Drame, Horreur, Romance

THE LODGERS (2017) ★☆☆☆☆


The Lodgers (2017)

 

 

Synopsis : Un frère et sa soeur sont liés par un terrible secret qui les contraint à ne jamais quitter la maison recluse que leurs parents décédés leur ont laissée en héritage. Un jeune homme va bientôt faire voler cette situation en éclats.

Origine du film : Irlande
Réalisateur : Brian O’Malley
Scénariste : David Turpin
Acteurs : Charlotte Vega, Bill Milner, Eugene Simon, David Bradley, Deirdre O’Kane, Moe Dunford
Musique : Stephen Shannon, Kevin Murphy, David Turpin
Genre : Drame, Horreur, Romance
Durée : 1 heure et 32 minutes
Date de sortie : 8 septembre 2017 (TIFF), 9 mars 2018 (Irlande)
Année de production : 2017
Sociétés de production : Tailored Films
Distribué par : Epic Pictures Group
Titre original : The Lodgers
Notre note : ★☆☆☆☆

Notre commentaire : « The Lodgers » est un film d’horreur irlandais datant de 2017, réalisé par Brian O’Malley, à qui l’on doit également « Let Us Prey » (2017). Les acteurs principaux sont Charlotte Vega, qu’on a pu voir dans « American Assassin » (2017), David Bradley, qu’on a pu voir dans « Hot Fuzz » (2007), Bill Milner, qu’on a pu voir dans « Anthropoid«  (2016), Eugene Simon, qu’on a pu voir dans « Before I Sleep » (2013), et Moe Dunford, qu’on a pu voir dans « Michael Inside » (2017).

Lorsque débute le générique de fin d’un métrage et que je dis, dans un soupir, tout en me redressant dans mon fauteuil, « c’est du foutage de gueule » , c’est plutôt mauvais signe. Ayant visionné ce film hier soir, la nuit est passée, et on dit souvent que la nuit porte conseil. Reste que le lendemain, devant cette fameuse page blanche qui est censée devenir une critique de film, il faut tout de même se motiver pour l’écrire. Mais trêve de suspense, et comme vous l’aurez probablement compris, je n’ai pas aimé ce film. Mais alors pas du tout.

« The Lodgers » est une forme de mélange entre « Crimson Peak » (2015) du récemment oscarisé, Guillermo del Toro et de « La Dame en Noir » (2011) de James Watkins. Mais la référence s’arrête là. Pourquoi ? Et bien parce que pour le reste, c’est le vide galactique. On s’attendait à une histoire honorable et des personnages forts, solides. Mais il n’en est rien. La seule chose que livrent les cinéastes de « The Lodgers » avec ce métrage, c’est un cadre unique.

L’histoire proposée par « The Lodgers » nous invite en Irlande au début des années 1920. Les soldats rentrent de la guerre d’indépendance irlandaise, mais on peut sentir les prémisses de la guerre civile s’installer. L’ancien combattant Sean (Eugene Simon) rentre chez lui pour constater qu’il n’est plus le bienvenu. Les Britanniques et les Irlandais se sont désormais installés dans une trêve fragile, et Dessie (Moe Dunford), un caïd local, n’aime pas cela, et va clairement le faire sentir à Sean.

Malheureusement, « The Lodgers » n’est pas l’histoire de Sean. Sa présence n’a pour but que de bouleverser l’équilibre émotionnel entre Edward (Bill Milner) et Rachel (Charlotte Vega). Ces deux protagonistes sont plutôt assommants, pour ne pas dire emmerdants. Une malédiction familiale les oblige à passer le plus clair de leurs temps enfermés dans leur domaine familial. Ils ne veulent surtout pas offenser les fantômes qui les retiennent prisonniers dans cette demeure en décrépitude. Rachel est fatiguée de cette situation alors qu’Edward est plutôt résigné à son triste sort. Nous sommes donc confrontés à une intrigue archétypale, qui aurait pu être présentée avec plus de finesse, notamment en travaillant sur l’ambiance et/ou en développant plus de soins sur les détails.

La présence de Sean va amener une romance hésitante avec Rachel, ce qui la conduit à devenir plus téméraire, plus audacieuse quant à son avenir, mais déclenche également la colère de son frère. Elle doit alors s’affirmer plus encore en lui faisant face tout en combattant les souvenirs familiaux qui la tourmentent. On se focalise de plus en plus sur une petite trappe au milieu de l’entrée de la demeure. Une trappe d’où jaillit une eau noire menaçante. Quelques ombres, quelques silhouettes, permettent de placer quelques timides jump-scares. Quelques mentions d’inceste et de violence domestique sont également évoquées. Et vous avez fait le tour de cette romance gothique terriblement fadasse, agrémentée d’un étang tristounet, et de quelques misérables costumes d’époque.

Finalement, « The Lodgers » déçoit à plusieurs niveaux, dont beaucoup ont plus à voir avec les limites de l’imagination de ses créateurs que de l’apparent faible budget de cette production. Du côté de la distribution, les performances sont uniformément indistinctes, à l’exception de Charlotte Vega. Pire encore, certaines séquences ressemblent plus à du théâtre, notamment celles mettant en scène Eugene Simon, qui n’arrive absolument pas à offrir la moindre émotion, qui échoue pleinement à offrir l’état d’esprit de son personnage.

La photographie proposée par Richard Kendrick est la plupart du temps peu engageante, tout comme l’éclairage naturel et les décors basiques. En outre, le scénario trébuche à chaque fois que l’on passe d’un point à un autre, bourré d’archétypes de conte de fées. On ressort finalement de ce visionnage complètement déçu du métrage, là où l’on s’attendait à quelque chose de complètement différent. On peut même avouer qu’on se retrouve à plusieurs reprises au bord de la somnolence.

En conclusion, « The Lodgers » est un film médiocre, disposant d’une histoire asthénique où l’intrigue est bien loin d’être au rendez-vous. En d’autres termes, on s’ennuie fermement durant ce film. Le rythme est lent et on frise régulièrement l’endormissement. La photographie est pauvre et les jeux de lumière sont bien tristes. La distribution est vacillante et seule Charlotte Vega tire son épingle du jeu. Un piètre métrage qu’on se refuse à recommander.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “THE LODGERS (2017) ★☆☆☆☆

  1. Eh bien, quel dommage, il y avait pourtant du potentiel !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 15/03/2018, 20 08 54 03543

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 127 270 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :