Action, Crime - Policier, Drame

END OF WATCH (2012) ★★★★☆


End of Watch (2012)

 

 

Chaque jour, Brian Taylor et Mike Zavala, jeunes officiers de police, patrouillent dans les rues les plus dangereuses de Los Angeles. À travers les images filmées sur le vif, on découvre leur quotidien sous un angle jamais vu. Du danger partagé qui forge la fraternité à la peur et aux montées d’adrénaline, c’est une fascinante plongée au cœur de leur vie et d’un quartier, une histoire puissante sur l’amitié, la famille, l’honneur et le courage…

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : David Ayer
Scénariste : David Ayer
Acteurs : Jake Gyllenhaal, Michael Peña, Natalie Martinez, Anna Kendrick, David Harbour, Frank Grillo, America Ferrera
Musique : David Sardy
Genre : Action, Crime, Drame
Durée : 109 minutes
Date de sortie : 14 novembre 2012 (France)
Année de production : 2012
Sociétés de production : StudioCanal, Exclusive Media, Crave Films, CECTV Films, Emmett/Furla Films
Distribué par : Open Road Films
Titre original : End of Watch
Notre note : ★★★★☆

 

 

« End of Watch » est un thriller d’action dramatique américain, datant de 2012, écrit et réalisé par David Ayer, à qui l’on doit également « Suicide Squad » (2016). Les acteurs principaux sont Jake Gyllenhaal, qu’on a pu voir dans « Nocturnal Animals » (2016), Michael Peña, qu’on a pu voir dans « Extinction » (2018), Anna Kendrick, qu’on a pu voir dans « A Simple Favor » (2018), Natalie Martinez, qu’on a pu voir dans « Broken City » (2013), America Ferrera, qu’on a pu voir dans « The Dry Land » (2010), Frank Grillo, qu’on a pu voir dans « Beyond Skyline » (2017), David Harbour, qu’on a pu voir dans « The Equalizer » (2014).

L’histoire proposée par « End of Watch » nous invite à suivre deux policiers de Los Angeles, Brian Taylor (Jake Gyllenhaal) et Miguel « Mike » Zavala (Michael Peña) dans leur travail au quotidien au sein de la police. On va ainsi découvrir leur amitié l’un pour l’autre, leurs relations personnelles, et les problèmes qu’ils rencontrent dans leur métier, notamment avec les membres de certains gangs de South Central Los Angeles.

La première chose qui interpelle lorsque l’on regarde ce métrage, c’est la photographie. David Ayer  et Roman Vasyanov, son directeur de la photographie,ont décidé de proposer la majorité des images en found footage. L’idée étant de laisser croire que c’est Brian Taylor, l’un des deux policiers, personnages centraux de l’historie, qui tourne ces images, comme une sorte de reportage personnel qu’il ferait, afin de démontrer la difficulté de son métier au quotidien. Il y a donc un aspect improvisé dans certaines scènes, un peu comme un reportage qui se ferait en action, caméra à l’épaule, accompagné de cette imprécision de cadrage qui offre un côté réaliste aux séquences.

L’aspect film policier est plus imprécis. Il n’y a pas vraiment de fil conducteur particulier. Les deux policiers étant des patrouilleurs, des îlotiers affectés à un secteur précis. Ils se retrouvent confrontés à toutes sortes de situations, allant de personnes sous l’emprise de la drogue aux délinquants basiques. Le personnage incarné par Jake Gyllenhaal, Brian Taylor étant un peu trop zélé, va vouloir mettre la pression sur un des individus qu’il a arrêté précédemment, relâché depuis, en débarquant chez lui sans but précis. En intervenant au domicile de l’individu en question, il va faire capoter une affaire des agents fédéraux, mettant ceux-ci en colère. Plus tard, les deux compères vont relever un gros trafic de drogue ce qui va leur attirer les foudres des responsables d’un cartel qui va mettre un contrat sur leur tête.

Le scénario écrit par David Ayer lui-même met surtout l’accent sur la camaraderie qui lie les deux policiers, dans et hors du boulot. Les scènes d’action sont entrecoupées par les discussions que les deux hommes peuvent avoir dans le véhicule pendant leurs patrouilles. En outre, leur complicité déborde largement le cadre du boulot, et ils s’invitent l’un l’autre à l’occasion d’anniversaire et c’est tout naturellement que l’un se retrouve invité lorsque l’autre se marie. Bien qu’il y ait de nombreux clichés inhérents aux films policiers, la mise en scène est très soignée et les performances des deux acteurs principaux sont tellement réussies qu’il se dégage un fort sentiment de réalisme.

L’aspect dramatique du film vient d’une part par l’observation relativement rude et réaliste de la vie de bon nombre de personnes dans la dernière partie du métrage, lorsque les deux policiers se retrouvent coincés dans un guet-apens que les membres d’un gang leur ont préparé. Encore une fois, l’excellente photographie donne un aspect singulièrement réaliste à cette séquence bien chargée émotionnellement parlant.

« End of Watch » a rapporté 41 millions de dollars en Amérique du Nord et 16,6 millions de dollars dans les autres pays, pour une recette mondiale de 57,6 millions de dollars, contre un budget de 7 millions de dollars. Le métrage a obtenu une dizaine de nominations et a remporté trois prix.

« End of Watch » a fait l’objet d’une édition en DVD ainsi qu’en Blu-ray, paru le 27 mars 2013 chez Seven7. Pour de plus amples renseignements, n’hésitez pas à consulter la fiche du film sur le site DVD.Fr.

En conclusion, « End of Watch » est un très bon film policier disposant d’une histoire originale, d’une intrigue simple et d’un développement nerveux. Le rythme est plaisant et la photographie permet d’être pleinement immergé avec ces deux policiers dans le quotidien de leur métier et de leurs actions. Le récit n’est pas toujours fluide et le concept du found footage peut s’avérer un peu déconcertant. La distribution offre de très bonnes prestations et les performances de Michael Peña et de Jake Gyllenhaal offrent une nouvelle dimension aux films de buddy cop. La bande originale est très discrète et l’édition permet d’obtenir un métrage assez nerveux. Un bon divertissement qui ne donne cependant pas envie de vivre à Los Angeles…

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

2 réflexions sur “END OF WATCH (2012) ★★★★☆

  1. Ce film est absolument excellent, très difficile, surtout au vu de la fin…

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 19/01/2019, 12 12 05 01051

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 158 789 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :