Action, Drame, Western

HOSTILES (2017) ★★★★★


Hostiles (2017)

 

 

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Scott Cooper
Scénariste : Scott Cooper
Acteurs : Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Jesse Plemons, Adam Beach, Rory Cochrane, Ben Foster, Peter Mullan, Scott Wilson, Paul Anderson, Stephen Lang
Musique : Max Richter
Genre : Action, Drame, Western
Durée : 2 heures et 14 minutes
Date de sortie : 14 mars 2018 (France)
Année de production : 2017
Sociétés de production : Waypoint Entertainment, Le Grisbi Productions, Bloom Media
Distribué par : Entertainment Studios Motion Pictures
Titre original : Hostiles
Notre note : ★★★★★

 

 

« Hostiles » est un western américain datant de 2017, écrit et réalisé par Scott Cooper, à qui l’on doit également « Black Mass » (2015). Les acteurs principaux sont Christian Bale, qu’on a pu voir dans « 3h10 pour Yuma » (2007), Rosamund Pike, qu’on a pu voir dans « Opération Beyrouth » (2018), Wes Studi, qu’on a pu voir dans « Heat » (1995), Ben Foster, qu’on a pu voir dans « Comancheria » (2016), Stephen Lang, qu’on a pu voir dans « Braven » (2018), Jesse Plemons, qu’on a pu voir dans « Barry Seal: American Traffic » (2017), Rory Cochrane, qu’on a pu voir dans « Oculus » (2013), et Adam Beach, qu’on a pu voir dans « Cowboys & Envahisseurs » (2011).

On peut observer un regain d’intérêt pour le western depuis quelques années avec des métrages de qualité comme « The Revenant » (2015) d’Alejandro G. Iñárritu, « Les Huit Salopards » (2015) de Quentin Tarantino, « Les Sept Mercenaires » (2016) d’Antoine Fuqua, « Jane Got a Gun » (2016) de Gavin O’Connor, ou encore « Brimstone » (2016) de Martin Koolhoven. Pour notre part, « Hostiles » vient sans sourciller se positionner honorablement, et même plus, aux côtés de ces films de caractère.

L’histoire proposée par « Hostiles » nous invite à suivre le Capitaine Joseph Blocker (Christian Bale), un vétéran de la guerre contre les Indiens, ayant une réputation de tueur impitoyable, que l’on charge d’accompagner Aigle Jaune (Wes Studi), un chef de guerre Cheyenne, emprisonné depuis quelque temps, que le gouvernement américain veut libérer pour raison médicale, afin que celui-ci puisse rentrer sur sa terre natale pour y mourir. Bien malgré lui, le Capitaine Blocker va accepter cette dernière mission. Chemin faisant, avec ses hommes, il va rencontrer Rosalee Quaid (Rosamund Pike), une femme en totale perdition après le massacre de sa famille par des Comanches.

Grave et sombre, voilà comment on pourrait qualifier cet « Hostiles ». Grave, sombre et violent pourrait-on même ajouter. La violence dans l’esprit, mais également à travers les images. La scène d’ouverture en est l’exemple. En 1892 au Nouveau-Mexique une famille de colons, père, mère et trois enfants, vaquent à leurs occupations quotidiennes lorsque des guerriers Comanche déboulent vers leur ranch. Saisissant un fusil pour défendre sa famille et sa propriété, le père est le premier à tomber et  à être scalpé. Avant de mettre le feu au ranch, les autochtones se lancent à la recherche du reste de la famille et tuent les enfants. Seule la mère survit en se cachant dans les bois avoisinants. C’est basique, c’est direct, c’est cru.

Le destin de cette femme va donc croiser le chemin du Capitaine Blocker. Un homme plein de colère, pire, plein de haine. Ce dernier est tellement opposé à l’ordre qui lui est donné, qu’il est prêt à être jugé en cour martiale plutôt que d’accepter d’accompagner cet ancien chef de guerre indien qu’il a combattu par le passé. La raison en est simple, il déteste profondément les Indiens, les a combattus et a été la cible de leur violence. L’une des raisons pour lesquelles l’histoire proposée par « Hostiles » est forte, c’est l’efficacité de Christian Bale à transmettre l’amertume et la colère de son personnage. Bien que sa bouche soit largement couverte par une moustache tombante, ses yeux féroces dégagent des regards très significatifs des années de douleur et de rage qu’il a traversé.

Et comme cela est devenu évident depuis quasiment le début du métrage, ce road-movie au temps des cow-boys et des Indiens, se présente finalement comme un voyage intérieur, celui de ce Capitaine d’infanterie, qui au fur et à mesure des mésaventures qui frappent son groupe, retrouve progressivement son humanité en côtoyant ces Indiens dans leur quête pour aller mourir sur leurs terres natales. En outre, on observera les premiers scintillements d’un intérêt romantique pour Madame Quaid.

La mise en scène offerte par Scott Cooper est intéressante dans le sens où il donne une vraie dimension à ses personnages, tous, chacun à leur manière, profondément marqués par cette conquête de l’ouest. Le montage effectué par Tom Cross offre une certaine dynamique à l’histoire, partageant harmonieusement les séquences d’action avec l’aspect dramatique de la trame principale. La photographie orchestrée Masanobu Takayanagi offre de splendides paysages avec beaucoup de luminosité. A noter que ce dernier avait déjà collaboré sur le précédent film du réalisateur, « Strictly Criminal » (2015). Enfin, la bande originale proposée par Max Richter est plaisante, accompagnant avec équilibre les différentes émotions véhiculées par l’histoire. Ce compositeur étant loin d’être un inconnu, ayant déjà œuvré sur des métrages comme « Morgane » (2016), « Arrival » (2016) ou encore « Miss Sloane » (2016).

« Hostiles » a rapporté 29,8 millions de dollars aux États-Unis et au Canada, et 5,3 millions dans les autres pays, pour un total mondial au box-office de 35,1 millions de dollars. Doté d’un budget estimé entre 39 et 50 millions de dollars, le métrage peut presque être considéré comme une box office bomb.

« Hostiles » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 18 juillet 2018 chez Seven7. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Hostiles » est un excellent western disposant d’une histoire forte, d’une intrigue intelligemment construite et d’un développement relativement rude. La mise en scène est très engageante, la photographie est somptueuse et la bande originale est plaisante, et vient harmonieusement souligner les moments forts. La distribution offre de très bonnes prestations, dominée par la superbe performance de Christian Bale et de Rosamund Pike qui est très touchante. L’ensemble offre un divertissement poignant et fort malgré une ambiance très sombre. Un film que l’on peut aisément recommander.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “HOSTILES (2017) ★★★★★

  1. Tellement d’accord avec toi, c’est d’ailleurs l’un de mes plus gros coups de coeur de cette année !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 28/06/2018, 14 02 33 06336
  2. Mon chef-d’oeuvre de l’année 😀

    Aimé par 1 personne

    Publié par tinalakiller | 28/06/2018, 22 10 52 06526

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 141 048 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :