Action, Catastrophe, Drame

DEEP IMPACT (1998) ★★☆☆☆


Deep Impact (1998)

 

 

Synopsis : Une comète fonce sur la Terre et pourrait détruire toute forme humaine. Le compte à rebours final est désormais déclenché…

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Mimi Leder
Scénaristes : Bruce Joel Rubin, Michael Tolkin
Acteurs : Robert Duvall, Téa Leoni, Elijah Wood, Vanessa Redgrave, Maximilian Schell, Morgan Freeman, Leelee Sobieski, James Cromwell, Jon Favreau, Richard Schiff, Laura Innes, Blair Underwood
Musique : James Horner
Genre : Action, Catastrophe, Drame
Durée : 2 heures
Date de sortie : 27 mai 1998 (France)
Année de production : 1998
Sociétés de production : The Manhattan Project, Zanuck/Brown Productions
Distribué par : Paramount Pictures, DreamWorks Pictures
Titre original : Deep Impact
Notre note : ★★☆☆☆

 

C’est dans le cadre de notre cycle « films catastrophe » que nous avons décidé de revoir ce film.

 

Notre commentaire : « Deep Impact » est un film catastrophe américain datant de 1998, réalisé par Mimi Leder, à qui l’on doit également « The Code » (2009). Les acteurs principaux sont Elijah Wood, qu’on a pu voir dans « I Don’t Feet at Home in This World Anymore » (2017), James Cromwell, qu’on a pu voir dans « L’Affaire Cate McCall » (2013), Jon Favreau, qu’on a pu voir dans « Spider-Man: Homecoming » (2017), Morgan Freemann qu’on a pu voir dans « Les Evadés » (1994), Richard Schiff, qu’on a pu voir dans « Volcano » (1997), Robert Duvall, qu’on a pu voir dans « Jack Reacher » (2012), et Téa Leoni, qu’on a pu voir dans « Le Casse de Central Park » (2011).

L’idée du film « Deep Impact » a pris forme à la fin des années 1970 lorsque les producteurs Richard Zanuck et David Brown ont approché les Studios Paramount en proposant un remake du film « Le Choc des Mondes » (1951) de Rudolph Maté. Bien que plusieurs ébauches de scénarios aient été réalisées, les producteurs n’étaient pas complètement satisfaits et le projet est resté au fond d’un tiroir durant de nombreuses années. Au milieu des années 1990, ils ont approché le réalisateur Steven Spielberg, avec qui ils avaient travaillé sur « Les Dents de la Mer » (1975), afin de discuter de cet ancien projet.

Cependant, Steven Spielberg avait déjà acheté les droits du roman « Le Marteau de Dieu » d’Arthur C. Clarke paru en 1993, qui traitait d’un thème similaire, soit un astéroïde se déplaçant sur une trajectoire de collision avec la Terre, et des tentatives de l’humanité pour empêcher son extinction. Steven Spielberg avait prévu de produire et de diriger « Le Marteau de Dieu » lui-même pour son studio DreamWorks, mais a finalement choisi de fusionner son projet avec celui de Richard Zanuck et David Brown, qui allait devenir « Deep Impact ». À ce stade, Steven Spielberg envisageait toujours de diriger « Deep Impact » lui-même, mais ses engagements pour son film « Amistad » (1997) l’en empêchèrent, d’autant plus que Touchstone Pictures venait d’annoncer son propre film catastrophe, basé sur le même thème : « Armageddon » (1998) de Michael Bay. Ne voulant pas attendre, les producteurs ont choisi d’embaucher Mimi Leder pour diriger « Deep Impact », avec Steven Spielberg officiant en tant que producteur exécutif.

L’histoire proposée par « Deep Impact » nous invite à suivre la découverte, par les scientifiques, d’une comète de 11 km de diamètre en provenance du fin fond de l’espace, censée croiser la trajectoire de la terre et entrer en collision, provoquant une extinction massive de l’humanité. D’une part, on peut voir les préparatifs afin de préserver une partie de la population ainsi que les moyens mis en œuvre pour tenter de dévier l’astéroïde de sa trajectoire. Pour se faire, les Américains, avec l’aide des Russes, envoie une mission spatiale à la rencontre de la comète afin de s’y poser, d’y forer des puits afin d’y faire exploser des charges nucléaires. L’opération échoue et l’humanité se prépare à l’impact.

Le gros souci avec « Deep Impact » c’est que le choix scénaristique est plutôt mauvais. On nous propose une galerie de personnages archétypes, on leur attribue des problèmes personnels, et l’histoire s’articule autour d’eux au fur et à mesure que la catastrophe approche. Il est assez ridicule de voir comment tout ce beau monde se positionne stupidement face au désastre qui se déroule sous leurs pieds, à côté d’eux ou au-dessus de leur tête. Bien évidemment, on n’évite pas le cliché de la mission suicide, où tous sont pleinement d’accord pour sacrifier sa vie afin de préserver l’humanité, sans broncher.

Côté positif, Morgan Freeman incarne de manière convaincante le Président des États-Unis, orchestrant la manœuvre pour la survie et pour la mission nommée Messiah, envoyant un engin spatial pour tenter d’intercepter et de détourner la fameuse comète destructrice. Robert Duvall incarne avec force et finesse, un ancien astronaute, qui jadis s’était posé sur la lune, pensant qu’il pourra atterrir sur l’astéroïde. Elijah Wood incarne un jeune étudiant, ayant découvert l’existence de la dite comète, et qu’on suivra dans sa tentative d’échapper aux effets catastrophiques lorsque l’impact aura lieu.

Malheureusement, « Deep Impact » est, dans son ensemble, plutôt coutumier, familier, et donc pas très original. Il y a une intrigue secondaire laborieuse dans laquelle Tea Leoni est fâchée envers son père (Maximilian Schell) car ce dernier a divorcé de sa mère (Vanessa Redgrave) et a épousé une jeunette. Cependant, Vanessa Redgrave offre un personnage avec une belle qualité de tristesse, mais le reste de cette sous-intrigue n’est là que pour placer deux de ces protagonistes sur une plage pour l’un des gros effets spéciaux du film. Il y a également les scènes familières de centaines de personnes qui tentent de fuir, et qui se retrouvent prisonnières des embouteillages. C’est dommage qu’il faille attendre la dernière partie du film pour voir les effets les plus spectaculaires.

En conclusion, « Deep Impact » a rapporté 140 millions de dollars en Amérique du Nord et 209 millions de dollars dans les autres pays, pour une recette mondiale de 349 millions de dollars au box-office, contre un budget de production de 80 millions de dollars.

« Deep Impact » a fait l’objet de plusieurs éditions en DVD ainsi qu’en Blu-ray, dont celle parue le 2 août 2007 chez Universal Pictures Vidéo (France). Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Deep Impact » est un film catastrophe moyen, disposant d’une histoire basique et d’un développement familier. L’intrigue est tout aussi usuelle et certaines sous-intrigues sont dispensables. Les effets spéciaux sont honorables, mais l’ensemble est très convenu et n’offre pas de nouveauté particulière ou d’originalité quelconque. Le casting offre de respectables prestations et le rythme est moyen, avec la « meilleure » partie pour la fin. Un film concurrencé par « Armageddon » qui lui est supérieur.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “DEEP IMPACT (1998) ★★☆☆☆

  1. Personnellement, il faisait clairement parti de mes films cultes quand j’étais plus jeune !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 28/02/2018, 16 04 57 02572

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 127 261 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :