Action, Crime - Policier, Série Télévisée, Thriller

HANNA (2019) ★★★☆☆


Hanna (2019)

 

Hanna est une adolescence ayant une multitude de talents qui font d’elle quelqu’un de particulièrement dangereux et efficace dans l’art de tuer. Elle se retrouve avec des agents de la C.I.A. à ses trousses, ce qui va lui permettre de découvrir le monde dont elle ignore tout….

 

 

Origine du film : États-Unis
Créée par : David Farr
Réalisateur : Sarah Adina Smith
Scénaristes : David Farr, Ingeborg Topsoe
Acteurs : Esme Creed-Miles, Mireille Enos, Joel Kinnaman, Khalid Abdalla, Andy Nyman, Stefan Rudoph, Katharina Heyer, Peter Ferdinando, Benno Fürmann
Musique : Ben Salisbury, Geoff Barrow
Genre : Action, Crime, Thriller
Nbs d’épisodes : 8
Durée : 47-55 minutes
Année de production : 2019
Sociétés de production : NBCUniversal International Studios, Working Title Television, Focus Features, Amazon Studios
Distribué par : Amazon Video
Titre original : Hanna
Notre note : ★★★☆☆

 

 

« Hanna » est une série télévisée américaine datant de 2019, créée par David Farr, à qui l’on doit déjà le scénario du film du même nom paru en 2011 et réalisé par Joe Wright. Tous les épisodes ont été réalisés par Sarah Adina Smith. Les acteurs principaux sont Esme Creed-Miles, qu’on a pu voir dans « Dark River » (2017), Mireille Enos, qu’on a pu voir dans « Gangster Squad » (2013), et Joel Kinnaman, qu’on a pu voir dans « Edge of Winter » (2016). Cette série est diffusée sur Amazon Video depuis mars 2019.

Hanna est une jeune fille de 15 ans qui vit avec Erik, qu’elle considère comme son père, dans une partie reculée d’une forêt en Pologne. Par le passé, Erik recrutait des femmes enceintes isolées dans le cadre d’un programme secret de la C.I.A., sous le nom de code UTRAX, dans lequel l’ADN des enfants était amélioré afin de créer des super-soldats. Lorsqu’Erik tombe amoureux de Johann, la mère de Hanna, ils décident de s’enfuir en emmenant le nouveau-né. La C.I.A. ordonne ensuite à son agent sur place, Marissa, d’arrêter le projet et d’éliminer tous les bébés. Après 15 années cachées dans la forêt polonaise, Erik et Hanna attirent l’attention des autorités, et Marissa est appelée afin de mener la quête des fugitifs qualifiés comme particulièrement dangereux…

Les premiers épisodes sont plus que sympathiques, l’action y est rondement menée. Puis on bascule dans le ventre mou de la série avec des niaiseries d’adolescents, bien cul-cul la praline. Et il faut attendre les deux derniers épisodes pour revoir de bonnes scènes d’action. De la baston, des fusillades, des trahisons, et même, des personnages qui changent leur fusil d’épaule, ce qui est logique, avec les fourberies de la C.I.A. et de leurs agents hautement désagréables. Reste qu’à la fin des huit épisodes, on éprouve une certaine sensation de regret. Le matraquage publicitaire et les prémices de cette série, laissaient à penser à quelque chose de plus percutant. Dommage.

Erik Heller (Joel Kinnaman) apparaît, dès le départ, comme un personnage en quête de rédemption. Il servait de rabatteur pour un programme bien glauque chapeauté par la C.I.A., en récupérant des jeunes femmes enceintes issu de milieu défavorisé, hésitant à se faire avorter. Une fois qu’elles intégraient le programme, elles menaient leur grossesse à terme, les scientifiques récupéraient les nouveaux-nés afin de modifier le profil ADN histoire d’en faire de super-soldats. Mais Erik va tomber amoureux d’une de ses protégés, et finalement fuir avec elle dès lors qu’elle aura accouché, mettant le programme en péril. Erik sait que tôt ou tard, celle qui finalement a aujourd’hui 15 ans, voudra découvrir le monde. Dans cette optique, il l’entraîne au combat, au tir, à l’analyse de situation et à l’art de l’adaptation. Il sait aussi que Marissa Wiegler (Mireille Enos) va se lancer à sa poursuite dès qu’il apparaîtra à nouveau dans le monde civilisé. Il préfère donc aller au-devant des problèmes, et tente ainsi de tuer Marissa avant que celle-ci ne parvienne à le tuer.

Marissa Wiegler (Mireille Enos) est donc le deuxième personnage clé de cette histoire. Elle était responsable du projet UTRAX, puis chargé d’en effacer toutes les traces d’existence, dès lors qu »Erik va fuir avec Johanna (Joanna Kulig) et le nouveau-né, nommé Hanna. Pour ce faire, elle va devoir tuer les autres enfants du programme en les incinérant. Celle qui apparaît comme froide et méthodique, souffre aujourd’hui des souvenirs de ses actes passés. Bien qu’elle soit motivée à retrouver Erik tout comme Hanna pour les neutraliser, elle va évoluer dans sa démarche dès lors que la C.I.A. va également ordonner son exécution. Elle va finalement devenir une aide dans la fuite d’Hanna et d’Erik.

Reste donc le personnage central, Hanna, incarnée avec une certaine agilité par Esme Creed-Miles. La jeune actrice est plus que convaincante dans les scènes d’action, et se débrouille plutôt bien dans le jeu d’acteur conventionnel. Cependant, le scénario, concocté par David Farr et Ingeborg Topsoe comprend un certain nombre d’incohérences concernant ce personnage. Voilà une jeune fille qui a vécu jusqu’à l’adolescence isolée dans une forêt et qui, du jour au lendemain se retrouve projetée dans le monde contemporain, avec tout ce que cela peut comporter comme découverte. Elle n’est en rien surprise lorsqu’elle découvre une télévision pour la première fois, elle peut conduire une voiture en deux temps trois mouvements. Elle a beau avoir été améliorée génétiquement parlant, il faut tout de même une phase d’apprentissage pour chaque chose de la vie. Je passe sur d’autres points discutables où elle découvre le sexe, la musique, les discothèques, un hélicoptère, etc.

Du côté des valeurs de production c’est plus que bon. La photographie signée Dana Gonzales est très sympathique, offrant de superbes visuels au niveau des extérieurs, surtout dans le premier épisode, centré sur la vie du personnage principal dans la forêt. Dana Gonzales utilise aussi bien les décors dans de vieux bâtiments désaffectés que les palaces de Berlin et autres séquences dans divers pays comme la Hongrie, la Slovaquie et le Royaume Uni. L’édition orchestrée par Morten Højbjerg permet d’avoir des épisodes dynamiques dans leur présentation, mais parfois plus poussifs dans leur développement. La bande originale est très agréable, venant habilement souligner les points importants de l’histoire.

Le 11 avril 2019, il a été rapporté qu’Amazon avait renouvelé la série pour une deuxième saison.

En conclusion, la première saison de « Hanna » est sympathique, mais souffre d’un certain nombre incohérence et d’un manque d’équilibre dans les différents épisodes. Le rythme est donc mitigé, le récit est fluide et la narration fait appel à quelques flashbacks. La photographie est plaisante, les scènes d’action sont très bien orchestrées. La bande originale est agréable. La distribution offre de bonnes prestations et la jeune Esme Creed-Miles s’en sort plus que bien dans le rôle central. L’ensemble reste captivant malgré certaines lenteurs dans certains épisodes. Espérons une deuxième saison un peu plus punchy…

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 183 640 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :