Horreur

THE RANGER (2018) ★★☆☆☆


The Ranger (2018)

 

 

Un groupe d’ados punks échappe à la police en se cachant dans les bois. Ils sont alors confrontés à un garde forestier bien décidé à préserver la sérénité de sa forêt.

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Jenn Wexler
Scénaristes : Giaco Furino, Jenn Wexler
Acteurs : Chloe Levine, Jeremy Holm, Granit Lahu, Jeremy Pope, Bubba Weiler, Amanda Grace Benitez, Larry Fessenden
Musique : Wade MacNeil
Genre : Horreur
Durée : 77 minutes
Date de sortie : 21 septembre 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Hood River Entertainment, Glass Eye Pix
Distribué par : Shudder, Uncork’d Entertainment
Titre original : The Ranger
Notre note : ★★☆☆☆

 

 

« The Ranger » est un film d’horreur américain datant de 2018, co-écrit et réalisé par Jenn Wexler, qui réalise là son premier long-métrage. Les acteurs principaux sont Chloe Levine, qu’on a pu voir dans « Savage Youth » (2018), Jeremy Holm, qu’on a pu voir dans des séries télévisées comme House of Cards (2014-2018), Blue Bloods (2017), ou encore Mr. Robot (2015-2017), Granit Lahu, qui fait là ses premiers pas dans un long-métrage, Bubba Weiler, qu’on a pu voir dans « Puzzle » (2018), Amanda Grace Benitez, qu’on a pu voir dans « Salt Water » (2018).

L’histoire proposée par « The Ranger » nous invite à suivre Chelsea (Chloe Levine), une jeune punk qui se retrouve, bien malgré elle, dans une escalade de violence, lors d’une soirée dans une boite de nuit. Afin d’éviter les problèmes avec la police, elle va fuir en compagnie de quelques copains, à la tête desquels on trouve Garth (Granit Lahu), leader charismatique et violent d’un groupe de musique. Cette petite bande décide d’aller se cacher dans l’ancienne cabane de l’oncle de Chelsea. Cependant leur goût pour l’alcool, la drogue et la musique va attirer l’attention du garde forestier (Jeremy Holm), bien décidé à faire respecter l’ordre et le règlement du parc dont il a la charge.

« The Ranger « nous emmène donc dans un genre que j’affectionne tout particulièrement le slasher. Autant dire qu’il faut envoyer la sauce pour que ça me plaise. Et bien, avec ce métrage, c’est un coup dans l’eau. Ça ne vole pas très haut. Slasher certes, mais bon il faut quand même qu’il y ait de la matière, il faut quand même qu’il y ait une histoire à se mettre sous la dent, sinon, c’est une bouillie indigeste. Déjà le concept de départ. Une cabane dans les bois… On connaît cela depuis au moins « Evil Dead » (1981). De l’autre côté un Ranger qui, à force de traîner dans la forêt, se prend pour un loup, n’hésitant à se déguiser avec une peau de je ne sais quoi, et de marcher à quatre pattes dans son chalet.

Le scénario concocté par la réalisatrice, Jenn Wexler, associée à Giaco Furino, se traîne un peu avant que le premier meurtre ne vienne animer les choses, laissant ainsi à la plupart des protagonistes suffisamment de temps à l’écran pour paraître au mieux désagréables, au pire odieux, et donc éminemment jetables. Bien que cela puisse apparaître comme un spoiler, c’est bien entendu la confrontation finale entre le dit Ranger (Jeremy Holm) et Chelsea (Chloe Levine) qui nous invite à résister durant 77 minutes que dure ce métrage.

Une sous-intrigue apparaît dans le développement, notamment à travers différent flashbacks, suggérant qu’un meurtre dans le passé, jugé accidentel, ait finalement pu être intentionnel, tendant à expliquer que la capacité de violence du personnage principal trouve son origine dans un traumatisme de l’enfance. Malheureusement, cet aspect psychologique est mal développé, et il y aurait eu un développement intéressant à mettre en place par rapport à cette orientation, qui finalement n’est qu’effleurée.

De la distribution, la plupart des acteurs tombent trop facilement dans les clichés de leurs personnages. On retiendra uniquement les prestations de Chloe Levine et de Jeremy Holm. L’actrice offre un bon équilibre entre la volonté de survivre et une adolescente qui se cherche à travers une volonté d’apparaître comme une rebelle. Sa performance contribue à offrir à « The Ranger  » un semblant de crédibilité. De son côté Jeremy Holm, propose un contrepoint efficace avec une performance amusante. Il alterne en douceur entre une figure d’autorité intimidante et un psychopathe avec des éclairs sporadiques de sadisme joyeux.

En conclusion, « The Ranger » est un slasher médiocre disposant d’une histoire familière, d’une intrigue tout ce qu’il y a de plus classique et d’un développement faiblard. Le rythme est un peu poussif dans la première partie. La photographie est basique et aurait mérité un peu plus d’originalité en exploitant plus astucieusement les lieux de l’action. L’édition ramène le métrage dans un format relativement court. La distribution offre de modestes prestations qui permet à Chloe Levine et à Jeremy Holm de sortir aisément du lot. Un film sans grand intérêt, que seul les fans du genre pourraient apprécier, mais qui ne mérite nullement une recommandation. À éviter …

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 144 249 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :