Action, Ciné-Asia, Corée du Sud, Crime - Policier, Thriller

FOR THE EMPEROR (2014) ★★★★☆


For the Emperor (2014)

 

Un joueur professionnel de baseball, écarté des terrains pour avoir truqué des matches, intègre un gang mafieux. De petit bras, il prend peu à peu du galon.

 

 

Origine du film : Corée du Sud
Réalisateur : Park Sang-jun
Scénaristes : Lee Yong-soo
Acteurs : Lee Min-ki, Park Sung-woong, Lee Min-ki, Park Sung-woong, Lee Tae-im, Kim Jong-gu, Jeong Heung-chae, Lee Jae-won, Lee Yoo-joon, Han Jae-young
Musique : Dalparan
Genre : Action, Crime, Thriller
Durée : 1 heure et 44 minutes
Date de sortie : 12 juin 2014 (Corée)
Année de production : 2014
Sociétés de production : Opus Pictures
Distribué par : Next Entertainment World, United Pictures
Titre original : Hwangjereul Wihayeo / 황제를 위하여
Notre note : ★★★★☆

 

 

« Hwangjereul Wihayeo » ou « For the Emperor » pour la distribution internationale, est un thriller criminel datant de 2014, réalisé par Park Sang-jun, à qui l’on doit également « Bank Attack » (2007). Les acteurs principaux sont Lee Min-ki, qu’on a pu voir dans « The Last Day » (2010), Park Sung-woong, qu’on a pu voir dans « Method » (2017) et Lee Tae-im, qu’on a pu voir dans « Days of Wrath » (2013). Le scénario est signé Lee Yong-soo.

« For the Emperor » s’inscrit dans une sorte de tradition de films coréens, particulièrement violents, comme le furent « The Five » (2013) de Jeong Yeon-shik, « Man on High Heels » (2014) de Jang Jin, « Asura: The City of Madness » (2016) de Kim Seong-su, ou encore « V.I.P. » (2017) de Park Hoon-jeong. À cela, on ajoute une forme culturelle de la méthodologie des gangsters coréens, soit peu de flingues, mais un « travail » au couteau. Et qui dit couteau dit coups de couteau, et cela toujours avec des lames d’au moins 20 cm. Cela fait clairement froid dans le dos. Du coup ça saigne. Ça saigne beaucoup. C’est donc sanglant !

L’histoire proposée par « For the Emperor » nous invite à suivre Lee Hwan (Lee Min-ki), un talentueux et prometteur jeune joueur de baseball qui se retrouve expulsé par la ligue après avoir été impliqué dans un scandale de matchs truqués. En attendant l’occasion de faire un hypothétique come-back, ce pro disgracié est recruté par Emperor Capital, la plus grande société de prêt privée de la ville de Busan. Son supérieur, Jeong Sang-ha (Park Sung-woong), dirige une bande de criminels dans une combinaison entre autorité, loyauté et sang-froid. Sang-ha prend le jeune homme naïf sous son aile, complètement fasciné par l’argent et le pouvoir.

Hwan gravit rapidement les échelons dans l’organisation, chose que certains plus anciens que lui dans le gang, voient d’un mauvais œil, laissant ainsi se développer une certaine tension animée par la jalousie. Hwan et Sang-ha réussissent à prendre le contrôle de tous les gangs de Busan, collectant l’argent du jeu et des prêts, éliminant au passage des dizaines de personnes dans ce processus. Cependant, Hwan tombe sous le charme d’une propriétaire de bar, Cha Yeon-soo (Lee Tae-im). Quand cette dernière disparaît soudainement, Hwan soupçonne que Sang-ha a quelque chose à voir avec cet événement, et commence alors à affronter son mentor dans une rivalité féroce, où le gagnant remportera tout…

La trame principale proposée par « For the Emperor », bien que faisant fortement penser à celle présentée par Brian De Palma dans son « Scarface » (1983) avec l’immense Al Pacino dans le rôle du mythique Tony Montana, est vraiment passionnante. On peut y suivre l’évolution d’un ancien sportif reconverti en voyou, puis en gangster pour finalement s’élever au rang de chef de gang mafieux. Une femme viendra gripper la machine et l’ensemble sera fortement perturbé, entraînant la chute de nombreux protagonistes de l’histoire.

L’édition proposée par Kim Chang-ju et Park Kyung-sook est, à la fois, très réussie et très intéressante. Le film débute par une scène assez violente, dans un couloir, encore une fois en s’inspirant de l’incontournable scène de « Old Boy » (2003). Partant de ce point, le film nous présente, dans la première heure, les différents évènements qui ont conduit jusqu’à ce moment, où tout le monde s’entre-tue dans ce couloir exigu. Revenu, dans la narration, à cette séquence, le film, dans sa deuxième partie, nous dévoile les tenants et les aboutissants de l’intrigue principale, soit la discorde, puis la confrontation conduisant à la perte.

Du côté de la distribution, on retiendra essentiellement les prestations des deux acteurs principaux. Park Sung-woong est indubitablement une valeur sûre. A l’oeuvre depuis la fin des années 1990 dans le cinéma coréen, il a une grosse activité depuis 2013, jouant dans plusieurs métrages chaque année. On le retrouve ici dans un rôle de leader, un chef de gang, qui voit en Lee Hwan (Lee Min-ki) son successeur pour devenir son mentor. Au-delà même d’une certaine forme d’affection, c’est lui-même qu’il voit en ce jeune loup, prêt à tout pour gravir les échelons dans le crime organisé. Dans la dernière partie du métrage, on découvrira que cette filiation est bien plus complexe.

Mais si Park Sung-woong assure une excellente performance, son jeune partenaire, Lee Min-ki n’est pas en reste. Ce relativement jeune acteur s’est notamment illustré à travers différentes séries télévisées, que les amateurs de K-Drama doivent probablement connaître. L’acteur offre également une très bonne prestation dans le rôle central de ce film. Un chien fougueux n’hésitant pas à jouer du couteau pour règler les problèmes, là où certains perdent trop de temps en palabres inutiles. C’est essentiellement autour de lui que sont construites les différentes scènes d’action du film.

En conclusion, « For the Emperor » est un très bon film d’action, disposant d’une histoire familière, d’une intrigue originalement construite et d’un développement particulièrement sanglant. Les scènes d’action sont très bien orchestrées. La mise en scène, la photographie et l’édition sont très agréables avec une belle maîtrise. La bande originale est discrète mais vient habilement renforcer les événements clés de l’intrigue. Le rythme est très engageant et la distribution offre de très bonnes prestations, cependant dominée par les performances de Lee Min-ki et de Park Sung-woong. Un divertissement très plaisant que l’on peut aisément recommander…

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 127 558 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :