Drame, Netflix, Romance, Science fiction

IO (2019) ★★☆☆☆


IO (2019)

 

 

Une jeune scientifique, à la recherche d’un moyen de sauver la Terre mourante, tisse des liens avec un homme qui cherche à rejoindre le site de lancement de la dernière navette en partance pour IO, une lune de Saturne que l’homme s’apprête à coloniser.

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : Jonathan Helpert
Scénaristes : Clay Jeter, Charles Spano, Will Basanta
Acteurs : Margaret Qualley, Anthony Mackie, Danny Huston, Tom Payne
Musique : Alex Belcher
Genre : Drame, Romance, Science-fiction
Durée : 96 minutes
Date de sortie : 18 janvier 2019 (France)
Année de production : 2019
Sociétés de production : Mandalay Pictures, Sunset Junction Entertainment, Untitled Entertainment, Great Point Media
Distribué par : Netflix
Titre original : IO
Notre note : ★★☆☆☆

 

 

« IO » est un film de science-fiction américain datant de 2019, réalisé par Jonathan Helpert, à qui l’on doit également « House of Time » (2015). Les acteurs principaux sont Margaret Qualley, qu’on a pu voir dans « Death Note » (2017), Anthony Mackie, qu’on a pu voir dans « Captain America: The Winter Soldier » (2014), et Danny Huston, qu’on a pu voir dans « Game Night » (2018). À noter également la participation de Tom Payne, qui assure la voix d’Elon.

L’histoire proposée par « IO » nous invite à suivre Sam Walden (Margaret Qualley), une jeune scientifique qui semble poursuivre l’œuvre de son père, le Docteur Henry Walden (Danny Huston). Elle est installée sur le sommet d’une montagne, hors d’atteinte de la pollution mortelle qui recouvre l’intégralité du globe. Elle communique régulièrement avec Elon (Tom Payne), un jeune homme parti sur une station en orbite autour d’IO, une des lunes de Saturne. Sam reçoit bientôt la visite de Micah (Anthony Mackie), un homme dans la trentaine à la recherche du père de la jeune femme. Ensemble, ils projettent de rejoindre le site de lancement de la dernière navette en partance pour la station orbitale où vit désormais les survivants de la Terre, dans l’espoir de coloniser Io.

L’aspect science-fiction est construit sur le concept du monde dystopique. Le niveau de pollution est devenu tel que la Terre toute entière devient un endroit particulièrement hostile pour toute forme de vie. De cette situation, naît le chaos, l’air étant devenu irrespirable. Et dès le début du métrage, on peut voir le personnage principal, Sam (Margaret Qualley), errer dans différents bâtiments désaffectés de ce qui autrefois était Detroit. Les rues par lesquelles elle doit circuler portent encore les stigmates de ce qui fut une situation d’urgence, avec le comportement supposé des gens en proie à la panique, à la précipitation. Pour ma part, dès le départ, il m’est apparu un détail qui m’a semblé illogique. En effet, on peut observer, sur certains visuels, proposés par la photographie d’André Chemetoff, une forme d’incohérence. Les bâtiments, notamment les buildings que l’on peut voir en contre-champs, sont fortement endommagés, comme ceux que l’on peut observer dans les films catastrophes, où lorsqu’il y a eu une attaque nucléaire, voire extraterrestre. Pourquoi les structures de ce type seraient détériorées de la sorte suite à une intoxication de l’air ?

Bien qu’ils se soient mis à trois pour écrire le script de « IO », je trouve qu’il y a de nombreux trous dans le scénario proposé par Clay Jeter, Charles Spano et Will Basanta. C’est souvent au spectateur de se forger sa propre idée, son propre sentiment par rapport au développement du métrage. Pour exemple, le fait que Micah se pointe là où le Docteur Walden et sa fille vivent, n’est pas clairement expliqué. On comprend que Micah est contrarié par le fait que le Docteur Walden ait longuement prôné pour que les gens restent sur la Terre, car une solution au problème était sur le point d’émerger rapidement. Cependant, Micah a malheureusement perdu son épouse, car elle est finalement tombée malade en restant sur Terre. On suppose que ce dernier est venu pour se venger, pour tuer le Docteur Walden. Ce qui est finalement renforcer par le fait que Sam trouve un revolver dans les affaires de Micah. Cependant, tout ceci est suggéré, et non clairement explicité.

Le point de plus énigmatique dans cette manière de proposer du non-dit, c’est certainement la fin du film. Alors qu’elle visite le musée dont elle avait tellement envie, Sam décide d’enlever son casque et de respirer librement l’air ambiant, faisant fit du risque encouru. Les cinéastes ne nous montrent absolument pas les conséquences de ce choix. Mais dans la séquence suivante, on voit Micah, seul, dans la cabine de son dirigeable. On peut donc imaginer que Sam est morte. Surtout que la scène qui suit montre Sam, sur une plage, comme dans ses rêves, qui jalonnent l’intrigue du film. Est-elle libérée et la mort lui aura permis d’aller là où elle espérait ? Est-ce l’image d’une situation réelle et que finalement ses rêves étaient prémonitoires ? Cette sensation d’incertitude est renforcée par la présence, dans cette dernière scène, d’un enfant métisse, qui pourrait être le fruit de l’union de Sam et de Micah

En conclusion, « IO » est un film ennuyeux dont l’histoire est fastidieuse, l’intrigue beaucoup trop allégorique et le développement est soporifique. La photographie est simpliste et l’édition n’empêche en rien le spectateur de s’ennuyer durant les 96 minutes ennuyantes que dure le film. Le récit est abscons et la narration est assommante. La distribution offre cependant de bonnes prestations, dans ce qui s’apparente presque à un huis clos. Un film qui devrait intéresser les personnes en quête de sens éthique ou philosophique avec les problèmes écologiques en toile de fond. Les autres passeront leur chemin…

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 190 917 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :