Action, Catastrophe, Drame, Guerre

THE UNTHINKABLE (2018) ★★★☆☆


The Unthinkable (2018)

 

 

Alors que sévit une attaque mystérieuse supposée terroriste, Alex est forcé de retourner dans son village natal. Il y retrouve Anna, son amour de jeunesse, ainsi que Bjorn, son père qu’il n’a plus vu depuis plusieurs années. Ensemble, ils devront renouer les liens brisés afin de survivre dans un pays plongé au cœur du chaos… en attendant le prochain assaut.

 

 

Origine du film : Suède
Réalisateur : Victor Danell
Scénaristes : Victor Danell, Christoffer Nordenrot
Acteurs : Christoffer Nordenrot, Lisa Henni, Jesper Barkselius, Pia Halvorsen, Magnus Sundberg; Krister Kern, Karin Bertling, Ulrika Bäckström
Musique : Gustaf Spetz
Genre : Action, Catastrophe, Drame, Guerre
Durée : 129 minutes
Date de sortie : 20 juin 2018 (Suède), 7 décembre 2018 (France)
Année de production : 2018
Sociétés de production : Crazy Pictures AB
Distribué par : SF Studios
Titre original : Den Blomstertid nu Kommer
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« The Unthinkable », ou « Den Blomstertid nu Kommer » pour la version originale, est un film catastrophe de guerre suédois datant de 2018, co-écrit et dirigé par Victor Danell, qui signe là son premier long-métrage, qui s’est fait connaître à travers plusieurs court-métrages. Les acteurs principaux sont Christoffer Nordenrot, qu’on a pu voir dans « Mr. Ove » (2015), Lisa Henni, qu’on a pu voir dans « Min så kallade pappa » (2014), Jesper Barkselius, qu’on a pu voir dans « Tårtgeneralen » (2018), et Pia Halvorsen, qu’on a pu voir dans « All Inclusive » (2017).

L’histoire proposée « The Unthinkable » nous invite à suivre Alex (Christoffer Nordenrot) durant l’année 2005, un jeune Suédois, qui, alors que sa mère a quitté son père violent, décide d’en faire autant. Dix années plus tard, Alex vit à Stockholm, est désormais un pianiste de renom. Plusieurs explosions se produisent à Stockholm, apparemment d’origine terroriste, et Alex décide d’aller se réfugier dans son village natal. Il y rencontre Anna (Lisa Henni), son amour de jeunesse. Cependant, les attaques contre la Suède s’intensifient, les réseaux électriques et téléphoniques sont touchés. De son côté, Björn (Jesper Barkselius), le père d’Alex, empêche des hommes armés d’entrer dans la centrale électrique dans laquelle il travaille. Un groupe de civils vient cependant y trouver refuge, notamment Alex et Anna. Tous vont se retrouver, mais doivent unir leurs forces pour repousser l’ennemi ….

Voilà donc un film catastrophe à la sauce suédoise. C’est intéressant par l’originalité. Une attaque de la Suède, dont on ne connaît pas précisément la nature, mais dont les dernières images laissent des indications relativement explicites. Une explosion dans une station de métro de Stockholm, puis la destruction de l’un des ponts importants du centre-ville, l’explosion d’un bâtiment administratif regroupant la majorité des membres du gouvernement, plongent donc le spectateur dans l’atmosphère. C’est là qu’intervient l’élément mystérieux, une pluie qui affecte les personnes qui s’en retrouvent imbibés en effaçant leur mémoire. Cette particularité entraîne une multitude d’accidents de la circulation, mais également des crashs d’avions et d’hélicoptères militaires, avec tous les dégâts que cela laisse supposer.

Afin de raconter une histoire dans l’histoire, le scénario concocté par Victor Danell, qui endosse également la casquette de scénariste, Christoffer Nordenrot ajoute des personnages qui se déchirent pour des raisons familiales. Alex (Christoffer Nordenrot) a fui le domicile familial, suite au départ de sa mère, et cela, principalement en raison de l’attitude singulièrement violente de Björn (Jesper Barkselius), le père de famille. Ce dernier travaille dans l’une des usines électriques de la capitale. Depuis toujours, il développe des théories complotistes, et les événements l’amènent à basculer dans la paranoïa la plus complète. De son côté Alex, est devenu un musicien reconnu, mais nourrit secrètement une grande détresse, celle d’avoir perdu son amour d’adolescent, Anna (Lisa Henni). Lorsqu’il va quitter Stockholm pour aller se réfugier dans son village d’origine, Alex va rencontrer Anna, et se faire un gros film, ne prenant pas du tout en compte le fait que l’eau a bien coulé sous les ponts en l’espace de dix ans, et que cette dernière a eu tout le loisir de faire sa vie…

Les scènes d’action sont très bien orchestrées et prouvent que le cinéma suédois est tout à fait capable de proposer un niveau digne des meilleures productions hollywoodiennes, ce qui est hautement appréciable tout en étant une agréable surprise. La séquence avec l’hélicoptère et l’avion de tourisme, dans la dernière partie du film est vraiment impressionnante. Les cascades sont spectaculaires, notamment les accidents de la route. La photographie livrée par Hannes Krantz est plus qu’acceptable, offrant une majorité de scène de nuit et/ou d’orages, ce qui produit une accentuation de l’ambiance, de l’incompréhension et de la tension grandissante.

Bien que la présentation que je fais de ce métrage apparaît comme pleinement positive, il y a un élément qui est venu plomber de manière poussée les beaux efforts réalisés sur les éléments de production. Le personnage incarné par Christoffer Nordenrot est tellement lunaire que cela gâche profondément le reste du métrage. Alex semble marcher systématiquement à côté de ses pompes. Qu’il soit psychologiquement affecté par les événements familiaux passés est une chose, mais devant l’urgence de la situation, ses actions, son attitude est vide de sens. Du coup, on n’arrive guère à éprouver de l’empathie pour le personnage, ce qui est très préjudiciable pour « The Unthinkable ».

Autant la paranoïa de Björn, interprété par Jesper Barkselius, est compréhensible, car le réalisateur a pris le temps de positionner la psychologie du personnage, autant le coté ahuri d’Alex apparaît comme exagéré. Finalement, c’est le personnage joué par Pia Halvorsen qui nous est apparu comme le plus intéressant. L’actrice incarne une ministre, qui par la force des choses se retrouve à être le dernier membre du gouvernement en condition de gérer la situation. Elle doit sa survie notamment en raison de sa volonté de ne pas suivre bêtement le troupeau. Le personnage se retrouve au cœur de la tourmente, notamment lors d’une séquence très bien orchestrée, impliquant une série d’accidents de la route sur l’un des ponts du centre névralgique de Stockholm.

Gustaf Spetz a composé la bande originale du film. Il y propose une version de l’hymne d’été traditionnel suédois, intitulé Den Blomstertid nu Kommer, d’après lequel le film porte le nom. L’hymne est associé à l’été et l’histoire proposée dans le métrage se déroule au milieu de l’été. Le tournage principal a débuté en mai et a duré tellement longtemps, soit 120 jours, qu’il a commencé à neiger dans la dernière partie du tournage. Lors des jours de tournage en extérieur, l’équipe a dû évacuer la neige de manière à faire coïncider l’action au milieu de l’été. L’histoire se passe essentiellement dans un petit village appelé Vånga. Vånga est en réalité un lieu réel où l’un des producteurs a grandi.

En conclusion, « The Unthinkable » est un film surprenant, et ce, pour diverses raisons. D’une part, c’est une production suédoise, et c’est plutôt agréable que de tels films arrivent jusqu’à nous, et d’autre part, les valeurs de productions sont de très bonnes qualités, démontrant ainsi qu’il n’y a pas qu’à Hollywood qu’on peut réaliser des films d’actions d’un bon niveau. L’intrigue est captivante, mais malheureusement le développement laisse à désirer, notamment dans le choix d’offrir un côté lunaire au personnage principal. Le rythme est sympathique, le récit est fluide, et la narration est linéaire, en dehors d’un ou deux flashbacks très courts. L’ensemble offre un bon divertissement, légèrement gâché par l’orientation donnée au personnage central… Dommage !

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Une réflexion sur “THE UNTHINKABLE (2018) ★★★☆☆

  1. C’est vrai que le contexte a l’air assez original, pour le coup, je serai curieuse de tenter !

    Aimé par 1 personne

    Publié par Vampilou fait son Cinéma | 12/04/2019, 10 10 21 04214

Répondre à Vampilou fait son Cinéma Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 199 664 visiteurs ont fréquenté ce blog. Merci à tous !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :