Action, Chine, Ciné-Asia, Crime - Policier, Drame, Hong-Kong, Science fiction, Thriller

CONTROL (2013) ★★★☆☆


Control (2013)

 

Dans une ville futuriste, après avoir faussement témoigné pour son entreprise, un vendeur d’assurances est manipulé par un inconnu qui peut apparemment voir chacun de ses mouvements.

 

 

Origine du film : Chine, Hong Kong
Réalisateur : Kenneth Bi
Scénariste : Kenneth Bi
Acteurs : Daniel Wu, Yao Chen, Simon Yam, Leon Dai, Ady An, Shao Bing, Eddie Pang, Linda Wong, Kara Wai
Musique : Andre Matthias, Dan Nakamura
Genre : Action, Crime, Drame, Science-fiction, Thriller
Durée : 90 minutes
Date de sortie : 22 novembre 2013 (Chine)
Année de production : 2013
Sociétés de production : Sil-Metropole Organisation, Huayi Brothers, Celestial Pictures, Media Asia Films, Le Vision Pictures
Distribué par : Sil-Metropole Organisation
Titre original : Kong cheng ji / 控制
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« Control » est un thriller d’action sino-hongkongais datant de 2013, écrit et réalisé par Kenneth Bi, à qui l’on doit également « The Drummer » (2007). Les acteurs principaux sont Daniel Wu, qu’on a pu voir dans « Tomb Raider » (2018), Yao Chen, qu’on a pu voir dans « Firestorm » (2013), Simon Yam, qu’on a pu voir dans « Wild City » (2015), Leon Dai, qu’on a pu voir dans « The Final Master » (2015), Ady An, qu’on a pu voir dans « Saving General Yang » (2013), et Shao Bing, qu’on a pu voir dans « The Lost Bladesman » (2011).

L’histoire proposée par « Control » nous invite à suivre Mark (Daniel Wu) un courtier en assurances. Une erreur de dossier l’oblige à faire un faux témoignage pour sa société et sans le savoir, il ouvre ainsi la boîte de pandore, se retrouvant être la cible d’un maître-chanteur. Ce dernier lui donne des directives précises à suivre en échange des enregistrements qui prouvent sa complicité dans l’affaire et qui l’impliquerait directement en raison de la fausse déposition qu’il a fait au tribunal. Mark se retrouve à braquer des personnes dans un restaurant puis à devoir récupérer un sac mystérieux dans les coffres privés d’une banque. Les choses se tendent lorsqu’il doit négocier avec ce qui semble être des truands…

La photographie proposée par Roman Jakobi est assez singulière. Kenneth Bi, scénariste et réalisateur ayant décidé d’installer son récit dans un monde futuriste. On retrouve quelques effets spéciaux pour marquer cette particularité. Les téléphones, les véhicules et quelques bâtiments affichent en effet un aspect qui nous laisse entendre que l’action se déroule dans un futur proche. Mais, honnêtement, il n’y avait pas réellement besoin de se compliquer la tâche, l’histoire proposée pouvant tout-à-fait se dérouler dans l’époque actuelle. Pour faire simple, le fait que l’action se déroule dans le futur n’apporte rien de particulier.

L’aspect dramatique est construit tout au long du développement. Bien que le récit apparaisse dans sa grande majorité comme linéaire, la grosse majorité de l’histoire est un flashback qui nous ramène progressivement au temps présent. Le principal protagoniste racontant les événements qui l’ont conduit à la situation actuelle. Néanmoins, on peut également voir dans des flashbacks, notamment dans la dernière partie, qui viennent expliquer des faits fondateurs lorsque certains personnages étaient enfants. En fin de compte, nous sommes confrontés à une simple histoire de vengeance.

Le suspense court durant les 90 minutes du métrage avec une conclusion qui se dévoile donc dans la dernière partie. Le récit est ponctué par des scènes d’action. On retrouve essentiellement des scènes de combat à mains nues et quelques fusillades. Daniel Wu est au centre de tout ceci, se présentant comme un homme ordinaire, dont on remarque cependant assez rapidement qu’il possède des aptitudes et des réflexes qui trahissent quelque peu sa réelle condition. Simon Yam est quelques peu caricatural dans l’expression de son personnage. Yao Chen dispose d’un rôle secondaire dans un personnage à multiple facette. Leon Dai incarne le personnage le plus intéressant, le plus ambigu, le plus fourbe et s’avère être le principal antagoniste de l’histoire.

En conclusion, « Control » est un bon thriller d’action disposant d’une histoire classique, d’une intrigue captivante et d’un développement énergique. Le rythme est plaisant et l’édition permet d’obtenir un métrage dynamique d’une durée de 90 minutes. Le récit est fluide et la narration est ponctuée de flashbacks. La photographie offre une vision futuriste de l’environnement direct des protagonistes de l’histoire. La distribution offre de bonnes prestations avec un focus sur le personnage incarné par Daniel Wu. L’ensemble est agréable et permet d’avoir un divertissement plaisant.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 175 585 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :