Action, Comédie, Crime - Policier

OCEAN’S 8 (2018) ★★★☆☆


Ocean's 8 (2018)

 

 

La sœur de Danny Ocean, Debbie, rassemble les talents d’une équipe de pros de l’arnaque pour voler un collier estimé à 150 millions de dollars pendant le très prisé Met Ball de New York et ainsi réaliser le plus gros coup jamais orchestré par les Oceans’.

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Gary Ross
Scénaristes : Gary Ross, Olivia Milch
Acteurs : Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Mindy Kaling, Sarah Paulson, Awkwafina, Rihanna, Helena Bonham Carter, Richard Armitage, James Corden, Dakota Fanning
Musique : Daniel Pemberton
Genre : Action, Comédie, Policier
Durée : 1 heure et 50 minutes
Date de sortie : 13 juin 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Warner Bros. Pictures, Village Roadshow Pictures, Smoke House Pictures, Larger Than Life Productions
Distribué par : Warner Bros. Pictures
Titre original : Ocean’s Eight
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« Ocean’s Eight » ou « Ocean’s 8 » pour la distribution française, est une comédie d’action datant de 2018, co-écrite et réalisée par Gary Ross, à qui l’on doit également « Free State of Jones » (2016). Les acteurs principaux sont Sandra Bullock, que l’on a pu voir dans « La Proposition » (2009), Cate Blanchett, qu’on a pu voir dans « Thor: Ragnarok » (2017), Anne Hathaway, qu’on a pu voir dans « Max la Menace » (2008), Helena Bonham Carter, qu’on a pu voir dans « Harry Potter et les Reliques de la Mort: Part. II » (2011), Richard Armitage, qu’on a pu voir dans « Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées » (2014), et Rihanna, qu’on a pu voir dans « Valérian et la Cité des Mille Planètes » (2017).

L’histoire proposée par « Ocean’s 8 » nous invite à suivre Debbie Ocean (Sandra Bullock), la sœur de feu Danny Ocean (George Clooney), une voleuse professionnelle, qui, à peine sortie de prison, se lance dans un braquage de grandes envergures. Nous sommes bel et bien face à un film de hold-up perpétuant la tradition de la franchise Ocean’s orchestrée par Steven Soderbergh, qui apparaît comme producteur dans ce projet. On retrouve toutes les machinations complexes qu’on avait l’habitude de rencontrer dans les films précédents. C’est un braquage de haut niveau, avec cette fois pour cible un collier d’une valeur de 150 millions de dollars, présenté exceptionnellement au public lors de l’évènement annuel de la mode au Metropolitan Museum of Art de New-York.

La première partie du métrage nous permet de suivre le recrutement, par Debbie Ocean, de l’équipe qui va l’aider à mener à bien ce braquage qu’elle a peaufiné durant son incarcération. Étant tout juste sortie de prison, Debbie Ocean, va faire quelques « emplettes » du côté de Bergdorf Goodman, un grand magasin de luxe new-yorkais, situé du côté de Manhattan. Et c’est l’un des points marquants du métrage, offrir des lieux reconnaissables de New-York, ce qui ancre le film dans une réalité contemporaine. Ainsi, on reconnaîtra également le Veselka, un restaurant ukrainien situé dans l’East Village, à Manhattan, ouvert 24 heures sur 24, un restaurant de la chaîne Junior’s dont l’un se trouve à Brooklyn, et enfin le MET, où va se dérouler le braquage.

Ainsi, donc l’équipe va se constituer autour de Lou (Cate Blanchett), une partenaire de longue date de Debbie, d’Amita (Mindy Kaling), une ouvrière spécialisée dans les bijoux, désireuse de s’éloigner de sa mère dominatrice, de Tammy (Sarah Paulson) une mère de famille receleuse de matériels volés, de Constance (Awkwafina) une pickpocket de rue, de Nine Ball (Rihanna) une experte en informatique et super hackeuse, dont le surnom trouve son origine dans le fait qu’elle utilise une boule de billard n°9 comme souris d’ordinateur, de Rose Weil (Helena Bonham Carter), une créatrice de mode disgraciée et particulièrement endettée. Sa notoriété va cependant donner à l’équipe un accès à l’évènement phare.

À cela, on ajoute celle qui n’était pas prévue au début du plan, soit Daphne Kluger (Anne Hathaway), l’une des figures phares du gala qui portera à son cou le collier tant convoité. Alors qu’Awkwafina est une bouffée d’air frais, et que Helena Bonham Carter apporte un côté décalé et excentrique, Anne Hathway est clairement le MVP du film. L’actrice amène une forme de folie, à la fois fragile et hautaine, malicieuse et naïve. Le duo formé par Sandra Bullock et Cate Blanchett fonctionne très bien, les deux actrices offrant une belle alchimie entre leurs personnages.

Du côté des points négatifs, c’est indéniablement le manque de rythme qui plombe le métrage. La phase de recrutement et la mise en place du braquage occupent la majeure partie du temps du film, ne laissant qu’une place réduite à l’exécution du plan. Également réduit, le temps de l’investigation post-braquage, et de l’épilogue montrant les choses cachées durant l’action. L’ensemble manque cruellement de dynamisme, et quasiment rien ne vient perturber le déroulement de l’action. À aucun moment, on ne s’inquiète pour les principaux protagonistes. L’intrigue est donc très faible, ce qui rend les 110 minutes du film un petit peu longuettes.

La photographie, signée par Eigil Bryld, est très luxuriante, très lumineuse, mettant pleinement les actrices en avant. Sarah Edwards, la costume designer du film, offre un super matériel aux actrices, qui non seulement a conçu leur garde-robe, mais a également travaillé avec les meilleurs designers, dont ceux de chez Valentino, Dolce & Gabbana, Naeem Khan et Zac Posen pour créer les magnifiques robes que les personnages principaux portent pour l’événement principal. La bande originale proposée par Daniel Pemberton est agréable sans être particulièrement marquante.

En conclusion, « Ocean’s 8 » est un film de braquage agréable doté d’une histoire plaisante, mais affecté d’un développement particulièrement apathique. L’intrigue est nonchalante avec une absence assourdissante de tension. Le rythme est lent et l’intérêt chute progressivement au fur et à mesure que la trame principale se révèle. La photographie est splendide mettant en avant des lieux réputés de New-York. Une mention spéciale aux superbes costumes. La distribution offre de très bonnes prestations avec des performances remarquées d’Anne Hathaway et d’Helena Bonham Carter. Un film sympathique mais légèrement décevant face à l’absence de dynamisme.

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “OCEAN’S 8 (2018) ★★★☆☆

  1. J’y vais justement dans une heure et j’ai bien hâte quand même !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 15/06/2018, 15 03 02 06026

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 119 979 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :