égales », ce qui n’est guère mieux. On dirait que certains pensent que le public est trop con pour accepter un titre comme « Den of Thieves »… Après, c’est sûr que ce n’est pas la fin du monde non plus. Entrons donc dans le vif du sujet et parlons de ce « Criminal Squad ».

« Criminal Squad » était en développement depuis environ quatorze ans, le réalisateur-scénariste Christian Gudegast et un partenaire d’écriture, Paul Scheuring, eurent un accord aveugle avec la société New Line Cinema en 2003. Le projet était également censé être distribué par la société Relativity Media. Jay Dobyns, qui incarne le personnage de Wolfgang dans ce métrage, était un ancien agent spécial et d’infiltration pour le BATFE (Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives ou Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et explosifs) a servi de consultant pour ce film en raison de son expérience professionnelle.

Le tournage a débuté en janvier 2017. Bien que l’action du film est située à Los Angeles, en Californie, « Criminal Squad » a été principalement filmé dans et autour d’Atlanta, en Géorgie. Les plans aériens de Los Angeles comprennent le pont Vincent Thomas, des vues de l’établissement pénitentiaire fédéral de Terminal Island et de Downtown Los Angeles, le quartier d’affaires de cette ville.

Honnêtement, plus on avançait dans le développement du film, plus je pensais être en train de voir un remake de « Heat » (1995). Il y a plus de 20 ans maintenant, Michael Mann proposait un métrage d’action avec une magnifique scène de guérilla urbaine, lorsque les braqueurs, avec Robert De Niro à leur tête, sortaient de la banque et engageaient une fusillade avec les flics, dirigés par Al Pacino, venus les arrêter. Une scène mémorable qui m’avait littéralement scotché dans mon fauteuil tellement c’était impressionnant de réalisme.

Pour « Criminal Squad », le réalisateur, Christian Gudegast, qui débute ici dans la fonction de metteur en scène, n’avait vraisemblablement pas envie d’attendre la dernière partie du film pour en découdre, en plaçant une séquence similaire d’entrée de jeu. Un groupe de braqueurs, armés jusqu’aux dents, déboule sur le parking d’un shop du type Mister Donuts pour voler un fourgon blindé. Alors qu’un des convoyeurs fait un geste malheureux, tout part en sucette et c’est le carnage. Les voitures de police qui arrivent à la rescousse se font littéralement arroser de plombs et de nombreux flics restent sur le carreau. Et tout ça pour quoi ? Un fourgon vide.

C’est le point de départ de l’enquête que va mener Nick « Big Nick » O’Brien (Gerard Butler). Ce dernier dirige une équipe de flics pas très orthodoxes, look de voyous, tatouages, méthodes musclées, n’hésitant pas à kidnapper les suspects pour les interroger d’une manière bien loin de ce qui pourrait être recommandé dans le manuel du bon policier. Gerard Butler aborde un look tout aussi chaotique que ses collègues, barbe mal ordonnée, grossier, rustre et bien évidemment insolent et impoli. Ce flic va s’installer dans une confrontation mentale et physique avec Ray Merrimen (Pablo Schreiber), leader du commando de braqueurs, bien décidé à s’attaquer à la réserve fédérale de Los Angeles. Une dualité qui ressemble fortement à celle qui opposait Vincent Hanna (Al Pacino) et Neil McCauley (Robert De Niro). Le flic n’hésitant pas à aller au contact du gangster pour échanger quelques paroles.

Malheureusement, Christian Gudegast, le réalisateur, qui œuvre également ici en tant que scénariste, son premier métier, torture le spectateur en rendant son histoire relativement absconse. En effet, la dynamique des différents personnages est presque un écran de fumée pour un hold-up compliqué visant la seule banque de Los Angeles qui n’a jamais été braquée, soit, comme précédemment précisé, une branche de la Réserve Fédérale où, entre autres, les anciens billets sont détruits en même temps que leurs numéros de série sont effacés. Du coup, on perd beaucoup de temps afin de mettre en place l’intrigue, ce qui allonge considérablement le métrage pour atteindre les deux heures et vingt minutes.

C’est bien entendu dans la dernière partie que la confrontation finale va s’opérer entre flics et voyous dans un déluge de balles. « Criminal Squad » s’avère donc particulièrement dynamique au début et à la fin. Reste des personnages singulièrement charismatiques. Outre Gerard Butler et Pablo Schreiber, on retrouve le rappeur 50 Cent dans le rôle de Levi Enson Levoux, l’un des braqueurs de banque. La scène où il cherche, avec succès d’ailleurs, à impressionner le petit copain de sa fille alors que ces derniers s’apprêtent à sortir ensemble pour la première fois, bien que fortement inspirée par une séquence similaire dans « Bad Boy 2 » (2003) de Michael Bay, où Will Smith (voir la vidéo en fin de critique) jouait déjà au con de la même façon avec le petit copain de la fille du personnage incarné par Martin Lawrence, est l’un des vrais moments drôles du film.

En date du 12 février 2018, « Criminal Squad » a rapporté 41,4 millions de dollars aux États-Unis et au Canada et 16 millions dans les autres pays, pour un total de 57,3 millions de dollars de recette au box-office mondial, contre un budget de production de 30 millions de dollars. En février 2018, il a été annoncé qu’une suite était en cours de développement avec Christian Gudegast qui aurait d’ores et déjà signé pour écrire et diriger le second opus. De plus, Gerard Butler et O’Shea Jackson Jr. étaient en pourparlers pour reprendre leurs rôles respectifs.

En conclusion, « Criminal Squad » est un thriller d’action survitaminé disposant d’une histoire familière de braqueurs de banque. Le développement est relativement abscons et l’intrigue est toutefois basique. Les scènes d’actions sont particulièrement impressionnantes et magnifiquement orchestrées. C’est tellement engageant qu’on en aimerait plus, surtout face à un métrage aussi long. Le rythme est inégal sur la durée, mais la distribution offre de bonnes prestations, et la confrontation entre Gerard Butler et Pablo Schreiber fonctionne bien. La photographie est agréable avec quelques visuels de Los Angeles plutôt sympathiques. Reste à Christian Gudegast, le réalisateur, à confirmer avec un film où il élèvera le niveau d’un cran.

 

Bande-annonce :

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “CRIMINAL SQUAD (2018) ★★★★☆

  1. Troooop bien, j’y vais lundi, du coup j’ai super hâte quoi !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 22/02/2018, 15 03 37 02372

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 915 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :