Action, Crime - Policier, Drame, Netflix, Série Télévisée, Thriller

BODYGUARD – SAISON 1 (2018) ★★★★☆


Bodyguard (2018)

 

David Budd, vétéran de guerre aussi héroïque que volatile, travaille désormais en tant que spécialiste de la protection pour le compte de la Metropolitan Police Service de Londres. Lorsqu’il est chargé de la protection de l’ambitieuse Julia Montague, Secrétaire d’Etat à l’intérieur, dont il méprise profondément la politique, Budd se retrouve partagé entre son devoir et ses croyances. Responsable de sa sécurité, pourrait-il devenir sa plus grande menace ?

 

 

Origine du film : Royaume-Uni
Réalisateur : Thomas Vincent, John Strickland
Scénariste : Jed Mercurio
Acteurs : Richard Madden, Keeley Hawes, Gina McKee, Sophie Rundle, Vincent Franklin; Pippa Haywood, Paul Ready, Tom Brooke, Nicholas Gleaves, Stuart Bowman, Stephanie Hyam, David Westhead, Matt Stokoe, Nina Toussaint-White, Ash Tandon, Anjli Mohindra
Musique : Ruth Barrett, Ruskin Williamson
Genre : Action, Drame, Policier, Thriller
Nbs d’épisodes : 6
Durée : 60 minutes
Année de production : 2018
Sociétés de production : World Productions
Distribué par : ITV Studios Global Entertainment, Netflix
Titre original : Bodyguard
Notre note : ★★★★☆

 

 

« Bodyguard » est une série télévisée britannique datant de 2018, créée et écrite par Jed Mercurio, produite par World Productions pour la BBC. Les acteurs principaux sont Richard Madden, qu’on a pu voir dans « Bastille Day » (2016), Keeley Hawes, qu’on a pu voir dans « Braquage à l’Anglaise » (2008), et Gina McKee, qu’on a pu voir dans « Hector » (2015). Cette série à commencé à être diffusée sur BBC One le 26 août 2018, enregistrant le plus haut taux d’audimat pour une nouvelle série de la BBC depuis l’ère multicanal ainsi que le meilleur taux de fidélité pour la chaîne depuis 2008.

L’histoire proposée par « Bodyguard » nous invite à suivre David Budd (Richard Madden), un ancien militaire ayant participé à l’intervention en Afghanistan, désormais agent de protection rapproché auprès des personnalités importantes du gouvernement britannique. Son expérience du champ de bataille l’a laissé aux prises avec un trouble de stress post-traumatique, méfiant envers les politiciens, et enclin à un comportement instable. David est assigné à la protection de Julia Montague (Keeley Hawes), ancienne députée du parti conservateur, et ministre de l’Intérieur. L’ambition politique et son projet de loi RIPA 18 visant à offrir plus de contrôle sur le citoyen et violant les libertés publiques, l’expose à de nombreux ennemis. Cette dernière va être la cible de plusieurs attaques terroristes, déjouées en partie par David. Celui-ci va alors enquêter afin de déterminer quels sont réellement les ennemis de la Ministre, des terroristes, des criminels ou tout simplement des adversaires politiques…

L’avantage d’une série télévisée, notamment lorsqu’elle est bien construite, c’est que l’on peut prendre le temps afin de développer les personnages, tout en abordant différents genres. Globalement, on peut distinguer deux sortes de séries télévisées. D’une part, celles qui proposent une histoire distincte lors de chaque épisode, tout en ayant un lien entre les épisodes, notamment les personnages principaux ou le thème développé. D’un autre côté, on retrouve les séries dont l’histoire est en continuité à travers les épisodes. En rater peut donc compromettre la compréhension de l’ensemble. « Bodyguard » s’inscrit dans cette deuxième catégorie, et peut donc se regarder comme un film coupé en six parties puisque cette série se présente en six épisodes.

La photographie proposée par John Lee est d’un très bon niveau. Les scènes d’action sont très bien orchestrées. Peu nombreuses mais relativement réalistes. La trame centrale tournant autour d’action terroriste, on retrouve essentiellement des explosions provoquées par des bombes et quelques fusillades. L’espionnage est également de mise, mettant en scène différentes technologies d’écoute et d’observation. On retrouve également l’implication de différents services britanniques tels que le Protection Command chargé de la protection des membres de la famille royale d’une part, et des représentants du gouvernement et des diplomates d’autre part. On retrouve également le Counter Terrorism Command (CTC), ainsi que le MI5 (Military Intelligence, Section 5) également nommé Security Service. On observera l’animosité qui règne entre ces différents services, chacun voulant briller pour son propre compte.

Généralement, je ne suis pas fan des love-story, que ce soit dans les films ou que ce soit dans les séries. Le romantisme de facilité dans le développement m’apparaît souvent comme une facilité afin d’exploiter la plastique de certains acteurs. Dans le cas présent, c’est acceptable, car cela offre une dimension particulière à l’échange, à la complicité et à l’entente qui s’installent entre le garde du corps et la ministre. Cela permet également de mettre en lumière la fragilité émotionnelle des personnages qui doivent garder une apparence de façade alors que la pression se fait forte sur leur vie.

« Bodyguard » se veut également dramatique. David Budd (Richard Madden), le garde du corps souffre d’un trouble post-traumatique qu’il rejette et qui, selon toutes vraisemblances, a fortement affecté sa vie de couple, étant séparé de son épouse, qu’il a tendance à harceler par des appels téléphoniques intempestifs, et ayant tendance à débarquer à l’improviste, au grand désespoir de son ex-compagne qui aspire à refaire sa vie.

Enfin, et pour en finir avec le descriptif des différents genres que l’on rencontre à travers cette série, il y a la politique. L’intrigue se déroulant essentiellement dans les arcanes de l’univers gouvernemental britannique. Dans l’un des personnages clé, on retrouve l’actrice Gina McKee qui incarne Anne Sampson, directrice de la cellule anti-terroriste. Cette dernière, se sentant menacée par la Ministre, qui lui préfère les services du MI-5, demande à David Budd d’espionner cette dernière, ignorant la relation particulière qui s’est nouée entre les deux. Magouilles, messes basses, magouille, tout est bon pour nuire à autrui, et toujours dans le but de tirer la couverture à soi.

En conclusion, « Bodyguard » est une très bonne série amenant le spectateur dans l’action, le suspense, le drame, la romance et la politique. L’intrigue est captivante, et les rebondissements sont nombreux. Le développement est relativement original. La photographie est efficace et la bande originale vient harmonieusement se coller à l’atmosphère des différentes scènes. Le récit est fluide et la narration est linéaire. La distribution offre de très bonnes prestations, au service de personnage complexe et à la psychologie tourmentée. L’ensemble est très agréable et offre un agréable divertissement suffisamment addictif pour absorber les six épisodes rapidement.

 

 

Publicités

À propos de Olivier Demangeon

Rédacteur sur critiksmoviz.com, un blog dédié aux critiques de films.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Nombres de Visites

  • 175 100 personnes formidables ont déjà visité ce blog ! Merci !

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Archives

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :