Érotique, Ciné-Asia, Corée du Sud, Crime - Policier, Drame, Thriller

THE HANDMAIDEN (2016) ★★★★☆


Mademoiselle (2016)

 

 

Pendant les années 1930, dans une Corée sous domination japonaise, Sook-hee est engagée comme domestique au service d’une héritière japonaise, qui vit dans un beau manoir sous la domination de son oncle tyrannique. Mais la jeune femme a un secret : pickpocket experte depuis l’enfance, elle a été embauchée par un escroc qui se fait passer pour un comte japonais. Sook-hee est en effet chargée de l’aider à séduire l’héritière afin de la délester de sa fortune. Mais les sentiments s’en mêlent…

 

 

Origine du film : Corée du Sud
Réalisateur : Park Chan-wook
Scénaristes : Park Chan-wook, Chung Seo-kyung
Acteurs : Kim Min-hee, Kim Tae-ri, Ha Jung-woo, Cho Jin-woong, Kim Hae-sook, Moon So-ri, Lee Dong-hwi, Jeong Ha-dam
Musique : Jo Yeong-wook
Genre : Crime, Drame, Érotique, Thriller
Durée : 2 heures et 24 minutes
Date de sortie : 1er novembre 2016 (France)
Année de production : 2016
Sociétés de production : Moho Film, Yong Film
Distribué par : CJ Entertainment
Titre original : Agassi / 아가씨
Notre note : ★★★★☆

 

 

« The Handmaiden » ou « Mademoiselle » pour la distribution française, est un thriller psychologique et érotique sud-coréen, datant de 2016, co-écrit et réalisé par Park Chan-wook, à qui l’on doit également « Snowpiercer » (2013) ainsi que la célèbre trilogie « Vengeance » comprenant « Sympathy for Mr. Vengeance » (2002), « Oldboy » (2003), and « Lady Vengeance » (2005). Les acteurs principaux sont Kim Min-hee, qu’on a pu voir dans « No Tears for the Dead » (2014), Kim Tae-ri, qu’on a pu voir dans « 1987: When the Day Comes » (2017), Ha Jung-woo, qu’on a pu voir dans « Tunnel » (2016), et Cho Jin-woong, qu’on a pu voir dans « Bluebeard » (2017). Ce métrage est inspiré du roman Fingersmith écrit par la romancière galloise Sarah Waters, avec un transfert de l’environnement de l’ère victorienne britannique à la Corée sous domination coloniale japonaise.

L’histoire proposée par « The Handmaiden » se déroule sous l’occupation japonaise. Un escroc opérant sous le patronyme de Compte Fujiwara (Ha Jung-woo) envisage de séduire une riche héritière japonaise nommé Mademoiselle Hideko (Kim Min-hee), puis de l’épouser et enfin de l’envoyer dans un asile afin de mettre la main sur son héritage. Pour mettre en place son plan machiavélique, il engage une jeune femme pickpocket nommé Sook-hee (Kim Tae-ri) pour devenir la femme de chambre de Hideko et encourager cette dernière à l’épouser. Cependant, pour arriver à leurs fins, les deux escrocs devront déjouer la vigilance de l’oncle de Hideko, l’autoritaire Kouzuki (Cho Jin-woong), qui gagne de l’argent en vendant des livres rares, et anime des séances de lectures aux acheteurs potentiels.

Il y a trois actes distincts dans « The Handmaiden ». Le premier est la mise en place des personnages à travers le point de vue de la fausse servante, Sook-hee. Le second acte est le point de vue de Mademoiselle Hideko, et le troisième acte est un point de vue croisé des différents personnages et l’épilogue de l’histoire. Alors que tout est parfaitement fluide à travers le point de vue de la servante, les choses deviennent nettement plus complexe dès lors que l’on aborde le second acte et donc le point de vue de la jeune comtesse. Un nouvel éclairage apparaît et l’affaire prend une toute autre forme, grâce à un certain nombre de révélations.

On peut retenir deux aspects dans ce métrage. Le premier, c’est le sentiment anti-japonais latent dans le film. Pourtant le matériel source voyait l’histoire se dérouler dans le cadre britannique. À croire que l’ensemble de la classe supérieure des civilisations colonialistes à travers le monde avait tendance à basculer dans la perversion, principalement parce qu’elle n’avait pas à travailler réellement pour remplir le frigo… Le deuxième aspect, c’est l’aspect érotique, limite pornographique du métrage, bien qu’il ne faille pas se limiter à cette approche, ce qui limiterait la compréhension de l’histoire.

Ce que l’on devrait retenir de l’histoire proposée par « The Handmaiden » c’est qu’il s’agit simplement d’une histoire d’amour inattendue, au-delà de ce qui était prévu et venant ainsi bouleverser les plans des uns et des autres. L’intrigue est habilement ficelée, permettant au réalisateur, Park Chan-wook, d’amener plusieurs rebondissements dans le développement de son histoire. Sa mise en scène est ingénieuse, permettant aux spectateurs d’être maintenus en haleine durant la totalité des presque 150 minutes que dure le métrage.

On notera l’excellente prestation des acteurs principaux, notamment pour les deux jeunes femmes, Kim Min-hee et Kim Tae-ri, qui jouent plusieurs scènes nues et offrent une scène d’amour torride à faire rougir Mickey Rourke et Kim Basinger dans « 9 Semaines 1/2 » (1986). Ha Jung-woo incarne avec finesse et raffinement un escroc intelligent qui oeuvre comme un Maître d’échecs, en ayant une vision avec plusieurs coups d’avance. Enfin, Cho Jin-woong, tout comme c’était le cas dans « The Admiral: Roaring Currents » (2014), incarne un personnage désagréable et fondamentalement mauvais.

Le point d’orgue de « The Handmaiden » est le troisième acte du métrage. Park Chan-wook peut, à travers cette approche particulière, retravailler toutes les informations contradictoires que nous avons pu découvrir dans les deux premiers actes, de manière à établir une forme finale cohérente. Les décors, les costumes sont encore une fois parfaitement travaillés afin de nous immerger dans cette atmosphère particulière d’un milieu social de privilégiés. La demeure de l’oncle Kouzuki dans laquelle réside Hideko, est absolument magnifique, mixant le style victorien et le style nippon traditionnel. La photographie est signée Chung Chung-hoon, qui a déjà travaillé à plusieurs reprises avec le réalisateur Park Chan-wook, mais qui a également signé la photographie de « Ça » (2017) et de « The Current War » (2017). Enfin, la bande originale est signée par Jo Yeong-wook, régulièrement primé, dont lors des 38ème Blue Dragon Film Awards (2017) pour « A Taxi Driver » (2017).

« Mademoiselle » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 22 mars 2017 chez Warner Home Vidéo France. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « The Handmaiden » un très bon thriller disposant d’une histoire passionnante, d’une intrigue très bien construite avec quelques visuels érotiques. Le développement est astucieusement construit à travers trois actes distincts. La photographie est très réussie et les décors, les véhicules et les costumes permettent de s’immerger pleinement dans l’atmosphère de la période visitée. La distribution offre de très bonnes prestations, n’hésitant pas à payer de leur personne. L’ensemble est un divertissement très agréable que l’on peut aisément recommander.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “THE HANDMAIDEN (2016) ★★★★☆

  1. Très bon film en effet j’ai adoré !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Lari Starque | 20/05/2018, 20 08 55 05555

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 127 544 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :