Action, Drame

BRAVEN (2018) ★★☆☆☆


Braven (2018)

 

 

Synopsis : Le long de la frontière canadienne, des passeurs sont contraints d’abandonner leur cargaison de cocaïne dans un relais de chasse désert. Lorsque Joe Braven découvre par hasard la marchandise, il est déjà trop tard pour demander de l’aide. Les trafiquants sont déterminés à ne laisser aucun témoin. Mais Joe est un homme plein de ressources qui connaît la montagne mieux que quiconque.

Origine du film : Canada
Réalisateur : Lin Oeding
Scénaristes : Mike Nilon, Thomas Pa’a Sibbett
Acteurs : Jason Momoa, Garret Dillahunt, Stephen Lang, Jill Wagner, Brendan Fletcher, Zahn McClarnon
Genre : Action, Drame
Durée : 1 heure et 34 minutes
Date de sortie : 2 février 2018 (États-Unis)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Pride of Gypsies
Distribué par : Saban Films
Titre original : Braven
Notre note : ★★☆☆☆

Notre commentaire : « Braven » est un thriller d’action canadien datant de 2018, réalisé par Lin Oeding, qui signe là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Jason Momoa, qu’on a pu voir dans « L.A. Rush » (2017), Garret Dillahunt, qu’on a pu voir dans « Wheelman » (2017), et Stephen Lang, qu’on a vu dans « Don’t Breathe » (2016).

L’histoire proposée par « Braven » est une nouvelle fois très familière, mais rapidement la question qui vient à l’esprit se positionne sur la personnalité de Jason Mamoa, qu’on a plutôt l’habitude de voir dans des rôles de soutien. Est-il déjà un acteur sur qui faire reposer l’intégralité d’un métrage ? On nous invite donc à suivre Joe Braven (Jason Mamoa), un bûcheron plutôt sympa et un père de famille aimant. Ce dernier se retrouve dans une embrouille avec des dealers de drogue, qui veulent impérativement récupérer leur cargaison, cachée dans le chalet de montagne du solide Braven. Cette cargaison y a été cachée par l’un des employé de ce même Joe Braven.

Pour étoffer l’histoire et ajouter une certaine dose de tension, si ce n’est du mélodrame, Joe Braven se retrouve dans son chalet de montagne en compagnie de son père, Linden Braven (Stephen Lang), souffrant d’une forme de démence, suite à un accident de voiture, mais également avec sa fille, Charlotte (Sasha Rossof), qui s’est caché dans le véhicule de son père, désirant les accompagner dans leur déplacement à la montagne. Pour s’opposer à cette famille, on retrouve Kassen (Garret Dillahunt), le leader d’un groupe de trafiquants de drogue, bien décidé à récupérer sa marchandise et, par la même occasion, se débarrasser de tous les témoins gênants qui pourraient éventuellement parasiter son business. Pour cela, il est surtout appuyé par Hallet (Zahn McClarnon), qui s’avère être un sniper efficace.

Les scènes d’action sont relativement faibles, se limitant à quelques échanges de coup de feu sans réelle dimension ou innovation. Comme souvent, arrivé à un stade du développement de l’action et de l’intrigue, on en vient aux mains, et ça se bastonne un petit peu, mais sans vraiment être transcendant d’originalité. De plus, pour certaines scènes, les effets spéciaux sont du même niveau que ceux que l’on peut voir dans les téléfilms de l’après-midi sur M6.

On peut notamment regretter que Lin Oeding, le réalisateur, s’attache plus à développer la partie action, plutôt que d’aiguiser ses éléments de base, comme la spécificité du lieu, en profitant pour magnifier sa photographie comme Taylor Sheridan avait su le faire dans « Wind River » (2017). Le duo de scénaristes, Mike Nilon et Thomas Pa’a Sibbett, ont réellement choisi la facilité en empilant les clichés, comme, pour exemple, l’arrivée de la mère de famille et épouse de Braven, Stephanie (Jill Wagner), qui arrive à la rescousse, pour aider son époux et sauver sa fille en décochant quelques flèches avec son arc à poulies.

Le développement du personnage incarné par Stephen Lang aurait pu être plus poussé. La difficulté de prendre conscience de son mal, la difficulté d’aborder le sujet entre le père et le fils, la facilité qui consiste à placer un parent dès lors qu’il devient une charge pour la famille, autant de sujet qui auraient pu obtenir plus d’expansion. L’accent aurait également pu être mis sur la personnalité de Joe Braven, dont finalement, on ne sait que peu de chose. Quel est son cheminement, laisser entrevoir des flashbacks pour matérialiser la connaissance des lieux par Joe Braven et donc expliquer le pourquoi il est capable de se déplacer avec autant d’aisance dans ce milieu, dans l’environnement proche de son chalet montagnard.

En conclusion, « Braven » est un film quelconque, disposant d’une histoire banale, d’une intrigue commune et d’un développement apathique. Les scènes d’action sont très basiques et peu engageantes. La photographie aurait pu être nettement plus intéressante en raison du lieu où se déroule l’action. La distribution offre des prestations moyennes et la mise en scène fait appel à de nombreux clichés. Un métrage à peine divertissant durant lequel on s’ennuie quelque peu.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “BRAVEN (2018) ★★☆☆☆

  1. Je pense que je le regarderais, mais juste pour Jason Momoa lol

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 18/04/2018, 14 02 57 04574

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Archives

Nbs de Visites

  • 93,909 visites
Follow CritiKs MoviZ on WordPress.com

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :