Drame, Horreur, Mystère, Romance, Thriller

LE SECRET DES MARROWBONE (2017) ★★★☆☆


Le Secret des Marrowbone (2017)

 

 

Synopsis : Pour ne pas être séparés, Jack, 20 ans, et ses frères et sœurs plus jeunes, décident de cacher à tout le monde le décès de leur mère qui les élevait seule. Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans la ferme familiale isolée, mais bientôt, d’étranges phénomènes indiqueraient qu’une présence malveillante hante leur unique refuge…

Origine du film : Espagne
Réalisateur : Sergio G. Sánchez
Scénariste : Sergio G. Sánchez
Acteurs : George MacKay, Anya Taylor-Joy, Charlie Heaton, Mia Goth, Matthew Stagg, Kyle Soller, Nicola Harrison, Tom Fisher
Musique : Fernando Velázquez
Genre : Drame, Horreur, Mystère, Romance, Thriller
Durée : 1 heure et 50 minutes
Date de sortie : 7 mars 2018 (France)
Année de production : 2017
Sociétés de production : Lions Gate International, Telecinco Cinema
Distribué par : Universal Pictures
Titre original : Marrowbone
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « Marrowbone », ou « Le Secret des Marrowbone » pour la distribution française, est un thriller d’horreur espagnol datant de 2017, écrit et réalisé par Sergio G. Sánchez, qui signe là son premier long-métrage, mais que l’on connaît pour avoir rédigé le scénario de « L’Orphelinat » (2007) ainsi que celui de « The Impossible » (2012). Les acteurs principaux sont George MacKay, qu’on a pu voir dans « Captain Fantastic » (2016), Anya Taylor-Joy, qu’on a pu voir dans « Split » (2016), Charlie Heaton, qu’on a pu voir dans « Oppression » (2016), Mia Goth, qu’on a pu voir dans « A Cure for Life » (2016), Kyle Soller, qu’on a pu voir dans « Monsters: Dark Continent » (2014), et Tom Fisher, qu’on a pu voir dans « The Rack Pack » (2016).

Deux des axes principaux proposés dans « Le Secret des Marrowbone », les enfants et une grande maison bourrée de mystères, ne sont en rien des ingrédients originaux dans un thriller d’horreur. En fait, c’est à peu près aussi familier que les silhouettes qui passent en arrière-plan alors que l’on voit un personnage évoluer au premier-plan. Mais, il y a l’art et la manière, et pour son premier long-métrage, Sergio G. Sanchez, signe un métrage à la trame familière mais parfaitement satisfaisant. On se retrouve avec un conte somptueux dans ce qui devrait être un Eden au bord la mer. Le film apporte la bonne dose de frayeur pour plaire aux amateurs du genre, tout en étant également un drame qui mérite d’être vu.

Bien que tournée en Espagne, l’histoire proposée par « Le Secret des Marrowbone » se déroule en 1969 aux États-Unis, où une fratrie de trois frères et une sœur viennent s’installer dans une petite ville nord-américaine, dans la maison familiale de la mère et se rebaptisent avec le nom de jeune fille de cette dernière, Marrowbone, qui est également le nom du domaine. Malheureusement, cette mère de famille décède peu de temps après l’installation, laissant Jack (George MacKay) s’occuper de la fratrie. Afin de ne pas être séparés, ils décident de garder secret la mort de leur mère, et ce, jusqu’à ce que Jack ait 21 ans, l’âge de la majorité, se voyant ainsi chargé légalement de la tutelle de ses frères et de sa sœur. Pour parvenir à cet objectif, ils se doivent de rester autonomes et discrets.

Cet exil forcé est d’autant plus difficile à gérer étant donné l’amitié qui s’est installée avec leur plus proche voisine, Allie (Anna Taylor-Joy). Pour compliquer les choses, le deuxième fils, Billy (Charlie Heaton) s’irrite de cette forme de captivité, comme le ferait probablement tout adolescent. La sœur, Jane (Mia Goth) et son adorable petit frère Sam (Matthew Stagg) viennent quelque peu adoucir les tensions qui s’installent dans la maison. On irait même jusqu’à s’imaginer que cela se transforme en une forme d’idylle innocente, jusqu’à ce qu’une balle fracasse une fenêtre, signalant l’arrivée de l’homme qui poursuit cette famille.

Cet événement est le point de départ d’un changement de tonalité dans le film, avec une ambiance qui s’assombrit progressivement, sans que nous sachions comment la fratrie a survécu à cette confrontation. On se retrouve six mois plus tard, on comprend qu’il semblerait y avoir un fantôme, que les miroirs ont été couverts et que le grenier est désormais muré. Cependant, la menace la plus immédiate semble provenir de Tom (Kyle Soller), un jeune avocat qui s’occupe des questions successorales et qui doit transférer les titres de propriété de la maison à Mme Marrowbone, étant dans l’ignorance de son décès.

Tom représente alors une menace pour la famille Marrowbone, car il est au courant des traumatismes antérieurs qui les ont poussés à fuir l’Angleterre pour venir s’installer dans cette propriété isolée. Cependant, ses motivations deviennent de plus en plus obscures quand il réalise qu’Allie, la jeune femme qu’il aime, voit secrètement Jack chaque fois qu’il vient en ville pour se ravitailler. La sous-intrigue amoureuse est nécessaire afin de construire l’aspect dramatique et s’avère classique à travers un trio dont celui qui se voit écarté est fatalement l’antagoniste de l’histoire. On ne peut pas négliger l’aspect psychologique, pour ne pas dire psychiatrique, qui touche le personnage incarné avec justesse par George MacKay, qui trouve ici une explication rationnelle et que l’on peut rapidement visualiser sur le visage du personnage.

C’est aux deux tiers du métrage que Sergio G. Sánchez, le scénariste-réalisateur livre quelques rebondissements très efficaces et parfaitement orchestrés qui changent radicalement la nature de son récit. On perçoit alors les événements différemment, et certains détails dispersés tout au long de ce qui a précédé deviennent alors logiques et cohérents. À cela, on ajoute la superbe photographie proposée par Xavi Giménez, avec de magnifiques vues sur les falaises au bord de la mer, les champs, les rochers. On peut presque sentir le vent venir fouetter notre visage. Les couleurs extérieures sont splendides alors que celles de l’intérieur de la maison s’obscurcissent au fur et à mesure que l’ambiance se dégrade et qu’on se dirige vers la confrontation finale.

En conclusion, « Le Secret des Marrowbone » est un thriller d’horreur plus que correct, disposant d’une histoire familière mais dotée d’un développement original et astucieux, qui, dans une certaine mesure, n’est pas sans rappeler « Les Intrus » (2009) de Charles Guard. Le rythme est un peu lent dans la première grosse partie du film, pour venir s’accélérer dans la dernière partie. L’intrigue est très bien construite et les rebondissements surprennent pleinement, offrant un virage singulier à l’histoire. La distribution offre de très bonnes prestations permettant aux spectateurs de s’immerger pleinement dans le récit. La photographie est somptueuse livrant de superbes vues. La bande originale, signée Fernando Velázquez, est vraiment excellente venant souligner par des cuivres, des violoncelles ainsi que des violons les moments clé du film. Un premier film d’horreur sympathique pour ce début d’année, en attendant avec patience de voir évoluer Mylène Farmer dans « Ghostland » mercredi prochain…

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 140 125 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :