Action, Crime - Policier, Drame

ASSASSINATION NATION (2018) ★★☆☆☆


Assassination Nation (2018)

 

 

Après un piratage de données massif révélant les secrets de la ville américaine de Salem, le chaos finit par s’installer au sein de la population et quatre filles, accusées d’être à l’origine de ce désordre de grande ampleur, doivent se débrouiller seules pour survivre à ce qui semble être une nuit de vengeance citoyenne.

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Sam Levinson
Scénariste : Sam Levinson
Acteurs : Odessa Young, Suki Waterhouse, Hari Nef, Abra, Anika Noni Rose, Colman Domingo, Maude Apatow, Bill Skarsgård, Joel McHale, Bella Thorne
Musique : Ian Hultquist
Genre : Action, Crime, Drame
Durée : 110 minutes
Date de sortie : 5 décembre 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Bron Studios, Foxtail Entertainment, Phantom Four
Distribué par : Neon, AGBO, Refinery29
Titre original : Assassination Nation
Notre note : ★★☆☆☆

 

 

« Assassination Nation » est un thriller dramatique américain datant de 2018, écrit et réalisé par Sam Levinson, à qui l’on doit également le scénario de « The Wizard of Lies » (2017). Les acteurs principaux sont Odessa Young, qu’on a pu voir dans « Sweet Virginia » (2017), Suki Waterhouse, qu’on a pu voir dans « Future World », Hari Nef, qu’on a pu voir dans « Mapplethorpe » (2018), et Abra, qui semble faire ici ses premiers pas dans un long-métrage. A noter également, la participation de Bill Skarsgård, qu’on a pu voir dans « Atomic Blonde » (2017).

L’histoire proposée par « Assassination Nation » nous invite à suivre quatre lycéennes, Lily Colson (Odessa Young), Bex (Hari Nef), Em Lacey (Abra), et Sarah Lacey (Suki Waterhouse) qui vivent et étudient à Salem dans le Massachusetts. S’ennuyant fermement dans cette ville où il ne se passe pas grand chose, les quatre amies passent la majorité de leur temps libre sur les réseaux sociaux. La tranquillité de cette cité américaine va cependant venir être troublée lorsqu’un pirate informatique commence à livrer du contenu privé, de certains notables de la ville, sur les réseaux sociaux. Le maire puis le principal du lycée voient ainsi des photos personnelles offertes aux yeux de tous. C’est bientôt la moitié de la population de Salem qui se retrouve concernée par ces révélations salaces. Les soupçons vont s’orienter vers les quatre jeunes femmes qui vont se retrouver à être la cible d’une foule hostile bien décidée à se venger…

Sam Levinson, le scénariste-réalisateur de « Assassination Nation » fait partir son métrage dans beaucoup trop de thématiques différentes pour qu’on s’y retrouve et qu’on adhère à sa vision moderne des Sorcières de Salem. La violence, l’homophobie, la torture, les dangers d’internet, les réseaux sociaux, les sextapes, et même, bien que timidement abordé, la transsexualité. Un film qui bascule dans la satire, et qui s’achève sur une nuit de violence digne de la série de films The Purge. L’ensemble étant imprégné d’une sorte de comédie noire étrangement dépourvue d’humour.

Le thème qui est probablement le plus intéressant dans ce film, c’est Internet et la manière dont la vie des gens est exposée en ligne. La vie privée est souvent compromise, voire abandonnée. En tout état de cause, cette notion a évolué pour devenir quelque chose de dangereusement perméable, alors que nous nous comportons comme si rien ne s’était passé, confiant de plus en plus nos vies privées à des plate-formes accessibles au monde entier. En outre, on pourra prendre un peu de temps pour relever comment la masculinité toxique est ici diagnostiquée comme étant l’un des problèmes majeurs des États-Unis.

Du côté des éléments de production, la photographie livrée orchestrée par Marcell Rév devient intéressante dans la dernière partie du métrage, avec un excès d’hémoglobine assumé. Une approche discutable tant cela peut paraître grossier. La bande originale livrée par Ian Hultquist n’est pas particulièrement marquante. L’édition signée Ron Patane offre un métrage mal équilibré entre les deux premiers tiers qui s’avèrent poussifs, pour ne pas dire ennuyeux, et la dernière partie, singulièrement dynamique. La distribution offre d’honorables prestations, notamment les quatre actrices qui incarnent les principaux rôles.

En conclusion, « Assassination Nation » est un film satirique moyen disposant d’une histoire qui aurait pu être intéressante si le développement ne s’était articulé tous azimuts. Les thématiques sont beaucoup trop nombreuses et on s’y perd rapidement. La mise en scène finit par apparaître brouillonne. L’intrigue est basique et la dernière partie nous fait basculer dans American Nightmare. La photographie est plutôt pauvre, tout comme la bande originale. L’édition est déséquilibrée malgré l’action frénétique et visuellement stylée de la dernière partie du film. La distribution s’en plutôt bien de désordre organisé. Un film finalement ennuyeux dont on peut allègrement se passer. Déception.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 175 482 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :