Horreur

STRANGERS: PREY AT NIGHT (2018) ★★★☆☆


Strangers - Prey at Night (2018)

 

 

Synopsis : Une famille s’arrête pour la nuit dans un parc de mobile home isolé qui semble complètement désert. Une jeune femme étrange frappe à leur porte…. C’est le début d’une terrible nuit d’horreur : pris pour cible et poursuivis sans relâche par trois tueurs masqués, chacun devra lutter pour sauver sa peau dans un jeu de cache-cache impitoyable.

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Johannes Roberts
Scénaristes : Bryan Bertino, Ben Ketai
Acteurs : Christina Hendricks, Martin Henderson, Bailee Madison, Lewis Pullman, Emma Bellomy, Damian Maffei, Lea Enslin
Musique : Adrian Johnston
Genre : Horreur
Durée : 1 heure et 25 minutes
Date de sortie : 18 avril 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : The Fyzz Facility, White Comet Films, BLOOM, Burk A Project, Intrepid Pictures, Rogue
Distribué par : Aviron Pictures
Titre original : The Strangers: Prey at Night
Notre note : ★★★☆☆

Notre commentaire : « The Strangers: Prey at Night » transformé en « Strangers: Prey at Night » pour la distribution française (à croire que les Français sont trop stupides pour comprendre le mot « the »…), est un film d’horreur américain datant de 2018, réalisé par Johannes Roberts, à qui l’on doit également « 47 Meters Down » (2017). Les acteurs principaux sont Christina Hendricks, qu’on a pu voir dans « The Neon Demon » (2016), Martin Henderson, qu’on a pu voir dans « Le Cercle » (2002), Bailee Madison, qu’on a pu voir dans « Conviction » (2010), et Lewis Pullman, qu’on a pu voir dans « Aftermath » (2017). Ce métrage est une suite du film « The Strangers » (2008). Le scénario est signé de Bryan Bertino (qui avait écrit et dirigé le premier film) et Ben Ketai.

Les producteurs de la société Rogue Pictures ont annoncé qu’une suite à « The Strangers » (2008) était en développement dès le mois d’août 2008, provisoirement intitulée « The Strangers: Part II ». Par la suite, il a été rapporté que le scénario serait écrit par Bryan Bertino et que le métrage serait réalisé par Laurent Briet. En 2010, on apprenait que la société Relativity Media avait mis le projet en attente malgré le fait que la société Universal Pictures était disposée à le distribuer. La production a repris le chemin du développement au début de l’année 2011 et il a été annoncé que le tournage devait commencer en avril 2011 via un communiqué de presse de Rogue Pictures.

Plus tard, selon Liv Tyler, vedette du premier film, cette suite devait paraître en 2014, mais cela n’a pas eu lieu. En 2015, le site internet The Wrap rapportait que cette suite était en production, et que Relativity Media et GK Films avaient programmé la sortie du métrage pour le 2 décembre 2016, mais elle fut cependant repoussée à une date ultérieure non définie. Le réalisateur Johannes Roberts, a déclaré que lorsqu’il était à Los Angeles, les producteurs de « 47 Meters Down » (2017) l’ont contacté pour lui demander de lire un script intitulé, Prey Ay Night. Il a aimé le scénario, mais il n’était pas tellement enthousiaste à l’idée de s’impliquer dans une suite d’un film paru plusieurs années auparavant, mais finalement, il a accepté le projet à condition qu’il puisse y ajouter sa touche personnelle.

L’histoire proposée par « Strangers: Prey at Night » nous invite à suivre Mike (Martin Henderson), sa femme Cindy (Christina Hendricks), leur fils et leur fille dans un séjour dans un camping de mobil-homes, tenu par des parents de Cindy, qui se transforme rapidement en cauchemar. Les membres de cette famille se retrouvent rapidement plongés dans une lutte désespérée pour survivre à ces trois mêmes psychopathes que dans le précédent film, qui les prennent en chasse afin de satisfaire leur soif de sang.

Dans le premier métrage paru en 2008, le même trio de psychopathes s’en prenait à un couple venu passer la soirée dans leur maison de campagne. Les deux victimes ne s’en sortaient pas. Cela donne donc l’ambiance de départ de cette suite, dont on se demande dès le début qui va s’en sortir, et qui va passer de vie à trépas. Les premières victimes ne tardent pas à se faire connaître, l’oncle et la tante de Cindy, les gérants de cet espace de vacances, déserté en raison de la période dite de hors-saison. On retrouve donc nos trois antagonistes, arborant une nouvelle fois des masques cachant leurs visages, Dollface, Pin Up Girl et Man in the Mask. Ce dernier ressemblant à Jason Voorhees avant qu’il n’adopte son masque de hockey.

« Strangers: Prey at Night » est donc un film d’horreur de type slasher. La particularité dans l’histoire, c’est que le trio de tueurs masqués agit sans raison particulière, comme le précise la scène où la fille de la famille fait face à Dollface en lui demandant : « mais pourquoi faites vous ça » et l’autre de répondre « mais pourquoi pas », avant de rejoindre ses ancêtres d’un coup de fusil à pompe. L’intrigue repose sur un jeu du chat et de la souris mortel, du genre « si je t’attrape, je te tue ». Les premières victimes seront les parents. Mais les deux enfants vont donner beaucoup plus de fils à retordre aux trois meurtriers.

Malheureusement, il n’y a rien de vraiment innovant dans ce « Strangers: Prey at Night » en dehors du cadre, soit un camping, une base de loisir d’été. La manière de tuer n’est en rien original et finalement il n’y a pas de surprise, et très peu de jump-scares. Le rythme est en adéquation avec l’histoire, et on est rapidement dans l’ambiance. Heureusement car le métrage ne dure que 85 minutes. La bande originale est plaisante faisant appel à d’anciens tubes tels que « Kids in America » de Kim Wilde. Le développement est cependant bien construit, notamment en ce qui concerne la personnalité des enfants et notamment de la fille de la famille, Kinsey (Bailee Madison), une adolescente en pleine crise d’Œdipe.

L’ambiance est très tendue et on s’énerve tout seul enfoncé dans son siège en raison des choix faits par les différents protagonistes, qui agissent de manière incohérente par rapport à la situation. On se surprend même à se ronger les ongles, preuve qu’il y a quand même quelques qualités à ce film. Doté d’un budget de 5 millions de dollars, « Strangers: Prey at Night » a déjà rentré 25,1 millions de dollars de recette à ce jour.

En conclusion, « Strangers: Prey at Night » est un bon petit film d’horreur, disposant d’une histoire basique, d’une intrigue familière et d’un développement intelligemment construit. Loin de révolutionner le genre, ce métrage plonge le spectateur dans une ambiance tendue, où il n’est pas illogique qu’il s’énerve tout seul face aux décisions prises par les différents protagonistes. Le rythme est plaisant, la photographie est sympathique et la bande originale permet de remémorer certains standards des années 1980. La distribution offre de bonnes prestations, même si cela peut parfois apparaître comme névrosé. Un film divertissant, légèrement au-dessus de la moyenne, mais de loin pas indispensable.

 

Bande-annonce :

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “STRANGERS: PREY AT NIGHT (2018) ★★★☆☆

  1. Ah ça, pour m’énerver, je me suis énervée, je me dis toujours qu’ils n’ont jamais vu de films d’horreur, pour toujours choisir la mauvaise option lol Donc voilà, un slasher classique, juste sympa quoi !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 22/04/2018, 14 02 57 04574

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 209 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :