Drame, Thriller

BLACK SEA (2014) ★★★☆☆


Black Sea (2014)

 

 

Récemment renvoyé par sa société, un capitaine de sous-marin est embauché pour trouver un trésor gisant au fond de la mer.

 

 

Origine du film : Royaume Uni
Réalisateur : Kevin Macdonald
Scénaristes : Dennis Kelly
Acteurs : Jude Law, Scoot McNairy, Ben Mendelsohn, David Threlfall, Konstantin Khabensky, Michael Smiley, David Threlfall, Grigoriy Dobrygin, Sergei Puskepalis, Sergei Kolesnikov, Tobias Menzies, Jodie Whittaker
Musique : Ilan Eshkeri
Genre : Drame, Thriller
Durée : 115 minutes
Date de sortie : 5 décembre 2014 (Angleterre)
Année de production : 2014
Sociétés de production : Film4 Productions, Cowboy Films, Etalon Film
Distribué par : Focus Features
Titre français : Black Sea
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« Black Sea » est un film d’aventure dramatique britannique de 2014 réalisé par Kevin Macdonald, à qui l’on doit également « The Eagle » (2011). Les acteurs principaux sont Jude Law qu’on a pu voir dernièrement dans « Fantastic Beasts: The Crimes of Grindelwald » (2018), Scoot McNairy, présent dans « Our Brand Is Crisis » (2015), Ben Mendelsohn, vu dans « Ready Player One » (2018), Konstantin Khabensky, qu’on a pu voir dans « Unfriended » (2014), Michael Smiley, qu’on a pu voir dans « Rogue One: A Star Wars Story » (2016) et Grigoriy Dobrygin, qu’on a pu voir dans « A Most Wanted Man » (2014).

L’histoire proposée par « Black Sea » nous invite à suivre Robinson (Jude Law), ancien capitaine de sous-marin, spécialisé dans les missions de sauvetage. Sa vie sentimentale part à l’eau, divorcé et éloigné de son fils, et tout juste licencié. Cependant, il vient d’acquérir l’information sur la position d’un trésor situé dans l’épave d’un sous-marin datant de la Seconde Guerre mondiale. Personne ne veut pour l’instant s’engager dans la récupération du magot en raison des conflits territoriaux suite à la guerre russo-géorgienne. Robinson trouve un financier et monte une équipe pour embarquer à bord d’un sous-marin de la classe Foxtrot. Une fois en mer, des conflits entre les membres d’équipages sèment le chaos, ajouté à la vétusté du submersible, envoyant l’équipage au fond. Une course contre la montre s’engage, visant à réparer le sous-marin et récupérer le trésor…

Une nouvelle balade dans le monde humide des sous-mariniers. Une chasse au trésor qui tourne à la tragédie. Une nouvelle aventure qui se présente essentiellement comme un hui clos. On peut rapidement faire remonter notre propre claustrophobie à la surface. Dans cette aventure, les différents protagonistes devront se mouiller, c’est le moins que l’on puisse dire, surtout que le submersible est une relique du passé. Très vite, la virée dans les profondeurs de la Mer Noire se complique et les personnalités vont se dévoiler. Certains seront motivés par l’appât du gain, les autres par l’instinct de survie ! Et forcément, à un moment donné, les intérêts des uns et des autres se retrouvent en opposition.

Jude Law propose une belle interprétation. Un capitaine de sous-marin à la dérive. Tout juste licencié de son boulot, il se retrouve à la tête d’une expédition en étant obligé de gérer un équipage cosmopolite composé de personnalités pour le moins particulières. Son obsession le mènera à sa perte. Son personnage est un homme à bout de souffle, aux traits fatigués, grave et déprimé, pour ne pas dire déprimant. Scoot McNairy est le fourbe de l’histoire. Il est présent pour défendre les intérêts du commanditaire de cette expédition, mais progressivement va révéler le fin mot des intentions cachées de cette expédition dans les abîmes. Konstantin Khabensky incarne un personnage qui officie comme une sorte d’intermédiaire entre le capitaine Robinson et l’équipage russe. Ben Mendelsohn interprète un plongeur qui s’avère être un psychopathe ayant fait d’incessants allers-retours en prison.

La photographie orchestrée par Christopher Ross est relativement sombre et donne un sentiment de vie misérable aux personnages. L’atmosphère qui s’installe est sérieusement délétère, laissant certains personnages basculer vers leurs instincts les plus primitifs. Une bonne partie des scènes en extérieur ont été filmées en Ukraine, ce qui donne de l’ampleur à ce sentiment de désolation, à cette impression de pauvreté. Kevin Macdonald et son directeur de la photographie jouent énormément avec la lumière afin de renforcer les sentiments de tension et accentuer la mauvaise ambiance. L’édition signée Justine Wright est déséquilibrée, offrant la concentration de l’action dans la seconde partie du métrage. La première partie étant un peu poussive.

En conclusion, « Black Sea » est un film très sombre disposant d’une histoire dramatique du début à la fin, l’intrigue et le développement accentue ce sentiment de tragédie. Le rythme est un peu poussif dans la première partie, le récit est fluide et la narration est linéaire. La photographie et la bande originale sont angoissantes et claustro-phobiques. C’est bien réalisé et bien interprété, mais ce n’est franchement pas le type de film qu’il faut regarder pour retrouver de l’énergie…

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 179 517 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Pages et Articles Phares

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :