Action, Catastrophe, Drame, Mystère, Netflix, Thriller

HOW IT ENDS (2018) ★★★☆☆


How It Ends (2018)

 

 

Un jeune avocat d’affaires tente de rentrer chez lui pour retrouver sa fiancée enceinte, alors qu’un mystérieux événement apocalyptique frappe le pays. Pour ce faire, il lui faut parcourir 3.000 kilomètres avec son futur beau-père qu’il n’apprécie guère…

 

 

Origine du film : États-Unis
Réalisateur : David M. Rosenthal
Scénaristes : Brooks McLaren
Acteurs : Theo James, Forest Whitaker, Grace Dove, Kat Graham, Mark O’Brien, Kerry Bishé, Eric Keenleyside
Musique : Atli Örvarsson
Genre : Action, Catastrophe, Drame, Thriller
Durée : 113 minutes
Date de sortie : 13 juillet 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Paul Schiff Productions, Sierra/Affinity
Distribué par : Netflix
Titre original : How It Ends
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« How It Ends » est un thriller d’action américain à caractère dystopique datant de 2018, réalisé par David M. Rosenthal, à qui l’on doit également « The Perfect Guy » (2015). Les acteurs principaux sont Theo James, qu’on a pu voir dans « War on Everyone » (2016), Forest Whitaker, qu’on a pu voir dans « Black Panther » (2018), Grace Dove, qu’on a pu voir dans « The Revenant » (2015), Kat Graham, qu’on a pu voir dans « All Eyez on Me » (2017), et Mark O’Brien, qu’on a pu voir dans « Bad Times at the El Royale » (2018).

Will (Theo James) et Samantha (Kat Graham) vivent à Seattle et forment un jeune couple qui attend son premier enfant. Will profite d’un séjour professionnel à Chicago pour rendre visite aux parents de Sam, avec l’intention de demander la permission d’épouser Sam à Tom (Forest Whitaker), le père de cette dernière. Durant le dîner la discussion tourne court, et Will ne mentionne ni ses intentions de mariage, ni la grossesse de sa compagne. Le lendemain, alors que Will s’apprête à prendre un vol afin de rentrer sur Seattle, il découvre que tous les avions sont cloués au sol. Les informations télévisées expliquent qu’un séisme est survenu au large de la côte ouest des États-Unis. Mais rapidement, les télécommunications et l’alimentation électrique sont perturbées à Chicago, soit à près de 3.000 kilomètres de là. En outre, l’activité militaire qui se développe laisse à penser à Tom , lui-même ancien militaire, que la situation est plus grave. Tom et Will décident de faire route ensemble pour Seattle pour retrouver Sam. Un long et périlleux périple les attend…

« How It Ends » se présente comme une histoire présentant le début d’une ère dystopique. Mais la particularité du métrage, c’est qu’à aucun moment, on ne découvre concrètement ce qui se passe. Catastrophe naturelle articulée autour d’un tremblement de terre ? Attaque terroriste de grande ampleur ? Attaque orchestrée par une autre nation ? Attaque extraterrestre ? Aucune précision n’est offerte au spectateur, qui du début à la fin des 113 minutes restera dans l’expectative. Ainsi est donc le choix de Brooks McLaren, qui aura concocté le scénario de ce film. Ce dernier est pour ainsi dire un illustre inconnu, mais c’est cependant à cet auteur qu’on aurait confié l’écriture du prochain Rambo…

L’amour et le drame vont souvent de paire. Et c’est le cas dans « How It Ends » car c’est l’amour d’un père pour sa fille qui anime la décision de Tom (Forest Whitaker) de se rendre de Chicago à Seattle. Un périple en voiture de 3.200 kilomètres allant du bord du Lac Michigan jusqu’aux plages de l’Océan Pacifique en passant par le Minnesota, le Dakota du Nord, le Montana, l’Idaho avant d’arriver dans l’état de Washington. Durant ce voyage, les deux protagonistes vont découvrir toute la bassesse de l’âme humaine. Lorsque le système s’effondre, l’homme s’adonne au pillage, au meurtre, au viol, et le plus souvent en meute, le faisant plus ressembler à un animal qu’à un humain. Et c’est probablement là qu’on peut se laisser à dire qu’il s’agit d’un drame. Au lieu d’aller vers l’entraide, vers la solidarité, vers une forme de fraternité, l’être humain préfère jouer sa carte perso, ou s’abaisser à toutes les formes de dérives.

Malgré ce tableau quelque peu sombre, on trouve une certaine dose d’action dans « How It Ends ». Les deux principaux protagonistes de l’histoire, incarnés par Theo James et Forest Whitaker, se retrouvent en prise avec d’autres individus, qui pour la plupart veulent récupérer leurs biens, mais plus spécifiquement l’essence, qui comme dans « Mad Max 2 » (1981) de George Miller, devient le centre des préoccupations de l’homme. La photographie pilotée par Peter Flinckenberg nous offre une belle palette de paysages, profitant des différentes régions traversées par nos deux personnages, dans leur road-trip à travers le pays. De temps à autre, ils sont confrontés à des éléments de catastrophes, comme un avion gros porteur crashé, un train militaire déraillé et abandonné, divers incendies, et des carcasses de voitures abandonnées sur le bord de la route.

Ce « voyage » sera l’occasion pour deux hommes qui ne s’apprécient guère, de vider leur sac, de confronter leur vision de la vie et finalement de s’accepter. L’un comme l’autre, se retrouve dans cette situation afin de venir en aide à Sam, interprétée par Kat Graham. Afin d’amplifier l’angoisse des protagonistes, cette dernière est enceinte, ce qui la rend d’autant plus vulnérable.

Personnellement, je suis fatigué de l’espère de Netflix bashing que l’on peut rencontrer systématiquement lorsqu’un métrage produit par cette plate-forme sort. C’est produit par Netflix donc c’est de la merde. C’est juste ridicule de penser comme cela, surtout que bien souvent, les critiques les plus virulentes sont l’œuvre de personne qui n’ont même pas visionné le métrage en question. Une attitude grotesque. « How It Ends » développe des qualités, tant au niveau de la production que dans les prestations des principaux acteurs. L’histoire n’est pas dénuée d’intérêt. Je comprends, et je partage partiellement la déception sur le manque d’explication et sur le choix d’une fin qui ne révèle rien. Mais l’histoire est ailleurs selon moi. La trame se focalise sur la volonté de venir en aide, sur le concept de la famille, sur l’amour.

En conclusion, « How It Ends » est un honorable thriller d’action articulé sur une histoire de début de fin du monde. L’intrigue est correcte et le développement s’attache plus à la psychologie des personnages qu’à l’action à proprement parlé. Toutefois, les scènes d’action sont cohérentes et réalistes. Le rythme est convenable, le récit est fluide, et la narration est linéaire. La photographie offre de magnifiques panoramas et la bande originale est plutôt discrète. La distribution offre de bonnes prestations et le duo d’acteurs principaux matche plutôt bien dans leur contraste. On peut regretter l’absence volontaire d’explication sur la nature précise des cataclysmes. Un divertissement satisfaisant et bien loin des critiques injustement négatives qu’on peut lire à son sujet…

 

 

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 206 529 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

%d blogueurs aiment cette page :