Action, Crime - Policier, Drame

THE PASSENGER (2018) ★★★☆☆


The Passenger (2018)

 

 

Synopsis : Comme tous les jours après son travail, Michael MacCauley prend le train de banlieue qui le ramène chez lui. Mais aujourd’hui, son trajet quotidien va prendre une toute autre tournure. Après avoir reçu l’appel d’un mystérieux inconnu, il est forcé d’identifier un passager caché dans le train, avant le dernier arrêt. Alors qu’il se bat contre la montre pour résoudre cette énigme, il se retrouve pris dans un terrible engrenage. Une conspiration qui devient une question de vie ou de mort, pour lui ainsi que pour tous les autres passagers !

Origine du film : États-Unis, Royaume-Uni
Réalisateur : Jaume Collet-Serra
Scénaristes : Byron Willinger, Philip de Blasi, Ryan Engle
Acteurs : Liam Neeson, Vera Farmiga, Patrick Wilson, Jonathan Banks, Elizabeth McGovern, Sam Neill, Killian Scott
Musique : Roque Baños
Genre : Action, Drame, Policier
Durée : 1 heure et 45 minutes
Date de sortie : 24 janvier 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : StudioCanal, The Picture Company, Ombra Films
Distribué par : StudioCanal UK, Lionsgate
Titre original : The Commuter
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « The Commuter » ou « The Passenger » pour la distribution française, est un thriller d’action américain, datant de 2018, réalisé par Jaume Collet-Serra, à qui l’on doit également « Instinct de Survie » (2016). Les acteurs principaux sont Liam Neeson, qu’on a pu voir dans « The Secret Man » (2017), Vera Farmiga, qu’on a pu voir dans « Esther » (2009), Patrick Wilson, qu’on a pu voir dans « Bone Tomahawk » (2015), Jonathan Banks, qu’on a pu voir dans « En Cavale » (2016), Elizabeth McGovern, qu’on a pu voir dans « Kick-Ass » (2010), et Sam Neill, qu’on a pu voir dans « The Hunter » (2011).

« The Passenger » vient donc s’inscrire dans la liste des films où l’action se déroule en grande partie dans un train. Dernièrement, dans la critique concernant « Last Passenger » (2013) d’Omid Nooshin, j’évoquais déjà ce sujet, avec des métrages comme « Howl » (2015) de Paul Hyett, auquel on pourrait s’amuser à ajouter des films tels que « Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires » (2012) de Timur Bekmambetov, « Lone Ranger : Naissance d’un Héros » (2013) de Gore Verbinski, ou plus récemment « Le Crime de l’Orient-Express » (2017) de Kenneth Branagh, qui devraient tous faire l’objet d’une critique à venir.

L’histoire entre l’acteur Liam Neeson et le réalisateur Jaume Collet-Serra ne date pas de hier. Et pour être nettement plus précis, c’est une histoire qui a débuté avec « Sans Identité » (2011), suivie de « Non-Stop » (2014) et de « Run All Night » (2015). Ainsi donc, « The Passenger » est la quatrième collaboration entre ces deux personnes. Une sorte de rendez-vous périodique, dans l’ensemble toujours plaisant à regarder, même s’il ne faut pas forcément arrêter tout ce qu’on est en train de faire pour courir dans la première salle obscure qu’on trouve pour voir les films.

À l’arrivée que retenir de cette nouvelle coopération ? Je serais tenté de dire deux scènes d’action chorégraphiées de manière très impressionnante, dont une tournée en one-shoot, soit un combat au corps-à-corps qui tente de reproduire la célèbre scène de marteau dans « Old Boy » (2003), et une prémisse intéressante, que les trois scénaristes, Byron Willinger, Philip de Blasi, et Ryan Engle, n’arrivent jamais à pleinement exploiter. L’intrigue de fond, possède probablement toutes les caractéristiques d’une rêverie éveillée que n’importe quel banlieusard aura eu pendant des années pendant son trajet entre son domicile et son lieu de travail.

Michael MacCauley (Liam Neeson) est un ex-flic de 60 ans, devenu agent d’assurances, travaillant dans le centre de Manhattan. À la fin de la journée, ce dernier est licencié, alors qu’il doit faire face à des soucis financiers. Alors qu’il rentre chez lui, il rencontre une inconnue (Vera Farmiga) qui lui demande de localiser un passager dans ce train de banlieue avant qu’il n’arrive à son terminus, puis de placer un dispositif de repérage sur cette personne, contre la somme de 100.000 dollars.

L’intrigue porte ainsi sur différents points. Identifier la personne, comprendre le pourquoi de la démarche, accepter ou non, d’un point de vue moral, de désigner une personne dont on sait qu’elle sera assassinée. Le personnage central, incarné par Liam Neeson, se bat contre lui-même, tout en faisant face à l’ultimatum qui lui est opposé. La tension monte d’un cran lorsque la famille de cet ex-policier est menacée. Tout le monde se connaît, ou presque, dans ce train de banlieue que tous fréquentent quotidiennement. Les inconnus en deviennent suspects. Qui se cache derrière ce qui semble être une organisation bien huilée ?

Certaines scènes peuvent apparaître comme inutiles, mais finalement rien n’est superflu dans un film comme « The Passenger » et du coup, si on rencontre l’ex-coéquiper de Michael (Patrick Wilson) et leur ancien supérieur (Sam Neill) au début de l’histoire, c’est qu’ils vont prendre une certaine forme d’importance dans le développement de l’intrigue. Tout comme lorsque Michael lève les yeux dans un bar pour regarder un reportage télévisé qui explique que des fonctionnaires ont été arrêtés pour des accusations de corruption. Cela reviendra ultérieurement dans le développement de l’histoire.

On reconnaîtra au passage Jonathan Banks dans un rôle secondaire, incarnant un personnage nommé Walt. Peut-être un clin d’œil à son personnage qu’il interprétait dans la série télévisée « Breaking Bad » qui était souvent en désaccord avec le personnage principal, lui-même nommé Walt. Il s’agissait de la troisième collaboration entre Vera Farmiga et Patrick Wilson, après « Conjuring: Les Dossiers Warren » (2013) et « Conjuring 2: Le Cas Enfield » (2016), bien qu’ils n’aient pas de scène ensemble durant ce métrage. D’autre part, c’est le deuxième métrage où l’on peut voir Vera Farmiga impliquée dans une histoire mettant en scène un incident dans un train de banlieue, après « Source Code » (2011).

« The Passenger » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 29 mai 2018 chez Universal Pictures Vidéo (France). Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « The Passenger » est un bon thriller d’action disposant d’une histoire originale, mais avec une intrigue familière et un développement maîtrisé. Les scènes d’action sont très bien orchestrées et le rythme est cohérent avec la trame principale. La photographie est plaisante malgré le côté exigu de la situation. La bande originale est plaisante. La distribution offre de très bonnes prestations, au cœur de laquelle on retrouve un Liam Neeson parfaitement à l’aise dans ce type de rôle, malgré ses 65 ans. Un honorable divertissement sans être particulièrement transcendant.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “THE PASSENGER (2018) ★★★☆☆

  1. Malheureusement, je suis beaucoup moins convaincue que toi…

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 21/04/2018, 15 03 56 04564

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 134 495 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :