Ciné-Asia, Corée du Sud, Drame, Sport

AS ONE (2012) ★★★☆☆


As One (2012)

 

L’histoire vraie du championnat mondial de ping-pong en 1991 où pour la première fois la Corée du Sud et la Corée du Nord ont participé avec une équipe commune. Ha Ji Won joue Hyun Jung Hwa, du Sud, et Bae Doo Na est Lee Boon Hee, du Nord.

 

 

Origine du film : Corée du Sud
Réalisateur : Moon Hyun-sung
Scénaristes : Kwon Seong-hwi , Yoo Young-ah
Acteurs : Ha Ji-won, Bae Doona, Han Ye-ri, Choi Yoon-young, Park Chul-min, Kim Eung-soo, Oh Jung-se, Lee Jong-suk
Musique : Kim Tae-seong
Genre : Drame, Sport
Durée : 2 heures et 7 minutes
Date de sortie : 3 mai 2012 (Corée)
Année de production : 2012
Sociétés de production : Tower Pictures
Distribué par : CJ Entertainment
Titre original : Koria / 코리아
Notre note : ★★★☆☆

 

 

Suite à l’explosion en plein vol du vol 858 de la Korean Air reliant Bagdad à Gimpo via Abu Dhabi, le 29 novembre 1987, soufflé par une bombe posée en cabine par deux agents nord-coréens, un sommet s’est tenu entre la Corée du Nord et la Corée du Sud afin de désamorcer la tension extrême dans la péninsule coréenne. Le sommet s’est achevé avec l’accord de former à la hâte une équipe sportive coréenne unifiée, et le tennis de table, étant très visible et de classe mondiale dans les deux pays, a été choisi comme symbole d’unification. En résumé, la toute première équipe Nord-Sud unifiée sous la simple égide KOREA a été formée pour participer aux Championnats du Monde de tennis de table de 2991, à Chiba, au Japon.

 

 

« Koria » ou « As One » pour la distribution internationale, est un film sportif coréen datant de 2012, réalisé par Moon Hyun-sung, dont il semblerait qu’il s’agisse là de l’unique métrage à son actif. Les acteur principaux sont Ha Ji-won, qu’on a pu voir dans « Secteur 7 » (2011) Bae Doona, qu’on a pu voir dans « Tunnel » (2016), Han Ye-ri, qu’on a pu voir dans « Kundo: Age of the Rampant » (2014), Kim Eung-soo, qu’on a pu voir dans « The Tower » (2012), Oh Jung-se, qu’on a pu voir dans « Fabricated City » (2017), et Lee Jong-suk, qu’on a pu voir dans « V.I.P » (2017).

L’histoire proposée par « As One » raconte ces événements dramatiques où deux joueuses qui ne s’étaient jamais rencontrés autrement que de part et d’autre de la table, doivent soudainement devenir de véritables partenaires et coéquipières pour participer aux Championnats du monde. Ces sportives doivent laisser de côté leurs ambitions individuelles et faire preuve de la plus grande détermination pour vaincre une équipe chinoise dominante en lice pour son 9ème titre consécutif de Championne du Monde.

Moon Hyun-sung, le réalisateur, avait, selon toutes vraisemblances, l’intention de mettre l’accent sur le conflit entre coréens et d’avoir les Chinois comme une menace plus secondaire. Les choix du réalisateur sont particulièrement intéressants du point de vue des sacrifices individuels que les personnages vont finalement être prêt à consentir dans l’intérêt collectif de l’équipe réunifiée. Cette équipe coréenne doit gérer une gamme étendue de conflits internes accentués par la situation politique ainsi que la philosophie opposée des deux nations, tout en se frayant un chemin jusqu’à la finale du tournoi.

Cependant, malgré les bonnes intentions affichées, le scénario concocté par Kwon Seong-hwi et Yoo Young-ah comporte un certain nombre de fausses notes. De nombreuses interactions entre l’équipe coréenne et l’équipe chinoise sont particulièrement simplistes, voir enfantines, faisant appelle aux habituels clichés, qui finissent par tomber à plat. Dans la seconde partie, bien que l’aspect sportif soit brillamment orchestré et habilement présenté par la photographie de Jo Dong-heon, le côté mélodramatique est trop marqué et s’étire trop dans la longueur. L’édition orchestrée par Kim Sun-min est du coup un peu lourde et les 127 minutes du métrage apparaissent quelque peu comme pénible.

De l’ensemble de la distribution on retiendra principalement les performances de Ha Ji-won et de Bae Doona. La première incarnant Hyun Jung-hwa, joueuse de tennis de table sud-coréenne, tandis que la seconde interprète Ri Bun-hui, joueuse de tennis de table nord-coréenne. Les deux actrices disposent de très bons dialogues, et offrent des personnages qui vont progressivement laisser leur ego de côté afin de triompher ensemble et remporter la compétition.

Le réalisateur Moon Hyun-sung a pris des précautions particulières pour que les dialectes nord-coréens du film soient aussi réalistes que possible. En plus d’un entraînement physique épuisant, tous les acteurs jouant des rôles nord-coréens ont suivi des cours de diction axés sur les accents nord-coréens. Ceux-ci ont même affiné avec les différences d’accents régionaux tels que l’accent de Pyongyang de Ri Bun-hui et l’accent de Hamgyong de Yu Sun-bok. Hyun Jung-hwa et d’autres joueurs actifs à cette époque ont participé à tous les aspects de la production du début à la fin, et des athlètes à la retraite se sont tous prêtés aux séances d’entraînement sur le plateau afin de permettre aux acteurs d’être le plus crédible possible.

Les actrices ont commencé leur entraînement quatre mois avant le début du tournage principal. C’était la première fois que Ha Ji-won jouait au tennis de table, tandis que Bae Doona en avait joué à l’école primaire. Choi Yoon-young, Oh Jung-se et d’autres membres de la distribution se sont également entraînés ensemble pour un total de sept mois de formation intensive. Grâce aux efforts de la distribution, il n’y a pas eu besoin de doublure corporel pour les scènes de tournoi.

« As One » est sorti le 3 mai 2012 dans les salles coréennes et, malgré la concurrence des films hollywoodiens comme « The Avengers » et « Dark Shadows », il a été vu par 1,2 million de spectateurs durant les 10 premiers jours de son exploitation. Il a finalement atteint un total de près de 1,9 million d’entrées pour une recette de près de 12 millions de dollars.

En conclusion, « As One » est un bon film sportif disposant d’une histoire reposant sur des faits réels, d’une intrigue cohérente et d’un développement énergique. Le métrage se perd cependant dans la seconde partie en surjouant de mélodrame avec des scènes qui s’étirent un peu trop longueur. La photographie est bien orchestrée et la distribution offre de belles performances. Ce film aurait cependant gagné en dynamisme en étant présenté dans un format un peu plus court. À voir, surtout pour les fans de tennis de table, les férus d’histoire et les ceux qui s’intéressent au conflit nord-sud coréen.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 140 125 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :