Horreur, Thriller

PANIC BUTTON (2011) ★★☆☆☆


Panic Button (2011)

 

 

Quatre jeunes gens ont gagné un voyage grâce à leur réseau social préféré. À bord de l’avion privé qui les emmène à New York, ils sont invités à participer à une animation en vol : une nouvelle expérience de jeu en ligne. Mais ce n’est pas un jeu ordinaire. Piégés à 30 000 pieds, ils devront jouer pour sauver leurs vies et celles de leurs proches. Ils vont découvrir à leurs dépens que mettre sa vie en ligne peut avoir de terribles conséquences…

 

 

Origine du film : Royaume-Uni
Réalisateur : Chris Crow
Scénariste : Frazer Lee
Acteurs : Scarlett Alice Johnson, Michael Jibson, Jack Gordon, Elen Rhys, Joshua Richards, Millie Midwinter
Musique : Mark Rutherford
Genre : Horreur, Thriller
Durée : 96 minutes
Date de sortie : 27 août 2011
Année de production : 2011
Sociétés de production : Movie Mogul Films
Distribué par : Phase 4 Films, Showbox Media Group, Trinity Filmed Entertainment
Titre français : Panic in the Plane
Notre note : ★★☆☆☆

 

 

« Panic Button » est un thriller d’horreur britannique datant de 2011, réalisé par Chris Crow, à qui l’on doit également « Devil’s Bridge » (2010). Les acteurs principaux sont Scarlett Alice Johnson, qu’on a pu voir dans « Adulthood » (2008), Michael Jibson, qu’on a pu voir dans « Star Wars: The Last Jedi » (2017), Jack Gordon, qu’on a pu voir dans « Captain America: The First Avenger » (2011), et Elen Rhys, qu’on a pu voir dans « Apostle » (2018).

L’histoire proposée par « Panic Button » nous invite à suivre quatre personnes ayant gagné un concours sur Internet, Jo (Scarlett Alice Johnson), Max (Jack Gordon), Gwen (Elen Rhys) et Dave (Michael Jibson) partent pour un voyage tous frais payés à New-York, grâce au réseau social All2gethr.com. Pendant le vol, on leur propose de prendre part à un divertissement, une nouvelle expérience de jeu en ligne. Rapidement, le jeu devient particulièrement désagréable et met des vérités en lumière. Dave, qui va bientôt se marier, s’avère être un chaud lapin, Jo, est une mère célibataire qui vient de sortir d’une cure de désintoxication, Gwen apparaît comme une fille sympathique qui distille ses conseils sur les forums du web, mais n’est absolument pas capable de suivre ses propres conseils, et Max est un usurpateur d’identité. Confrontés à leurs propres incohérences, les quatre candidats vont comprendre qu’ils ne vont pas à New-York et que le jeu n’en est pas vraiment un …

« Panic Button » se présente donc comme un film d’horreur. Un genre, il faut bien l’avouer, qui s’avère souvent mal traité avec beaucoup de nanars à la clé. Ici, on peut considérer qu’on se trouve à mi-chemin entre le thriller psychologique et le survival. Thriller psychologique, car la voix off du jeu, que les quatre participants peuvent entendre via les hauts parleurs de l’avion, les dirige, les manipule, les monte les uns contre les autres. Survival, car l’idée dominante est de savoir qui va survivre à ce vol étant donné que les différents protagonistes vont s’entre-tuer.

Les personnages sont cohérents bien qu’on pourrait les trouver quelque peu naïfs ou peu prudents, notamment par rapport aux conditions dans lesquelles ils sont accueillis à l’aéroport, puis pris en charge. Pire encore, tout ce qui entoure leurs téléphones est fortement suspect. On retrouve également quelques clichés, notamment le type un peu lourd qui ne raisonne que par le sexe et qui est tout de suite entreprenant avec les personnages féminins. Max, le personnage incarné par Jack Gordon, est probablement le plus ambigu. On ne saisit pas vraiment ses motivations, et encore moins les raisons de son usurpation d’identité.

L’édition, proposée par John Gillanders, nous offre un métrage d’environ 1 heure et 30 minutes dans lequel on se retrouve rapidement dans le vif du sujet. Les scènes d’action sont peu nombreuses car la quasi-intégralité de l’histoire se déroule sous forme de huis clos dans la cabine d’un avion de type jet privé. La photographie orchestrée par Simon Poulter propose de visualiser des scènes se déroulant en direct supposé, impliquant des proches des quatre principaux protagonistes. Ces derniers pouvant les regarder via les écrans disposés dans l’avion. La narration du métrage est fluide et le développement nous permet de comprendre clairement les motivations de la personne qui se cache derrière toute cette histoire. La fin est assez brutale dans l’esprit, car finalement, l’ensemble des images est relativement soft. Il n’y a que peu d’effets gores et encore moins d’hémoglobine. Les effets spéciaux sont donc peu importants.

Quel message peut-on faire ressortir de « Panic Button » ? La perte d’un être cher peut conduire l’individu à établir, à préparer, à s’investir pleinement, dans un projet démentiel, pour ne pas dire diabolique. L’Homme est capable du meilleur comme du pire. Dans le cas présent, il bascule dans une forme de folie destructrice pour retrouver ce qu’il a perdu et tant pis pour les autres. D’un autre côté, l’être humain, pour sauver sa propre vie, peut être amené à prendre celle des autres, et cela, avec plus ou moins de réticences, de culpabilités. Enfin, ce métrage est construit comme un récit édifiant sur les dangers des réseaux sociaux sur Internet.

« Panic in the Plane » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 19 mai 2015 chez Zylo. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « Panic Button » est un thriller d’horreur moyen disposant d’une histoire quelconque autour d’un sujet largement rebattu avec une intrigue dépouillée. La photographie est simpliste, l’édition permet heureusement d’avoir un métrage court et la bande originale est sommaire. La distribution offre des prestations correctes sans qu’aucune performance ne se dégage du lot. Le rythme est cohérent, la narration est fluide, mais les personnages apparaissent comme caricaturaux. Un film dont on peut largement s’exempter …

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 151 571 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :