Drame, Horreur, Mystère

HJEMSØKT (2018) ★★★☆☆


Hjemsøkt (2018)

 

 

Après la mort de son père, Catherine retourne dans son ancienne demeure familiale en hiver en Norvège. Lorsque les habitants de la région commencent à raconter des histoires de disparitions et de meurtres, Catherine est obligée d’affronter le passé mystérieux de sa famille.

 

 

Origine du film : Norvège
Réalisateur : Carl Christian Raabe
Scénaristes : Maja Lunde
Acteurs : Synnøve Macody Lund, Ebba Steenstrup Såheim, Ken Vedsegaard, Jorunn Kjellsby, Robert Skjærstad, Robert Skjærstad
Musique : Raymond Enoksen
Genre : Drame, Horreur, Mystère
Durée : 1 heure et 21 minutes
Date de sortie : 24 November 2017 (Norvège)
Année de production : 2017
Sociétés de production : Woodworks Film Company
Distribué par : ACE Entertainment
Titre original / international / français : Hjemsøkt / Haunted / L’enfant du passé
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« Hjemsøkt » ou ‘L’Enfant du Passé pour la distribution française est un film d’horreur dramatique norvégien datant de 2017 réalisé par Carl Christian Raabe. Les acteurs norvégiens nous sont tous inconnus, en dehors de Synnøve Macody Lund qu’on a pu voir dans « Headhunters » (2011).

L’histoire proposée par « Hjemsøkt » nous invite à suivre Diana (Synnøve Macody Lund) qui vient d’hériter de la propriété familiale suite au décès de son père. La maison est isolée dans une région reculée de la Norvège, et Diana n’est guère intéressée à l’idée de devoir garder cette demeure dont elle n’a que de lointains souvenirs. Elle décide de se rendre sur place pour la vendre. Dès lors qu’elle se retrouve à l’intérieur de la maison, des souvenirs lui reviennent progressivement en mémoire. En outre, des bruits étranges laissent à penser que la demeure est hantée. En outre, une petite fille étrange, répondant au prénom de Daisy (Ebba Steenstrup Såheim) rôde autour de la maison. Le compagnon de Diana, Marcus (Ken Vedsegaard) s’inquiète pour sa part de l’attitude insolite de sa partenaire.

Le côté horrifique du métrage est vraiment très light. Pas de jump-scare, pas vraiment de frayeur, tout juste une tension que l’on pourrait plutôt qualifier de mystérieuse. En d’autres termes, « Hjemsøkt » ne fait pas vraiment peur. Les moments de frissonnement sont très classiques. Des bruits dans les pièces satellites où le personnage principal se trouve. Des ombres qui passent furtivement et rapidement en contre-champs. On comprend assez rapidement qu’on se trouve en présence d’un fantôme. Ce dernier apparaît comme bienveillant, ne cherchant qu’à faire découvrir la vérité sur une ancienne disparition.

Dans une certaine mesure, « Hjemsøkt » peut faire penser à « The Boy » (2016) de William Brent Bell, ainsi qu’à « The Uninvited » (2009) de Charles Guard. En effet, on peut facilement prendre conscience, au fur et à mesure du développement, que le personnage central se trouve dans une situation d’hallucinations. L’épilogue venant d’ailleurs confirmer cela de manière catégorique. Il n’y a donc pas de surprise dans le scénario de Maja Lunde. La photographie de Philip Øgaard est très sympathique, mettant en avant l’aspect hivernal de l’environnement où se déroule le récit du film. Les 81 minutes permettent d’avoir un métrage très resserré sans temps mort, sans fioritures.

Du côté de la distribution, on peut affirmer que le métrage repose essentiellement sur les épaules de Synnøve Macody Lund, qui, sous ses faux airs de Charlize Theron, laisse apparaître un personnage qui progressivement bascule dans une forme de démence. On peut, une nouvelle fois, saluer la performance d’une jeune actrice, qui offre un personnage énigmatique. En effet, la jeune Ebba Steenstrup Såheim livre une superbe prestation, pleine de mystère, de silence, et de dialogues énigmatiques qui viennent renforcer l’énigme qui entoure cette demeure. Enfin, citons encore Ken Vedsegaard, qui offre un personnage de soutien convenable dans le rôle du boy-friend bienveillant mais maladroit.

En conclusion, « Hjemsøkt » est un film mystérieux correct disposant d’une histoire trop classique pour se démarquer dans le genre et d’un développement familier. Le rythme est cohérent avec la trame, la photographie est très agréable et la distribution offre de bonnes prestations, dominée par les performances des deux actrices principales. Un métrage qui manque d’originalité pour qu’on puisse le recommander, mais qui reste agréable à regarder.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 140 125 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :