Action, Crime - Policier, Thriller

GUET-APENS (1972) ★★★☆☆


Guet-apens (1972)

 

 

Le prisonnier Doc McCoy a accepté le marché que lui a proposé son avocat : commettre un hold-up en échange de sa remise en liberté. Il réussit le coup avec l’aide de sa jeune femme Carole. Mais il découvre vite qu’il a conclu un marché de dupes et que son arrêt de mort est signé…

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Sam Peckinpah
Scénaristes : Walter Hill
Acteurs : Steve McQueen, Ali MacGraw, Ben Johnson, Al Lettieri, Sally Struthers, Slim Pickens, Richard Bright, Jack Dodson, Dub Taylor, Bo Hopkins, Roy Jenson
Musique : Quincy Jones
Genre : Action, Crime, Thriller
Durée : 2 heures et 3 minutes
Date de sortie : 25 janvier 1973 (France)
Année de production : 1972
Sociétés de production : First Artists, Solar Productions, David Foster Productions, Tatiana Films
Distribué par : National General Pictures
Titre original : The Getaway
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« The Getaway » ou « Guet-apens » pour la distribution française, est un thriller policier américain datant de 1972, réalisé par Sam Peckinpah (1925-1984), à qui l’on doit également « La Horde Sauvage » (1969). Les acteurs principaux sont Steve McQueen (1930-1980), qu’on a pu voir dans « Bullitt » (1968), Ali MacGraw, qu’on a pu voir dans « Le Convoi » (1978), Ben Johnson (1918-1996), qu’on a pu voir dans « L’Aube Rouge » (1984), Al Lettieri (1928-1975), qu’on a pu voir dans « Le Parrain » (1972), et Sally Struthers, qu’on a pu voir dans « Cinq Pièces Faciles » (1970). Le scénario est signé par Walter Hill, à qui l’on doit diverses réalisations dont la plus récente étant « Revenger » (2016). Le métrage est basé sur le roman The Getaway écrit par Jim Thompson en 1958.

L’histoire proposée par « Guet-apens » nous invite à suivre Carter McCoy (Steve McQueen) alias Doc, dont l’épouse, Carol (Ali MacGraw) œuvre en coulisse afin d’obtenir sa libération. Cette dernière va obtenir l’aide d’un caïd local, qui va user de son influence auprès des politiques, afin de faire libérer Doc, à la condition que celui-ci dirige le braquage d’une banque. Le casse effectué, les choses tournent mal, et les McCoy sont forcés de fuir pour le Mexique avec la police et les criminels à leur poursuite.

« Guet-apens » reprend le schéma classique du film de braquage. Une séquence d’ouverture permettant de faire connaissance avec les principaux protagonistes de l’histoire. La phase de préparation du braquage, dans le cas présent assez court. On peut voir les personnages incarnés par Steve McQueen et Ali MacGraw repérer les lieux, observer les habitudes du personnel de la banque qu’ils vont attaquer, et planifier leur fuite en choisissant des lieux stratégiques pour placer des charges explosives afin de créer des diversions. S’ensuit le casse en lui-même. Puis la fuite et le rendez-vous permettant le partage. C’est là que l’histoire déraille et les protagonistes commencent à se retourner les uns contre les autres.

L’intrigue devient nettement plus intéressante dès que Doc et son épouse se retrouvent en fuite. Afin de meubler quelque peu l’histoire, Walter Hill, le scénariste, va ajouter une scène assez longue, où Ali va se faire voler le sac avec l’intégralité du butin du casse de la banque. Doc va devoir récupérer le sac en se lançant à la poursuite du voleur dans une gare, puis dans un train. Un petit malfrat incarné par Richard Bright. Le rythme baisse un petit peu dans la partie centrale du métrage, où l’on peut voir le couple se déchirer, et régler ses comptes dans différentes scènes qui offrent un sentiment de lenteur. Il faut donc attendre la dernière partie de « Guet-apens » pour que le rythme s’emballe, notamment avec la scène dans l’hôtel, où tous les protagonistes convergent.

Aujourd’hui, la trame développée dans « The Getaway » apparaît clairement comme usuelle. L’intrigue étant toute aussi basique. Malgré le fait qu’Ali MacGraw était une débutante lors du tournage, le couple qu’elle forme avec Steve McQueen fonctionne bien à l’écran. En fait, ces deux acteurs s’entendaient tellement bien qu’ils ont eu une aventure ensemble durant le tournage. Elle quittera ensuite son mari, Robert Evans, pour devenir la seconde épouse de Steve McQueen. David Foster, l’un des producteurs, craignait que leur relation puisse avoir un impact potentiellement négatif sur le film en provoquant un scandale.

Bien qu’il y ait certaines lenteurs comme je le soulignais précédemment, « Guet-apens » possède néanmoins ses qualités. La plupart des séquences d’action sont très bien orchestrées, même si l’effet ketchup apparaît quelque peu kitsch aujourd’hui. Dans l’ensemble, on peut préciser que le film est un thriller captivant, filmé, pour l’époque, dans un style violent et amoral, propre à Sam Peckinpah, qui avouait lui-même qu’il était incapable de gérer sa mise en scène s’il était sobre. Tout un programme. Le point fort du métrage étant la prestation de Steve McQueen, avec une scène de dispute où il délivre une série de gifles à sa partenaire et future épouse, qui ferait hurler les féministes et qui pourrait venir animer le débat #metoo …

« Guet-apens » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 11 février 2009 chez Warner Home Vidéo France. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Guet-apens » est un bon thriller policier doté d’une histoire engageante, d’une intrigue familière et d’un développement nerveux. Sam Peckinpah impose son style épuré, violent et limite misogyne, là où Walter Hill peine à offrir une histoire sachant rester dynamique durant l’intégralité des 120 minutes du film. Quincy Jones signe une bande originale offrant des sonorités assez pénibles, à se demander s’il était sous l’effet de produits stupéfiants lorsqu’il l’a composée. La photographie orchestrée par Lucien Ballard est plaisante. La distribution offre de bonnes prestations. L’ensemble reste agréable malgré le poids des années.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 119 979 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :