Ciné-Asia, Comédie, Corée du Sud, Drame

MIRACLE IN CELL N°7 (2013) ★★★★★


Miracle in Cell No.7 (2013)

 

Yong-Goo, un Coréen de six ans d’âge mental, est accusé à tort du meurtre et du viol d’une petite fille. Enfermé en prison, il essaye de faire venir sa fille, ses colocataires de cellule décident alors de l’aider dans cette mission périlleuse.

 

 

Origine du film : Corée du Sud
Réalisateur : Lee Hwan-kyung
Scénaristes : Lee Hwan-kyung , Yu Young-a , Kim Hwang-sung , Kim Young-seok
Acteurs : Ryu Seung-ryong , Kal So-won , Park Shin-hye, Oh Dal-su, Jung Jin-young, Park Won-sang, Kim Jung-tae, Jung Man-sik, Kim Ki-cheon
Musique : Lee Dong-jun
Genre : Comédie, Drame
Durée : 2 heures et 7 minutes
Date de sortie : 23 janvier 2013 (Corée)
Année de production : 2013
Sociétés de production : Fineworks/CL Entertainment
Distribué par : Next Entertainment World
Titre original : 7beonbangui Seonmul
Notre note : ★★★★★

 

 

« 7beonbangui Seonmul » ou « Miracle in Cell No. 7 » pour la distribution internationale, est une comédie dramatique coréenne datant de 2013, co-écrite et réalisée par Lee Hwan-kyung, à qui l’on doit également « Amazing Father and Daughter » (2016). Les acteurs principaux sont Ryu Seung-ryong, qu’on a pu voir dans « Psychokinesis » (2018), Kal So-won, qu’on a pu voir dans « The Taste of Money » (2012), Park Shin-hye, qu’on a pu voir dans « Heart Blackened« , Oh Dal-su, qu’on a pu voir dans « The Attorney » (2013), Jung Jin-young, qu’on a pu voir dans « A Taxi Driver » (2017), Park Won-sang, qu’on a pu voir dans « Tabloid Truth » (2014), Kim Jung-tae, qu’on a pu voir dans « Tough as Iron » (2013), et Jung Man-sik, qu’on a pu voir dans « The Battleship Island » (2017).

L’histoire proposée par « Miracle in Cell No. 7 » nous invite à suivre Lee Yong-gu (Ryu Seung-ryong), un père de famille souffrant de troubles mentaux, doté de l’intellect d’un enfant de six ans, qui vit avec sa fille Ye-seung (Kal So-won). Alors qu’il tente de réanimer une petite fille qui est violemment tombée sur la tête en glissant sur une plaque de verglas, une femme donne l’alerte pensant qu’il s’agit d’une agression. Yong-go est injustement accusé d’enlèvement, de meurtre et de viol sur mineure. La police profite rapidement de son handicap pour le forcer à avouer ses crimes tout en ignorant volontairement les preuves qui le disculpent. Yong-go est emprisonné et assigné à la cellule n ° 7, la cellule la plus rude d’une prison à sécurité maximale.

« Miracle in Cell No. 7 » est un film que l’on ne peut pas vraiment oublier. C’est un métrage marquant tant l’histoire est touchante. On retrouve une thématique que les cinéastes coréens aiment bien développer, soit le système policier et judiciaire corrompu. Un notable de la ville est confronté au décès tragique et accidentel de son enfant, et on accuse à tort l’idiot du village. Yong-gu est manipulé et intimidé afin d’endosser la mort de l’enfant, pensant protéger sa propre fille. Ce dernier se retrouve rapidement incarcéré avec des détenus particulièrement virulents qui comptent bien lui faire payer le meurtre de l’enfant.

La trame centrale offre un constate très saisissant entre la déficience intellectuelle de Yong-gu et les capacités largement au-dessus de la moyenne de sa fille Ye-sung. Dans ce sens, les performances des deux acteurs, Ryu Seung-ryong d’un côté et la jeune Kal So-won de l’autre, sont absolument extraordinaires. À la fois drôle, captivante, attendrissante et finalement bouleversante. Le personnage de Yong-gu provoque instantanément la sympathie et est immédiatement vu comme une victime impuissante d’un système judiciaire véreux et extrêmement expéditif. Une fois passée la réaction initiale des autres détenus, tous en sont venus à réaliser son innocence et finissent par lui apporter toute l’aide nécessaire pour qu’il puisse voir sa fille.

L’histoire elle-même est magnifiquement présentée et une grande partie de la séduction visuelle du film est à mettre au crédit du directeur de la photographie, soit Kang Seung-gi. On peut observer une utilisation intéressante de la profondeur de champ, ainsi que des cadrages très précis. La qualité des images dans « Miracle in Cell No.7 » est indéniable et constitue une part importante du plaisir du film. Bien que durant 127 minutes, le développement s’installe à un rythme très élevé et quelques aspects sont malheureusement expédiés, sans pour autant affaiblir la qualité de l’ensemble. Le point d’orgue étant certainement la fin tragique du personnage central.

Outre les excellentes prestations de Ryu Seung-ryong et de la jeune Kal So-won, le reste de la distribution offre de très bonnes performances. Oh Dal-su livre un compagnon de cellule qui sous ses airs de gros durs, a finalement un cœur d’or et il sera déterminant dans la mise en place des stratagèmes permettant à Yong-gu et à sa fille de se voir, de passer du temps ensemble. Jung Jin-young, Park Won-sang, Kim Jung-tae et Jung Man-sik viennent également apporter tout leur talent dans des rôles de soutien, offrant au passage une bonne dose d’humour. A noter que la belle Park Shin-hye incarne le personnage de Ye-sung adulte.

Le film a fait 4,6 millions d’entrée au cours des deux premières semaines d’exploitation en raison d’un bouche-à-oreille puissant. Ce fut le huitième film de l’histoire du cinéma coréen à franchir la barre des 10 millions de spectateurs. « Miracle in Cell No. 7 » a finalement dépassé les 12 millions de spectateurs, ce qui en fait le cinquième film coréen à avoir engrangé la plus grosse recette au box-office. En outre, le métrage a reçu 17 nominations et remporté une dizaine de trophées. Ryu Seung-ryong a gagné le Grand Bell Award dans la catégorie Best Actor.

En conclusion, « Miracle in Cell No. 7 » est une excellente comédie dramatique disposant d’une histoire captivante, d’une intrigue saisissante et d’un développement poignant. Le rythme est assez rapide, le récit est fluide et la narration est linéaire. Les 127 minutes sont très véloces et la mise en scène ne laisse aucune place à la lassitude. La photographie est somptueuse et la bande originale vient harmonieusement accompagner les moments forts du récit. La distribution offre de magnifiques prestations. L’ensemble s’avère être un excellent divertissement, avec un super équilibre des émotions. A voir, sans hésiter !

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “MIRACLE IN CELL N°7 (2013) ★★★★★

  1. Comment dire?!!!! Ce film est tout simplement magnifique! Hyper émouvant, drôle, on ne peut pas rester indifférent devant ce film. Prenez le paquet de mouchoir. C’est un film à voir absolument!
    Contrairement à ce qu’on peut penser, on ne voit que très rarement Park Shin Hye mais ce film reste un chef d’œuvre des plus touchants. Bravo à la jeune actrice Gal So Won!

    Aimé par 1 personne

    Publié par Saranhaeseunghooppa | 25/02/2019, 11 11 22 02222

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 165 233 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Suivez-nous sur Twitter

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :