Ciné-Asia, Corée du Sud, Crime - Policier, Drame, Thriller

NEW TRIAL (2017) ★★★★☆


New Trial (2017)

 

Hyun-Woo, seul témoin du meurtre d’un chauffeur de taxi, est rapidement accusé d’avoir commis le crime, persécuté, poursuivi et finalement condamné à une peine de 10 ans. À sa sortie de prison, un avocat opportuniste saisit l’affaire, sentant que la bonne occasion se présente…

 

 

Origine du film : Corée du Sud
Réalisateur : Kim Tae-yoon
Scénariste : Kim Tae-yoon
Acteurs : Jung Woo, Kang Ha-neul, Kim Hae-sook, Lee Dong-hwi, Lee Geung-young, Han Jae-young, Kim So-jin, Min Jin-woong, Lee Jung-eun, Kim Young-jae, Park Chul-min
Musique : Han Jae-kwon
Genre : Crime, Drame, Juridique, Thriller
Durée : 119 minutes
Date de sortie : 15 février 2017 (Corée)
Année de production :
Sociétés de production : Idioplan
Distribué par : Opus Pictures, CGV Art House
Titre original : 재심 / Jaesim
Notre note : ★★★★☆

 

 

« New Trial » est un thriller policier et judiciaire sud-coréen, datant de 2017, écrit et réalisé par Kim Tae-yoon, à qui l’on doit également « Another Family » (2013). Les acteurs principaux sont Jung Woo, qu’on a pu voir dans « The City of Violence » (2006), Kang Ha-neul, qu’on a pu voir dans « Midnight Runners » (2017), Kim Hae-sook, qu’on a pu voir dans « The Handmaiden » (2016), Lee Dong-hwi, qu’on a pu voir dans « Confidential Assignment » (2017); Lee Geung-young, qu’on a pu voir dans « Steel Rain » (2017), Kim So-jin, qu’on a pu voir dans « The King » (2017), et Min Jin-woong, qu’on a pu voir dans « The Priests » (2015). Ce film est basé sur l’affaire Iksan datant de 2000, dans laquelle un adolescent fut faussement accusé du meurtre d’un chauffeur de taxi et fut emprisonné.

L’histoire proposée par « New Trial » nous invite à suivre Lee Joon-young (Jung Woo), un avocat en proie à des difficultés financières qui, tout juste embauché dans un nouveau cabinet voit dans une simple affaire visant à défendre un ancien prisonnier, afin qu’il ne soit pas pénalisé en payant les intérêts de retard en raison de sa détention, la possibilité de se « refaire ». Pour se faire, il va tenter de réhabiliter Jo Hyun-woo (Kang Ha-neul), qui vient de passer dix années en prison pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Progressivement, l’avocat va étudier le dossier en profondeur et mettre en lumière les malversations de la police et notamment de l’enquêteur Baek Chul-gi (Han Jae-young) en charge de ce dossier… Mieux encore, il va identifier le véritable meurtrier !

« New Trial » est composé de plusieurs genres différents. Le drame prend la forme d’une injustice. Un individu, un adolescent est accusé injustement d’un crime dont il n’est pas l’auteur. Pour lui extirper des aveux, les policiers en charge de l’enquête n’hésite pas à utiliser la séquestration et la violence. Des méthodes qui avaient déjà été dénoncées dans « The Attorney » (2013) de Yang Woo-suk avec l’excellent Song Kang-ho, qui incarnait lui aussi un avocat. Sauf que dans le cas présent les faits se déroulent en 2000, bien loin de l’époque de dictature dans laquelle se trouvait la Corée du Sud au début des années 1980, sous la présidence de l’autoritaire Chun Doo-hwan.

L’approche de la criminalité est également abordée. En effet, au-delà des effets juridiques et des palabres entre le procureur et les différents avocats, il y a tout de même un meurtre. Un chauffeur de taxi se fait assassiner de manière assez violente, dans son propre véhicule. L’identification du meurtrier se fera de manière assez simple, car ce dernier avait été repéré par la police, mais les faits véritables seront cachés sous le tapis afin de ne pas avouer la corruption de la police ainsi que ses méthodes coercitives pour extirper des confessions.

Enfin, c’est probablement le drame qui domine dans l’histoire proposée par Kim Tae-yoon, qui endosse ici la double casquette de scénariste et de réalisateur. Le drame est présent à plusieurs étages. La vie de l’avocat, Lee Joon-young, est chaotique en raison de ses prises de position, de son caractère fonceur et irréfléchi. Un homme qui aime mettre les pieds dans le plat. Son attitude a la particularité de créer des tensions avec son épouse. Le drame toujours pour Hyun-woo qui a le malheur de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. L’adolescent se retrouve en prison, contraint d’avouer le crime, de faire des excuses au juge et aux policiers dans le but d’obtenir une réduction de peine. Dix années plus tard, sa vie est une galère sans nom, obligé de vivre de petits boulots et d’aider sa mère aveugle. Cette dernière, Soon-im (Kim Hae-sook), est probablement le personnage le plus affecté par l’affaire. Elle tente de soutenir son fils du mieux qu’elle peut, mais ce dernier ne lui rend pas vraiment. Obligée de travailler dans des conditions difficiles malgré sa cécité, suite d’un diabète mal soigné.

Du côté des personnages, signalons encore l’inspecteur Baek Chul-gi, incarné avec beaucoup de détermination par Han Jae-young. L’acteur apporte à son personnage une bonne dose de sadisme tout en étant particulièrement violent dans ses actes afin d’extorquer des aveux à ses suspects. Dans le même registre sur la liste des principaux antagonistes, on peut ajouter le procureur Baek (Han Jae-young) qui tente de manipuler les avocats de la partie adverse afin de les dissuader de solliciter un nouveau procès. Ce dernier ayant également permis à ce que le véritable meurtrier, une fois identifié, soit laisser en liberté de manière à couvrir les agissements de la police. On peut également souligner la performance de Lee Geung-young dans un second rôle. Un acteur qui m’étonne toujours par sa capacité à se métamorphoser et ainsi endosser toute sorte de personnage.

D’une durée de 119 minutes, la mise en scène de Kim Tae-yoon permet de bien développer les différents personnages et de saisir leur motivation ainsi que leur état d’esprit. La photographie proposée par Kim Il-yeon est très soignée, notamment dans ses séquences nocturnes. L’accident de Jo Hyun-woo, mettant en lumière la scène de crime, est filmé sous différents angles que l’on va découvrir tout au long du métrage à travers différents flashbacks initiés par les différents protagonistes de l’affaire. La bande originale orchestrée par Han Jae-kwon vient agréablement accompagner les passages importants du récit.

En conclusion, « New Trial » est un très bon thriller policier disposant d’une histoire accrocheuse, d’une intrigue intelligemment construite et d’un développement habile. Le rythme est plaisant, laissant le temps d’installer les personnages et leur psychologie. Le récit est fluide et on reste très harponné par le complot, la machination orchestrée par les autorités policières et judiciaires. La distribution offre de très bonnes prestations sans qu’un acteur prenne finalement le dessus sur les autres. La photographie est plaisante et la bande originale est agréable. Un métrage qui s’avère être un divertissement sympathique et attractif. À voir !

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 184 500 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :